Années 1650 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -1650)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XVIIIe siècle av. J.-C. | XVIIe siècle av. J.-C. | XVIe siècle av. J.-C.

../.. | Années 1670 av. J.-C. | Années 1660 av. J.-C. | Années 1650 av. J.-C. | Années 1640 av. J.-C. | Années 1630 av. J.-C. | ../..

Événements[modifier | modifier le code]

Égypte[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Des constructions, certainement imposantes, construites à Hattusha entre 1650 et 1400 av. J.-C., il ne reste pas grand-chose.
  • 1650-1590 av. J.-C.[4] : règne de Hattousil, roi des Hittites. Le roi hittite Labarnas II conquiert le Hatti dans la boucle de l’Halys où il fonde sa capitale Hattusha (Bogâzköy) et se fait appeler Hattousil. Il s’empare de Zalpa, sur la mer Noire et de l’Arzawa (pays louvite), dans le sud-ouest de l’Anatolie. Il traverse le Kizzuwatna (Cilicie) et mène des campagnes vers la Syrie du Nord. Alalakh (Tell Atchana) est ravagée, Urshu (non identifiée) au nord-est d’Alep est conquise et les troupes syriennes vaincues en Commagène. Au sud, le royaume de Iamhad, qui a pour capitale Alep et dont Alalakh est le vassal et les Hourrites, à l’est, réagissent et envahissent le royaume Hittite. Hattousil, alors en Arzawa, contre-attaque et doit revenir en Cappadoce. Il portera encore les armes en Syrie du Nord sans réussir à vaincre le royaume de Iamhad. Cette politique expansionniste aboutit à une forte dilatation du royaume hittite ; les bases en sont cependant fragiles, d’une part parce que les pays gagnés ne sont pas encore hittitisés, et ensuite parce que les institutions laissent une grande latitude à une noblesse indocile qui fait courir à Hattousil de grands dangers par des coups d’État, des complots ou des révoltes où trempent souvent des membres de sa famille. À la suite de la révolte de son fils et de sa fille, le roi Hattousil adopte, puis exile son neveu. Malade, il désigne son petit-fils Mursili, très jeune, pour lui succéder[5].

Europe[modifier | modifier le code]

masque funéraire en électrum, tombe Γ du cercle B de Mycènes. Musée archéologique national, Athènes

Art et culture[modifier | modifier le code]

Science et technique[modifier | modifier le code]

  • Introduction du char de guerre attelé de chevaux par les Hyksôs en Égypte. La tactique militaire est modifiée. L’utilisation du bronze s’accroît en Égypte.
  • Papyrus d’Ahmès, dit le Rhind, contenant de précieuses données sur les mathématiques (v. 1650 av. J.-C.).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Grimal, Histoire de l’Égypte ancienne, Fayard, (ISBN 9782213640013, présentation en ligne)
  2. Florence Braunstein, Jean-François Pépin, Les grandes civilisations Pour les Nuls, édition poche, edi8, (ISBN 9782754081689, présentation en ligne)
  3. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  4. Selon la chronologie moyenne qui place le règne d'Hammurabi entre 1792 et 1750
  5. Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  6. Jean Faucounau, Les origines grecques à l'Age de bronze : 3000 à 900 avant notre ère, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782747584784, présentation en ligne)
  7. a b et c Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique : Des origines à la fin du VIe siècle, Points (ISBN 9782757845004, présentation en ligne)