103e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

103eRégiment d'Infanterie
Image illustrative de l’article 103e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 103e Régiment d'Infanterie (1940)

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Devise Rien d'impossible
Inscriptions
sur l’emblème
Zurich 1799
Hohenlinden 1800
Iéna 1806
Saragosse 1809
l'Ourcq 1914
La Marne 1918
L'Aisne 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Fourragères aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 103e régiment d'infanterie (103e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir d'une grande partie de la garde nationale soldée de Paris qui avait été elle-même presque entièrement composée d'hommes venant du régiment licencié des Gardes françaises, un régiment français d'Ancien Régime.
De cette dislocation sont également créés les 102e et 104erégiments d'infanterie[1].

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Colonels/Chef de brigade[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 103e RI[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le régiment est né à la Révolution à la suite de l'éclatement du Régiment des Gardes Françaises.
De cette dislocation sont également nés les 101e et 102e Régiments d'Infanterie[3]

Second Empire[modifier | modifier le code]

insigne de béret d'infanterie

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 : casernement à Paris pour deux des bataillons. Alençon pour le troisième, il appartient à la 14e brigade d'infanterie, 7e division d'infanterie, 4e corps d'armée.
À la 7e DI d' à .

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

Il en reste ce "monument Polignac aux héros du 103e RI" à Aubérive.

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

  • janvier - mai : secteur de Lorraine.
  • juin - août : secteur de Verdun, côte du poivre.
  • août - octobre : secteur de la Woëvre.
  • novembre - décembre : secteur de Champagne.

1918[modifier | modifier le code]

  • janvier - avril : secteur de Champagne.
  • mai - juillet : secteur des Flandres.
  • juillet : Bataille de la Marne.
  • juillet : secteur de l'Aisne.
  • septembre : secteur de Champagne.



Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le sous le nom de 103e régiment d'infanterie, il est commandé par le colonel Roche. Région militaire, centre mobilisateur d'infanterie; réserve A RI type NE; il est mis sur pied par le CMI 252.

Le régiment fait partie de la 41e division d'infanterie qui renforce le sous-secteur de Marville (secteur fortifié de Montmédy) à la veille de l'offensive allemande.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

Drapeau du 103e régiment d'infanterie de ligne

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux citations à l'ordre de l'armée Croix de guerre 1914-1918 française.jpg.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Rien d'impossible

Personnages célèbres ayant servi au 103e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, Éditions Pygmalion 1997
  2. Hubert Heyriès, « L’intégration des officiers savoyards et niçois dans les armées piémontaise, française et italienne au cœur du XIXe siècle », sur http://rha.revues.org/, Revue historique des armées, (consulté le 26 avril 2009).
  3. Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, Éditions Pygmalion 1997
  4. Les secrets de la grande guerre, Rémy Porte, La librairie Vuibert, 2012, page 79.
  5. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]