Œutrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Oetrange ou Otrange.

Œutrange
Oeutrange
Œutrange
Église Notre-Dame-de-la-Visitation
Blason de Œutrange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Canton Thionville-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération Portes de France-Thionville
Commune Thionville
Statut Ancienne commune (village)
Code postal 57100
Code commune 57522
Démographie
Gentilé Œutrangeois
Population 686 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 49° 24′ nord, 6° 06′ est
Historique
Date de fusion 1970
Commune(s) d’intégration Thionville
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 15.svg
Œutrange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 15.svg
Œutrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Œutrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Œutrange
Liens
Site web www.thionville.fr/Œutrange

Œutrange est une ancienne commune française du département de la Moselle, elle est rattachée à celle de Thionville depuis 1970.

Ses habitants sont appelés les Œutrangeois et sont au nombre de 686 en 2012.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est dominé par le point culminant du bassin Thionvillois à 421 m, offrant un panorama exceptionnel jusqu'à 40 km par temps clair.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bildstock de 1682 sur la route d’Œutrange à Entrange

Éitréng[1] et Éitréngen en francique lorrain. Œtringen en allemand[2]. Ötringen pendant l'annexion allemande.

Les désignations suivantes ont été rencontrées au cours des siècles[2],[3] :

  • Ottringas (679)
  • Otringa (800)[4]
  • Otringas (974)
  • Œtringis, Ottringis (1140)
  • Otrenges (1157)
  • Autranges, Ottranges (1170)
  • Autrange, Autrenges (1178)
  • Otrange, Ottrenges (1186)
  • Otranges (1282)
  • Ottringes (1308)
  • Uttingen, Utringa, Uttinga, Oltringa, Ottringen (1544)
  • Autringen (1578)
  • Eutringen et Eutreingen (1606)
  • Œtrange (1686)
  • Ottrange (1696)
  • Œttrange (XVIIIe siècle)
  • Estrange (1725)
  • Eutrange (1756)
  • Oeutrange (1793)
  • Oétrange (1801)

Histoire[modifier | modifier le code]

Œutrange est mentionné pour la première fois dans une charte de 679[2]. On apprend dans une charte d'Albéron de Montreuil (1131-1152)[5] qu'Œutrange est acquis en 965 par l'abbaye Saint-Martin de Metz auprès du Comte Rambaud. Œutrange est également cité dans une charte de 1157 (en tant qu'Ecclesia de Otringen) puis en 1186 (Ecclesia de Ottrenges)[6].

Le village était jadis chef-lieu d'une « landmairie prévôtale »[7].

Œutrange était le siège d'une cure de l'archiprêtré de Thionville, qui lui-même dépendait de la primatiale de Nancy, aux droits de l'abbaye Saint Martin de Metz. Le village faisait partie de la généralité de Metz après le traité des Pyrénées (1659), par lequel le roi d'Espagne, duc de Luxembourg, avait cédé Thionville, Montmédy, Damvillers, etc. et leurs environs à la France de Louis XIV.

En 1790 il fait partie du canton de Hettange-Grande avant d'être érigé sous l'An III en tant que chef-lieu de canton[2]. En 1802, Œutrange est rattaché au canton de Cattenom[2] qu'il ne quittera qu'à l'occasion de son rattachement à Thionville en 1970.

Le 6 mai 1833, un incendie ravage plus de 50 maisons de la commune[8]. Seuls l'église, le presbytère, l'école et une lignée de maisons ont pu être sauvés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le sous-secteur d'Œutrange est l'un des plus puissants de la ligne Maginot, avec notamment 2 gros ouvrages de neuf blocs contenant chacun plus de 700 soldats, un camp militaire, 4 abris, 8 casemates et plusieurs dizaines de blockaus.

Œutrange est rattaché à Thionville le [9] : la commune compte alors à elle seule 216 hectares de forêt, soit presque autant que la ville de Thionville (260 hectares) avant le rattachement des communes de Veymerange (16 hectares), Volkrange (92 hectares) et Beuvange-sous-Saint-Michel (45 hectares). Au cours du XXe siècle la proximité de la Mine Charles Ferdinand à Entrange offrait du travail à bon nombre d'Œutrangeois.

Canton d'Œutrange[modifier | modifier le code]

Ce canton a existé de l'an III à 1801 et était composé des communes suivantes : Algrange et Batzenthal, Angevillers, Beuvange-sous-Saint-Michel, Elange, Entrange, Escherange, Kanfen, Molvange, Nondkail, Œutrange, Ottange, Rochonvillers, Veymerange, Volkrange et Volmerange[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

De 463 habitants en 1794, la population est passée à un maximum de 1 205 habitants en 1836 et 700 habitants en 1968 avant le rattachement à Thionville[3]. Depuis plusieurs années, la population stagne autour de 700 habitants.

Évolution démographique
1793 1821 1836 1866 1876 1891 1896 1906 1911
4639121 2051 044937928645711736
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 2012
676672694677611607754700686
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1968[3]. Puis INSEE-Iris pour 2012.)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Œutrange Blason D'azur à la plume d'argent posée en barre, accompagnée de deux étoiles du même, au casque d'or taré de face brochant en abîme[11].
Détails

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église vue en décembre 2004.
Blockhaus pour mitrailleuse de la Ligne Maginot près d'Œutrange.
  • L'ancien château du seigneur Elminger, propriété privée non visitable
  • Plusieurs bildstocks sont visibles aux croisées des chemins autour du village.
  • De nombreux chemins de promenade peuvent être parcourus tout autour du village, dont le sentier de découverte du Beerenweg.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Visitation et son imposant orgue a été restaurée et agrandie en 1833. Elle a pu accueillir jusqu'à 1 000 personnes.
  • Un Bon Dieu de Pitié du XVIe siècle est situé derrière l'église.

Ouvrages militaires[modifier | modifier le code]

  • De nombreux vestiges de la Ligne Maginot sont visibles, notamment sur les hauteurs avec le Gros Ouvrage de Molvange qui comprenait 9 blocs de combats (non-visitable car toujours propriété de l'armée).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Elminger, Seigneur d'Œutrange : né à Thionville le 12 janvier 1762, il était avocat au Parlement de Metz et premier président du bureau des finances de cette ville en 1787[12].
  • Général Gillant[précision nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zesummegestallt vum Henri Leyder - Lëtzebuerger Marienkalender 1997 - iwwerschaft 3/2011.
  2. a, b, c, d et e Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l’ancien département de la Moselle : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, rédigé en 1868 sous les auspices de la société d’archéologie et d’histoire de la Moselle, Paris, Impr. nationale, , 316 p. (notice BnF no FRBNF30149354, lire en ligne), p. 192 (Œutrange).
  3. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Oeutrange », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  4. Mémoires de l'Académie nationale de Metz - Volume 45
  5. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, tome LVIII, 1908, p. 224, (ISSN 1770-6122).
  6. Société des antiquaires de France, Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, C. Klincksieck, 1823.
  7. Théodore de la Fontaine, « Essai étymologique sur les noms de lieux du Luxembourg germanique : troisième division, Luxembourg français », Publications de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, Luxembourg, Imprimerie-Librairie V. Buck, vol. XVIII,‎
  8. L'Ami de la religion publié par la Librairie Ecclésiastique d'Adrien le Clere et Cie, 1833
  9. Commune d'Œutrange (57522) sur le site de l'INSEE
  10. Louis Emmanuel de CHASTELLUX, Le Territoire du département de la Moselle : Histoire et statistique.
  11. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=15772
  12. Liste des émigrés, déportés et condamnés pour cause révolutionnaire du département de la Moselle 1-3 (A-K) par André Gain, publié par Les arts graphiques, 1925

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :