Église Saint-Louis de Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Louis.

Église Saint-Louis de Rochefort
Image illustrative de l’article Église Saint-Louis de Rochefort
Présentation
Culte Catholique romain
Type église paroissiale
Début de la construction XVIIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Néo-classique
Protection  Inscrit MH (1987)[1]
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Ville Rochefort
Coordonnées 45° 56′ 15″ nord, 0° 57′ 44″ ouest

L'église Saint-Louis est l'une des principales églises paroissiales de la ville de Rochefort, dans le département de la Charente-Maritime. Comptant parmi les rares témoignages de l'architecture néo-classique du département, sa construction est effectuée sous la direction de l'architecte Félix Garde en 1835.

L'une des chapelles latérales abrite le tombeau de l'intendant de la marine et de la généralité de La Rochelle Michel Bégon, qui contribua à l'embellissement de la cité à la fin du XVIIe siècle.

L'église Saint-Louis est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 22 juin 1987[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Lorsque le roi Louis XIV prend la décision d'établir un arsenal et un port militaire destiné à la marine du Ponant en 1666, le site de Rochefort n'est encore qu'un simple village constitué de quelques habitations groupées autour d'une église romane dédiée à Notre-Dame et d'un modeste château, au cœur d'une région largement marécageuse. Le développement de la ville le long des berges de la Charente faisant de l'église Notre-Dame un lieu de culte par trop excentré, la chapelle du château, d'abord dédiée à Saint-Charles, devient à son tour église paroissiale sous le vocable de Saint-Louis le 28 novembre 1686[2]. Seul témoigne de cet ancien sanctuaire démoli peu après la Révolution la « Tour des Signaux » qui constituait son clocher.

L'actuelle église est construite quelques rues plus au nord, à l'emplacement de l'ancienne chapelle des Capucins, à proximité immédiate de la place Colbert. De cet édifice bâti au XVIIIe siècle subsiste le clocher (1768), tandis que le reste des bâtiments est édifié en 1835 sur les plans de l'architecte Félix Garde.

D'un point de vue architectural, l'église Saint-Louis est un édifice largement marqué par le style néo-classique, ce dont témoigne notamment l'imposant portique à colonnes corinthiennes et fronton triangulaire ouvrant sur la rue Audry de Puyravault. Basé sur un plan basilical, le sanctuaire est divisé en trois vaisseaux de cinq travées couverts d'une voûte en berceau, et conserve un important décor polychrome datant du milieu du XIXe siècle. Les bas-côtés se prolongent par une série de chapelles latérales richement ornées, en particulier les chapelles du Sacré-Cœur, de Saint-Antoine de Padoue ou de Saint-Joseph. La chapelle Saint-Louis abrite le tombeau de l'intendant de la Marine de Rochefort Michel Bégon, également promu intendant de la Généralité de La Rochelle et « père » des Bégonias. Son action en faveur de l'embellissement de la ville lui a valu l'épitaphe suivante :

« Hanc nascentem urbem ligneam invenit, lapideam reliquit (Il a trouvé la ville naissante en bois, il la laisse en pierre) »

L'abside semi-circulaire abrite un maître-autel à baldaquin d'inspiration baroque. Ce dernier intègre deux tableaux datant de 1837 et prenant pour thème saint Louis[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00104864, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Société de Géographie de Rochefort
  3. in Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, page 648 (ISBN 2-84234-129-5)