Années 1450 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -1457)
Aller à : navigation, rechercher

XVIe siècle av. J.-C. | XVe siècle av. J.-C. | XIVe siècle av. J.-C.

../.. | Années 1470 av. J.-C. | Années 1460 av. J.-C. | Années 1450 av. J.-C. | Années 1440 av. J.-C. | Années 1430 av. J.-C. | ../..

Événements[modifier | modifier le code]

Tablette mentionnant le nom du roi Niqmépa. British Museum
Amenhotep II coiffé du Khépresh.
  • 1450-1425 av. J.-C.[1] : Règne de Amenhotep II (Aménophis II)[2], qui épouse Ti-âa.
    • À la mort de son père Thoutmôsis III, Aménophis II monte sur le trône d’Égypte à l’âge de 18 ans. Il réprime durement un soulèvement des villes syriennes en deux campagnes (an 7 et an 9 de son règne) : exécutions massives, déportation, exécution exemplaire de chefs vaincus). Il amorce le rapprochement de l’Égypte et du Mitanni. Un siècle de paix commence.
    • Le vizir Rekhmirê est maintenu dans sa charge. Amonemopet, puis Thoutmosis, lui succèdent. Kenamon, grand intendant. Oursir-Satet, gouverneur de Nubie. Mery, puis Amenemhat, grands prêtres d’Amon.
  • Vers 1450-1370 av. J.-C. : Tablettes d’Alalakh (niveau IV) dans le royaume d’Alep. Elles nous renseignent sur la vie d’une petite capitale d’un royaume de Syrie, centre provincial apparemment prospère, malgré l’instabilité politique. Les fouilles ont dégagé le palais du roi Niqmépa et de son fils Ilimlimma, qui montre une rupture avec la tradition architecturale locale, où l’on distingue les prémices d’une forme nouvelle en rapport avec l’architecture hittite connue à l’age du fer sous le nom de hilani.
    • Le rôle essentiel de la royauté en Syrie au Bronze récent est la fonction administrative. Le caractère sacré de la fonction royale est moins évident qu’en Égypte et chez les Hittites. Il semble que les rois aient délaissé leur rôle judiciaire et abandonné l’obligation militaire en partie à la caste nobiliaire. Le roi est le propriétaire d’une grande entreprise. Ses rapports pratiques avec la population consistent à demander une série de contributions et de services personnels permettant de concentrer dans le palais une certaine quantité de richesses qui est employée à des fins de prestige et de luxe. Aucun des rois syriens n’est un « Grand Roi » et ils sont nécessairement serviteur d’un des « Grands Rois » (Égypte, Babylonie, Mitanni, empire hittite ou Assyrie). Leur action politique est subordonnée à celle du souverain auquel ils sont attachés.
  • Vers 1450 av. J.-C. :
    • Archives du petit royaume d’Arrapha, dépendant du Mitanni, retrouvées dans le palais de Nuzi, en Mésopotamie. Quelque 4000 documents nous renseignent sur les activités du roi qui relèvent essentiellement de l’administration et de la gestion de ses biens. Tout un monde de fermiers et d’artisans relevant directement du palais (les « nourris du palais ») doivent livrer au roi des redevances et du travail en quantité déterminée. D’autres tablettes nous renseignent sur la vie et les problèmes des grands propriétaires dont les maisons ont été dégagées.
    • En Crète, destruction des seconds palais[4].

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Introduction du culte d’Aton (le disque solaire), pour contrebalancer la puissance des prêtres d’Amon et lier les différents pays de l’Empire égyptien par un culte commun (le soleil).
  • Introduction en Égypte du culte du dieu asiatique Baal (l’orage), souvent assimilé à Seth, attesté à Perounefer, le port de Memphis.
  • Aménophis II, une fois la paix assurée, continue les aménagements de Karnak. Il poursuit la construction du temple de Nekhbet et de Thoth à El Kab et de celui de Khnoum, Satis et Anoukis à Éléphantine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Selon la chronologie moyenne qui place le règne d'Hammurabi entre 1792 et 1750
  2. a et b Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  3. Jacques Freu, Histoire Du Mitanni, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782747552844, présentation en ligne)
  4. Michel Kaplan, Nicolas Richer, Le monde grec, vol. 1, Éditions Bréal, (ISBN 9782853948081, présentation en ligne)