(1566) Icare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Icare (homonymie).
(1566) Icare
(1566) Icarus
Photographie de (1566) Icare
Caractéristiques orbitales
Époque (JJ 2453200,5)
Basé sur ? observations couvrant ?, U = ?
Demi-grand axe (a) 161,7×106 km
(1,078 ua)
Aphélie (Q) 294,590×106 km
(1,969 ua)
Périhélie (q) 27,923×106 km
(0,187 ua)
Excentricité (e) 0,8269
Période de révolution (Prév) 408,8 j
(1,12 a)
Vitesse orbitale moyenne 28,69 km/s
Inclinaison (i) 22,86°
Nœud ascendant (Ω) 88,090°
Argument du périhélie (ω) 31,290°
Anomalie moyenne (M0) 124,422°
Catégorie Apollon
Caractéristiques physiques
Dimensions 1,4 km
Masse (m) ~ 10×1012 kg
Masse volumique (ρ) ~ 2 000 kg/m3
Période de rotation (Prot) 0,094 7 j
(2,273 h)
Classification spectrale U
Magnitude absolue (M) 16,9
Albédo (A) 0,4
Température (T) ~ 242 K
Découverte
Découvreur Walter Baade
Date
Nommé d'après Icare (mythologie grecque)
Désignation 1949 MA

(1566) Icare (désignation internationale (1566) Icarus) est un astéroïde Apollon, herméocroiseur, cythérocroiseur et aréocroiseur.

Caractéristiques orbitales[modifier | modifier le code]

Icare, situé sur une orbite très excentrique (e = 0,83), s'éloigne au plus loin au-delà de l'orbite de Mars, à 1,969 unité astronomique du Soleil, ce qui le fait entrer dans la bordure intérieure de la ceinture d'astéroïdes. Au plus près du Soleil, Icare est situé à seulement 0,187 unité astronomique, soit la moitié de la distance moyenne entre le Soleil et Mercure. L'astéroïde croise ainsi l'orbite des quatre planètes internes, à savoir Mercure, Vénus, la Terre et Mars, et s'approche ainsi régulièrement de ces dernières.

Rapprochements avec la Terre[modifier | modifier le code]

Icare passe à proximité de la Terre tous les 19 ans. Son dernier passage remonte à 1997 ; le prochain est prévu pour le à 15 h 29 TU, à 8 millions de kilomètres, soit 21 fois la distance Terre-Lune[1]. Lors de ces rapprochements, Icare s'approche régulièrement à 6 400 000 kilomètres de la Terre. En 1968, il passa à seulement 600 000 kilomètres, soit un peu plus d'une fois et demi la distance Terre-Lune.

Icare dans la science-fiction[modifier | modifier le code]

Dans la nouvelle d'Arthur C. Clarke Un été sur Icare, l'auteur raconte l'histoire d'un astronaute échoué sur la face nocturne de l'astéroïde alors que celui-ci est au plus près du Soleil. Le survivant se trouve alors obligé de se déplacer continuellement pour rester dans l'ombre, de peur de mourir sous l'intense chaleur du soleil.
Dans le roman de Gregory Benford Dans l'océan de la nuit, Icare se met à dégazer, ce qui modifie son orbite et le met sur une trajectoire de collision avec la Terre. L'astronaute chargé de le miner découvre qu'il s'agit en fait d'une épave extraterrestre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]