Œufs Bénédicte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Œufs Bénédicte
Image illustrative de l’article Œufs Bénédicte
Œufs Bénédicte

Lieu d’origine New-York USA
Place dans le service petit-déjeuner ou brunch
Température de service Chaude
Ingrédients Œufs pochés, pain grillé, sauce hollandaise, bacon ou jambon
Accompagnement asperges, tomates ...

Les œufs Bénédicte, ou œufs bénédicte, de l'anglais Eggs Benedict, sont composés de moitiés d'english muffin grillées, recouvertes d'une tranche de bacon frit, d'un œuf poché, et nappées de sauce hollandaise. C'est un classique du brunch américain [1].

Ils ne sont pas des oeufs bénédictine, œufs pochés avec une brandade de morue et une sauce crème[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La recette est probablement née à l'hôtel Waldorf (de nos jours Waldorf Astoria) de New-York. Un matin de 1892, un habitué, Lemuel Benedict (1867-1943), demanda un petit-déjeuner consistant avec toasts grillés, œufs pochés, lard grillé et sauce hollandaise. Le célèbre maître d'hôtel Oscar Tschirky trouva l'idée bonne et fit inscrire les œufs Benedict au menu du petit déjeuner et du déjeuner en les présentant sur english muffin, avec bacon grillé, et sauce hollandaise [3],[4].

En 1978, une polémique née d'un article de presse attribuait la recette à Charles Ranhofer, son livre The Epicurian (1893) mentionnait un jambon à la Benedict mais sans trace d’œufs [5],[6],[7],[8]. Jack Benedict, petit-cousin de Lemuel, travailla au rétablissement de la version canonique. Il ouvrit la même année le restaurant L.C. Benedict Restaurant & Tavern près de Denver, avec au menu les œufs Benedict façon Lemuel (avec toast et bacon) et les œufs Benedict façon Oscar (avec english muffin et bacon canadien) [5].

Il semble qu'à l'origine l'expression à la benedict (avec ou sans majuscule) n'était pas employée uniquement avec des œufs. S. T. Rorer, en 1897, donne la recette détaillée [9] et en 1909 le La Follette's Magazine vante ce plat complet du petit déjeuner : «Eggs a la Benedict ... ont des protéines grâce aux œufs, des matières grasses avec le bacon et la sauce hollandaise, de l'amidon avec du pain grillé, et avec du cresson... de la cellulose » [10].

Par la suite la recette se rencontre avec diverses variantes : saumon, jambon, garniture d'asperges, de tomates... et truffes [11].

Bénédict n'était pas bénédictin[modifier | modifier le code]

Is it eggs Bénédict or Bénédictine ? Helen McCully répond à la question en 1967 en se fondant sur la littérature culinaire :

Oscar Tschirky, maître d'hôtel du Waldord, aurait inventé la recette canonique des œufs a la Benedict

Les œufs Bénédict sont fait d’œufs pochés, de toasts, de bacon frit, de sauce hollandaise et chez elle de truffes, alors que les œufs Bénédictine sont fait de tartelettes avec brandade de morue et œufs pochés nappés de sauce crème ... et de truffes. Cette recette serait celle de moines bénédictins (à voir pour la truffe) et nul ne sait si elle a un lien avec les œufs Benedict new-yorkais [12]. Ses traces dans la littérature sont plus récentes, c'est Auguste Escoffier en 1903 qui les décrit : « œufs pochés dressés sur un lit de brandade de morue truffée. Napper les œufs de sauce Crème[13]. » [14].

Quel vin servir avec les œufs Benedict ?[modifier | modifier le code]

Katinka van Niekerk conseille un vin blanc qui s'accorde à la sauce hollandaise. Si la hollandaise est bien citronnée un Sauvignon Blanc, si au contraire le côté crémeux domine un Chardonnay boisé avec une bonne acidité... ou un Sémillon de pays froid à peine boisé[12].

Les Grappes préfère un rouge facile, un Beaujolais village [15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. LONELY PLANET FR, Ouest Américain - Les Rocheuses, edi8, (ISBN 978-2-8161-6298-1, lire en ligne)
  2. Sophie Menut, « Oeufs Bénédictine », sur Marie Claire, (consulté le 5 janvier 2020).
  3. Julie Schwob, Yes we cook: 50 recettes made in USA, Fleurus, (ISBN 978-2-317-00480-3, lire en ligne)
  4. (en) Thomas Doremus, « Benedict », sur The New Yorker (consulté le 7 avril 2020)
  5. a et b (en) Constance Rosenblum, More New York Stories: The Best of the City Section of The New York Times, NYU Press, (ISBN 978-0-8147-7673-5, lire en ligne)
  6. (en-US) « How an 1894 Hangover Created an Eggs Benedict Controversy in New York City », sur 6sqft (consulté le 7 avril 2020)
  7. (en) Charles Ranhofer, The Epicurean: The Classic 1893 Cookbook, Courier Dover Publications, (ISBN 978-1-60660-105-1, lire en ligne)
  8. Charles Ranhofer, The epicurean. A complete treatise of analytical and practical studies on the culinary art, including table and wine service, how to prepare and cook dishes, etc., and a selection of interesting bills of fare of Delmonico's from 1862 to 1894, Chicago, Hotel monthly press, [c1920] (lire en ligne)
  9. (en) S. T. Rorer, Table Talk, Volume 12, New York, Arthur H. Crist Company, , EGGS A LA BENEDICT, p.64
  10. (en) Robert Marion, « La Follette's Magazine, Volume 1 », La Follette's Magazine, Volume 1 - R.M. LaFollette Company,,‎ , p.15
  11. (en) Helen McCully, Nobody Ever Tells You These Things about Food and Drink, New York City, Holt, Rinehart, and Winston, , 308 p., p. 110 Is it eggs Bénédict or Bénédictine ?
  12. a et b (en) Katinka van Niekerk, The Food & Wine Pairing Guide, Penguin Random House South Africa, (ISBN 978-1-4317-0196-4, lire en ligne)
  13. Auguste Escoffier, Ma Cuisine : 2.500 recettes, Ernest Flammarion (lire en ligne), p. 100
  14. A. Escoffier, avec la collaboration de MM. Philéas Gilbert, E. Fétu, A. Suzanne, B. Reboul, Ch. Dietrich, A. Caillat,, Le guide culinaire, aide-mémoire de cuisine pratique, Paris, au bureau de "l'Art culinaire", , p.216 oeufs benedictine
  15. lesgrappes, « Que boire avec un brunch ? | Le Magazine Les Grappes », sur Les Grappes (consulté le 8 avril 2020)

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]