Érasme Gaspard de Contades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Érasme-Gaspard de Contades
Comte-Gaspard-Erasme-de-Contades.jpg
Portrait du Comte d'Empire Érasme de Contades par Jean-François Sablet vers 1805
Fonctions
Pair de France
-
Pair de France
-
Président
Conseil général de Maine-et-Loire (d)
-
Chambellan
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
AngersVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Erasme-Gaspard de ContadesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Enfants
Gaspard de Contades (d)
Marie de Contades (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction
Archives conservées par

Érasme-Gaspard, comte de Contades, né le à Angers, mort le à Angers, est un militaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du marquis Louis Georges Érasme de Contades, maréchal de France (1704-1794). Fils ainé de Georges-Gaspard de Contades (1724-1794) marquis de Contades, tué en Vendée en 1794. Frère du marquis Louis Gabriel de Contades et de François-Jules-Gaspard de Contades, vicomte de Contades.

En 1781, il épouse Marie-Marguerite de Villiers[2].

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Entré au service en 1773, lieutenant au régiment d'artillerie de Besançon, capitaine de cavalerie en 1775, il assista aux manœuvres du camp de Saint-Omer en 1779.

En 1788, il est colonel du régiment de Royal-Bourgogne, puis en 1789 du régiment des chasseurs à cheval de Picardie

Émigration[modifier | modifier le code]

À la Révolution, il émigra à Coblence et servit dans l'armée de Condé, en 1792, comme aide de camp du comte de Provence. Après la campagne de France il gagna Aix-la-Chapelle, Dusseldorf, puis en il est à Londres.

Lors de l'expédition de Quiberon, il était major général de l'armée royale commandé par le comte de Puisaye. Il séjournera quelque temps à L'Île-d'Yeu, puis rentra en France pour rétablir sa fortune compromise par la Révolution, car le décès de son grand-père le maréchal en 1794 et de son père tué en Vendée la même année faisait de lui le chef de famille[2].

Premier empire[modifier | modifier le code]

En 1804 s'étant rallié à l'Empire, il se réinstalle au château de Montgeoffroy, il fut maire de la ville de Mazé de 1806 à 1834 (sauf pendant les Cents-Jours)[3], et en 1805 conseiller général de Beaufort et président de l'assemblée départemental. En 1808, il commanda la garde d'honneur lors de la visite de l'empereur dans le département.

Il sera nommé le chambellan de l'empereur et le comte d'empire[2], la terre de Montgeoffroy fut à cette occasion érigée en majorat[4],[3].

Restauration[modifier | modifier le code]

À la seconde Restauration, il fut nommé pair de France () et vota la mort dans le procès du maréchal Ney. Le gouvernement royal le fit maréchal de camp le , commandeur de l'ordre de Saint-Louis, puis lieutenant-général des armées du roi le [3].

Ayant prêté serment à la monarchie de Juillet, il siégea à la chambre haute jusqu'à sa mort.

Érasme-Gaspard de Contades est le grand-père d'Érasme-Henri de Contades (1814-1908).

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoires manuscrit publiés par son arrière-petit-fils le comte Gérard de Contades, Paris, Dentu, 1885.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://francearchives.fr/fr/file/ad46ac22be9df6a4d1dae40326de46d8a5cbd19d/FRSHD_PUB_00000355.pdf »
  2. a b et c Célestin Port, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire (lire en ligne), version révisée 1965, lettre C, page 794
  3. a b et c François-Constant Uzureau, L'Anjou historique, (lire en ligne), p. 33
  4. Souvenirs du comte de Contades, pair de France : Coblenz et Quiberon / publiés par le Cte Gérard de Contades, E. Dentu (Paris), (lire en ligne), p. XLIII
  5. « Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis - Liste des membres de l'Ordre Chevaliers, Commandeurs et Grand Croix nommés de 1814 à 1830 », sur saint-louis.info