169 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -169)
Aller à : navigation, rechercher

Cette page concerne l'année 169 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Mars, sixième guerre de Syrie  : combats sur terre et sur mer dans la région de Péluse. Antiochos IV, victorieux des forces lagides, s’empare de la ville, puis entre dans le Delta en prenant des chemins détournés et occupe Memphis vers le mois d’avril. Il installe dans cette ancienne capitale son neveu Ptolémée VI et le place sous sa tutelle. De Memphis, Antiochos marche sur Alexandrie où Comanus et Cinéas ont pris le pouvoir comme régents de Ptolémée VIII Évergète II ; après l'échec de négociations, il assiège la ville. Ptolémée VIII et sa sœur Cléopâtre II font appel aux Romains[2].
  • Été : apprenant la révolte de la Judée, Antiochos IV quitte l’Égypte et marche sur Jérusalem[1]. Jason s’enfuit (il mourra un peu plus tard en exil à Sparte). Antiochos massacre une partie de la population de Jérusalem (automne). Guidé par Ménélas, il s’empare du trésor du Temple et des vases sacrés. Puis il s’en va après avoir nommé Philippe préfet de Jérusalem et Andronique préfet de Samarie[3].
  • Hiver 169/168 av. J.-C. : après le départ d'Antiochos IV, Ptolémée VI se réconcilie avec son frère Ptolémée VIII et sa sœur Cléopâtre II, ce qui entraine une nouvelle intervention séleucide au printemps[3].


Europe[modifier | modifier le code]

  • Avril (?) : le consul Philippus et le préteur Caius Marcius Figulus, chargé de la flotte, traversent l'Adriatique de Brundisium à Actium avec les troupes romaines. Philippus traverse la Grèce pour la Thessalie, et quand Marcius arrive avec la flotte à Chalcis, ils envahissent la Macédoine où Persée campe dans les environs de Dion, en Piérie. L'armée romaine passe par la région du mont Olympe et du marais Ascuris sur des chemins difficiles, retardé par ses éléphants. Il force le passage défendu par Hippias, et en été déferle sur Dion[5]. Persée, surpris, se retire à Pydna tandis que Philippus occupe temporairement Dion avant de se rendre à Phila pour rejoindre la flotte et se ravitailler[9].
  • Fin de l'été : Popilius prend Héraclée de Piérie, puis assiège Mélibée sur les pentes du mont Ossa en Thessalie mais est chassé par le général macédonien Euphranor[9].


Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thomas Römer, Jean-Daniel Macchi, Christophe Nihan, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, (ISBN 9782830913682, présentation en ligne)
  2. Dov Gera, Judaea and Mediterranean Politics : 219 to 161 B.C.E., BRILL, (ISBN 9789004094413, présentation en ligne)
  3. a et b Geoffrey W. Bromiley, International Standard Bible Encyclopedia (Set of 4 volumes), vol. 1, Wm. B. Eerdmans Publishing (ISBN 9780802837851, présentation en ligne)
  4. a et b Maurice Sartre, D'Alexandre à Zénobie : Histoire du Levant antique (IVe siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C., Fayard, (ISBN 9782213640693, présentation en ligne)
  5. a, b, c et d François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, Paris, Moreau, (présentation en ligne)
  6. Émile BELOT, Histoire de Chevaliers romains considérée dans ses rapports avec les différentes constitutions de Rome depuis le temps des rois jusqu'au temps des Gracques, Paris, A. Durand, (présentation en ligne)
  7. Léon Homo, Les Institutions politiques romaines, Albin Michel, (ISBN 9782226198457, présentation en ligne)
  8. Janine Cels Saint-Hilaire, La République romaine : 133-44 av. J.-C., Armand Colin, (ISBN 9782200273521, présentation en ligne)
  9. a, b, c, d et e John Drinkwater, Timothy Venning, Chronology of the Roman Empire, Continuum International Publishing Group, (ISBN 9781441154781, présentation en ligne)
  10. a, b et c Pierre Cabanes, L'Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine : (272 - 167 av. J. C.), Presses Univ. Franche-Comté, (présentation en ligne)
  11. Maria-Angeles Pérez Cruz, La dépression de Grenade (Espagne) à l'époque ancienne, Dialogues d'histoire ancienne, 1998, 24-1, p.86 [1].

Liens externes[modifier | modifier le code]