11e division SS Nordland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

11e division SS « Nordland »
Appellation allemande :
11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division « Nordland »
Image illustrative de l’article 11e division SS Nordland
Emblème de la division.

Création Juillet 1943
Dissolution Mai 1945
Pays Flag of Germany (1935–1945).svg Allemagne
Branche Flag of the Schutzstaffel.svg Waffen-SS
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Siège de Léningrad
Combats en Courlande
Combats en Poméranie
Bataille de Berlin
Commandant 1943 : Franz Augsberger (en)
1944 : Fritz von Scholz
1944 : Joachim Ziegler (en)
1945 : Gustav Krukenberg

La 11e division SS « Nordland » ou la division « Nordland » (appellation allemande complète : la 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division « Nordland » ; traduction littérale : la « 11e division SS d'infanterie mécanisée de volontaires Nordland ») est l'une des 38 divisions de la Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale.

Il s'est agi d'une division de Panzergrenadier (infanterie mécanisée), notamment composée de volontaires scandinaves, d'où le nom qui lui a été attribué.

Elle a combattu dans les Balkans et sur le front de l'Est.

D'autres nationalités, que celles scandinaves (Norvégiens, Danois, Suédois, quelques Finlandais), ont été représentées dans ses rangs ; à la fin de la guerre, on a constaté probablement la plus grande diversité d'origines qui soit : Allemands, Estoniens, Lettons, Hongrois, Roumains, Néerlandais, Français, Espagnols, Suisses, quelques Britanniques.

Historique[modifier | modifier le code]

La formation de la « Nordland »[modifier | modifier le code]

Conformément à la directive du Reichsführer-SS Himmler datant du 11 février 1943 qui ordonne le rassemblement de tous les combattants scandinaves dans une même unité, la division Nordland est formée à Grafenwöhr en Bavière à partir de diverses unités de la Waffen-SS : la base de la nouvelle unité est le régiment « Nordland » de la 5e division SS Wiking, qui est détaché de son ancienne division et auquel sont incorporées deux autres unités de volontaires scandinaves, la « SS-Freiwilligen-Legion Norwegen » et le Freikorps Denmark. Fritz von Scholz, qui était déjà à la tête du régiment « Nordland » au sein de la division « Wiking » depuis sa création fin 1940, en prend le commandement. L'entrainement est achevé dès le mois d'août, puisque de nombreux vétérans étaient déjà enrôlés depuis 1941.

Le baptême du feu dans les Balkans[modifier | modifier le code]

En septembre 1943, la « Nordland » connaît ses premiers combats en Croatie, en soutien de la 7e division SS Prinz Eugen dans les actions contre les partisans yougoslaves de Tito. Avec l'armistice signé par l'Italie, la division participe au désarmement des troupes italiennes dans le Nord du pays. Elle quitte la région pour rejoindre le front de l'Est en .

La « Nordland » à Leningrad et dans les pays baltes[modifier | modifier le code]

La « Nordland » est déplacée dans le secteur de Leningrad en janvier 1944 en étant intégrée au III. SS-Panzer-Korps (3e corps blindé SS) de l'Obergruppenführer Felix Steiner. Le corps blindé n'est alors qu'au début de sa formation et les combattants de la Nordland en constituent le principal élément. Sa mission est de soutenir deux divisions terrestres de la Luftwaffe qui participent au siège de la deuxième ville d'URSS. En effet, ces unités sont dans l'incapacité de résister à l'offensive finale soviétique du lancée par la 2e armée de choc dans le but de dégager Leningrad et la Nordland apporte son soutien dans ce cadre. À Gubianzy, un détachement blindé de l'unité rencontre une formation de soixante chars soviétiques T-34 : cinquante de ceux-ci sont détruits et les « volontaires germaniques » de la Nordland ne déplorent aucune perte. Mais ce n'est qu'un succès ponctuel et l'Armée rouge continue sa progression : le , la Nordland se replie sur la rivière Luga, le le premier bataillon du régiment « Danmark » est anéanti et le toute l'unité rejoint Narva. La division participe ensuite aux combats de l'été 1944 pour Narva, connus sous le nom de « bataille des SS européens ». En effet, le corps blindé SS de Steiner possédait dans la nomenclature l'adjectif « germanique » car, au sein du corps, la Nordland se battait avec les Flamands du « Kampfgruppe Rehmann » de la « 6. SS-Freiwilligen-Sturmbrigade Langemarck » (la 6e brigade d'assaut de volontaires Langemarck) et les Hollandais de la « 4. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Brigade Nederland » (la 4e brigade d'infanterie mécanisée de volontaires Nederland). Le corps est rejoint pour la bataille par les deux divisions SS de grenadiers lettons (les 15e et 19e) et la 20e division SS de grenadiers estoniens. Au cours de cet engagement, le Gruppenführer Fritz von Scholz, qui commande la Nordland, est tué le . La Nordland se replie alors en Lettonie et participe à partir du 23 septembre à la défense de Riga. En octobre, elle se retrouve piégée dans la poche de Courlande avec tout le Heeresgruppe Nord.

Les derniers combats de 1945[modifier | modifier le code]

La Nordland parvient à être évacuée de la poche de Courlande et retourne au combat sur le front de l'Oder au début de l'année 1945. Heinz Guderian mobilise la division pour l'opération Sonnenwende, laquelle se solde par un échec. Une partie de l'unité figure, avec notamment à ses côtés les rescapés français de la 33e division SS « Charlemagne », parmi les derniers défenseurs du Führerbunker de Hitler à Berlin, ce face à l'assaut des troupes soviétiques. Le reste de la division se rend aux Occidentaux le .

Annexes[modifier | modifier le code]

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Désignations successives[1][modifier | modifier le code]

  • Février 1943 : Kampfverband Waräger
  • Mai 1943 : Germanische-Freiwilligen-Division
  • Juin 1943 : SS-Panzergrenadier-Division 11 (germanische)
  • Octobre 1943 : 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division Nordland

Chefs de corps divisionnaires[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
22 mars 1943 Brigadeführer Franz Augsberger (en)
27 juillet 1944 Gruppenführer Fritz von Scholz
27 juillet 1944 25 avril 1945 Brigadeführer Joachim Ziegler (en)
25 avril 1945 8 mai 1945 Brigadeführer Gustav Krukenberg

Ordre de Bataille[modifier | modifier le code]

Octobre 1943[modifier | modifier le code]

  • SS-Panzergrenadier-Regiment 23 « Norge »
  • SS-Panzergrenadier-Regiment 24 « Danmark »
  • SS-Panzer-Aufklärungs-Abteilung 11
  • SS-Panzer-Abteilung 11
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 11
  • SS-Pionier-Bataillon 11
  • SS-Artillerie-Regiment 11
  • SS-Flak-Abteilung 11

Décembre 1944[modifier | modifier le code]

  • SS-Panzergrenadier-Regiment 23 « Norge »
  • SS-Panzergrenadier-Regiment 24 « Danmark »
  • SS-Panzer-Abteilung 11 « Hermann von Salza »
  • SS-Artillerie-Regiment 11
  • SS-Panzer-Aufklärungs-Abteilung 11
  • SS-Sturmgeschütz-Abteilung 11
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 11
  • SS-FLAK-Abteilung 11
  • SS-Pionier-Bataillon 11
  • SS-Nachrichten-Abteilung 11
  • SS-Nachschub-Truppen 11
  • SS-Instandsetzungs-Abteilung 11
  • SS-Wirtschafts-Abteilung 11
  • SS-Kriegsberichter-Zug 11
  • SS-Feldgendarmerie-Trupp 11
  • SS-Feldersatz-Bataillon 11
  • SS-Bewährungs-Kompanie 11
  • SS-Sanitäts-Abteilung 11
  • SS-Werfer-Bataillon 11
  • SS-Jäger-Regiment 11

Organigramme divisionnaire en 1944[modifier | modifier le code]

Unité - fonction Chef d'unité Successeur 1 Successeur 2
Komandeur Gruppenführer Fritz von Scholz Brigadeführer Joachim Ziegler Brigadeführer Gustav Krukenberg
Officier-adjoint Sturmbannführer Witten Sturmbannführer Bergfeld
Chef d'État-major Sturmbannführer Ziemssen Obersturmbannführer von Bockelberg
Quartier-maître Sturmbannführer Vollmer
Officier du matériel Sturmbannführer Tiburtius
Groupe de transmissions Sturmbannführer Wëitzdörfer Obersturmbannführer Schlotter Hauptsturmführer Schnik
SS-Pionier-Abteilung 11 Sturmbannführer Bunse Sturmbannführer Voss
SS-Panzerjäger-Abteilung 11 Sturmbannführer Roensch Sturmbannführer Schulz-Streek
SS-FLAK-Abteilung 11 Sturmbannführer Plöw Sturmbannführer Kurz
SS-Panzer-Aufklärungs-Abteilung 11 Sturmbannführer Saalbach
SS-Panzer-Abteilung 11 Hermann von Salza Sturmbannführer Kausch
SS-Artillerie-Regiment 11 Obersturmbannführer Karl
I. Grupp Hauptsturmführer Müller
II. Grupp Sturmbannführer Fischer
III. Grupp Sturmbannführer Potschka
SS-Panzergrenadier-Regiment 23 Norge Obersturmbannführer Jörchel Sturmbannführer Stoffers Obersturmbannführer Knöchlein
I. Bataillon Sturmbannführer Finson Hauptsturmführer Vogt
II. Bataillon Sturmbannführer Krügel Sturmbannführer Scheibe Hauptsturmführer Bachmeier
III. Bataillon Sturmbannführer Lohmann Hauptsturmführer Gürz Hauptsturmführer Hoffmann
SS-Panzergrenadier-Regiment 24 Danmark Obersturmbannführer von Westphalen Obersturmbannführer Klotz Sturmbannführer Sörensen
I. Bataillon Sturmbannführer Martinsen Sturmbannführer Fischer Hauptsturmführer Wichmann
II. Bataillon Hauptsturmführer Walter Hauptsturmführer Hämel Hauptsturmführer Bergfeld
III. Bataillon Sturmbannführer Neegaard-Jacobsen Sturmbannführer Kappus Hauptsturmführer Ternedde

Récipiendaires de la Ritterkreuz[modifier | modifier le code]

Date Nom Grade Unité
Fritz Bunse Sturmbannführer Génie d'assaut
Fritz von Scholz Brigadeführer Chef de corps
Albrecht Krügel Sturmbannführer Norge
Hans-heinrich Lohmann Sturmbannführer Norge
Rudolph Saalbach Hauptsturmführer Reconnaissance
Georg Langendorf Untersturmführer Reconnaissance
Walter Seebach Obersturmführer Danmark
Stoffers Obersturmbannführer Norge
Philipp Wild Oberscharführer Hermann von Salza
Heinz Hämel Hauptsturmführer Danmark
Egon Christopherson Unterscharführer Danmark
Josef Bachmaier Hauptsturmführer Norge
Paul-Albert Kausch Sturmbannführer Hermann von Salza
Albert Hektor Oberscharführer Danmark
Joachim Ziegler (en) Brigadeführer Chef de corps
Hermann Potschka Sturmbannführer Artillerie
Friedrich-Wilhelm Karl Obersturmbannführer Artillerie
Martin Gürz Hauptsturmführer Norge
Kaspar Sporck Unterscharführer Reconnaissance
Richard Spörle Hauptsturmführer Norge
Siegfried Lüngen Hauptscharführer Norge
Fritz Knöchlein Obersturmbannführer Norge
Willi Hund Obersturmführer Norge
Karl-Heinz Gieseler Untersturmführer
Karl Schultz-Streeck Sturmbannführer Panzerjäger

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en allemand « 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division „Nordland“ » (voir la liste des auteurs) et en anglais « 11th SS Volunteer Panzergrenadier Division Nordland » (voir la liste des auteurs).
  1. Historica : 1944 Les Panzers T2

Voir aussi[modifier | modifier le code]