144 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -144)
Aller à : navigation, rechercher

Cette page concerne l'année 144 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

Monnaie d'Antiochos VI
  • Printemps (ou fin 145 av. J.-C.) : révolte du commandant de la garnison d'Apamée Diodote Tryphon ; il parvient à rallier les habitants d'Antioche, fait couronner le jeune Antiochos VI Dionysos, fils d'Alexandre Ier Balas, comme roi de Syrie en compétition avec Démétrios II (fin de règne en 142 av. J.-C.) et prend le titre de régent[4].
    • À l’appel de Démétrios II de Syrie, le gouverneur de Judée Jonathan, avec 3 000 hommes, réprime l’insurrection des partisans d’Antiochos et du général Diodote Tryphon. Quelque temps plus tard, Tryphon fait couronner le jeune Antiochos VI et entre dans Antioche. Il confirme Jonathan dans sa charge de grand-prêtre et dans la possession des nomes promis par Démétrios II. Il nomme son frère Simon stratégos de la côte phénico-philistine. À la tête des troupes séleucides de Cœlé-Syrie, Jonathan prend Ascalon et Gaza puis défait une armée syrienne soutenant Démétrios en Galilée, dans la plaine d’Hazor[5]. Il marche vers le pays de Hamat, bat les Arabes zabadéens, contrôle Damas, tandis que Simon installe une garnison juive à Joppé et fortifie Jérusalem et plusieurs villes de Judée. Jonathan envoie des ambassades à Sparte et à Rome pour assurer ses appuis extérieurs[6].
    • Tryphon craint de perdre le contrôle de la Cœlé-Syrie. Il rencontre Jonathan à Beth-Shèan et le convainc de se rendre à Ptolémaïs, qu’il promet de lui remettre, pour continuer les pourparlers. À Ptolémaïs, Tryphon fait arrêter Jonathan et massacrer sa garde. Simon se fait alors désigner comme chef de Jérusalem et attend Tryphon dans la plaine, à Adida. Tryphon, qui prétend que Jonathan a été arrêté parce qu’il n’a pas payé l’impôt dû au trésor royal, se fait remettre 100 talents d’argent et les deux fils de Jonathan en échange d’une promesse de libération qu’il ne tient pas. Contournant la Judée, il tente d’atteindre Jérusalem par le sud, mais la présence de Simon et le mauvais temps lui font abandonner ce projet. Il repart vers Antioche après avoir tué Jonathan à Baskama (143 av. J.-C.)[7].

Décès en 144 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, Paris, Moreau, (présentation en ligne)
  2. Janine Cels Saint-Hilaire, La République romaine : 133-44 av. J.-C., Armand Colin, (ISBN 9782200273521, présentation en ligne)
  3. A. E. Astin, The Cambridge ancient history : Rome and the Mediterranean to 133 B.C., vol. 8, Cambridge University Press, (ISBN 9780521234481, présentation en ligne)
  4. M. Rahim Shayegan, Arsacids and Sasanians : Political Ideology in Post-Hellenistic and Late Antique Persia, Cambridge University Press, (ISBN 9780521766418, présentation en ligne)
  5. Martin Sicker, Between Rome and Jerusalem: 300 Years of Roman-Judaean Relations, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780275971403, présentation en ligne)
  6. Salomon Munk, L'univers, histoire et description de tous les peuples. Palestine, description géographique, historique et archéologique, vol. 4, Firmin-Didot, (présentation en ligne)
  7. James Ussher, Annals of the World, New Leaf Publishing Group, (ISBN 9781614582557, présentation en ligne)
  8. Jacob Neusner, Christianity, Judaism and Other Greco-Roman Cults : Studies for Morton Smith at Sixty, vol. 3, BRILL, (ISBN 9789004042155, présentation en ligne)
  9. Joseph P. Yap, Wars with the Xiongnu : A Translation from Zizhi Tongjian, AuthorHouse, (ISBN 9781468510737, présentation en ligne)