007 Legends

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
007 Legends
007 Legends Logo.png

Développeur
Éditeur
Directeur
Bruce Feirstein (en) (scénario)
Compositeur

Date de sortie
PlayStation 3 / Xbox 360
AN : 16 octobre 2012
EUR : 19 octobre 2012
AUS : 31 octobre 2012

Wii U
EUR : 30 novembre 2012
AN : 11 décembre 2012
FRA : 15 février 2013
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :

Langue
Français
Moteur
IW engine (en), EngineX (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Évaluation
ESRB : T ?
PEGI : 16 ?
Site web

007 Legends est un jeu vidéo de tir à la première personne, développé par Eurocom et édité par Activision, sorti en octobre 2012 sur PlayStation 3, Xbox 360 et Windows ; puis, en 2013 sur Wii U.

Trame[modifier | modifier le code]

James Bond s'est fait tirer dessus. Peu à peu, en reprenant conscience, il se rappelle ses grandes heures passées en voyageant dans le temps pour revivre une sélection de six missions les plus mythiques issues des célèbres films : Goldfinger, Au service secret de Sa Majesté, Meurs un autre Jour, Permis de tuer, Moonraker et enfin Skyfall.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

007 Legends est un jeu vidéo de tir à la première personne, qui comporte 6 missions et possède 12 modes de jeu en ligne. L'un d'entre eux, le mode Permis de Tuer en équipe, permet aussi d'incarner de célèbres personnages de la saga James Bond, en plus de ceux qui apparaissent déjà dans les missions solo du jeu, tels que Dr No, Rosa Klebb, Emilio Largo, Dr Kananga, Baron Samedi, Scaramanga et Max Zorin.

Développement[modifier | modifier le code]

007 Legends est développé par le studio anglais Eurocom, spécialisé dans le jeu sur commande pour divers éditeurs, dont Activision[1]. Le développement du jeu est entrepris pour coïncider avec le 50e anniversaire de la franchise James Bond[2]. Il comporte le scénario de six films de la saga, lesquels sont Moonraker, Au service secret de Sa Majesté, Permis de tuer, Meurs un autre jour, Skyfall et Goldfinger.

Bande-son[modifier | modifier le code]

David Arnold compose la musique du jeu. Le thème principal du jeu est une reprise de Goldfinger de Shirley Bassey composé par David Arnold, lequel est aidé par Kevin Kiner[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Lors de la sortie du jeu en , celui-ci reçoit de nombreux avis négatifs et convainc très peu de critiques. D'après le journaliste Dan Pearson pour Games Industry, le jeu était voué à l'échec, car le studio a dû rapidement terminer le développement de 007 Legends afin de respecter les délais imposés par Activision. En , l'annulation de plusieurs projets force le directeur d'Eurocom, Hugh Binns, à procéder au licenciement du trois-quart de ses effectifs (de plus de 250 personnes à 42)[9],[10]. Le studio se recentre alors sur le développement de jeu mobile[1]. Toutefois, le , Eurocom est finalement contraint à fermer définitivement, après 25 années dans l'industrie du jeu vidéo[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b boulapoire, « Eurocom licencie et se tourne vers le mobile », sur Gamekult, (consulté le 14 janvier 2018)
  2. (en-US) Mike Fahey, « Six Bond Films Merge to Form 007 Legends », Kotaku,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2018)
  3. Machinima, « James Bond: 007 Legends - Exclusive Opening Credits [HD] », (consulté le 6 janvier 2018)
  4. (en) Tristan Ogilvie, « 007 Legends Review : Shocking. Positively shocking. », sur IGN, (consulté le 6 janvier 2018)
  5. Gianni Molinaro, « Test : 007 Legends (PS3, Xbox 360, PC) : Crime de lèse-majesté », sur Gameblog, (consulté le 6 janvier 2018)
  6. Logan, « Test 007 Legends sur PS3/Xbox 360 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 6 janvier 2018)
  7. « Test du jeu 007 Legends sur Wii U », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 6 janvier 2018)
  8. Kyreek, « TEST : 007 Legends (testé sur Xbox 360) », sur Gamekult, (consulté le 6 janvier 2018)
  9. « Une vague de licenciements chez Eurocom (007 Legends) », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 14 janvier 2018)
  10. a et b « Eurocom ferme ses portes », sur Gamekult, (consulté le 14 janvier 2018)