Œuf clair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biologie image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la biologie et la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En biologie animale et en médecine, l’œuf clair est le fruit d'une fécondation de deux gamètes qui a arrêté son développement à un stade très précoce. C'est un sac ovulaire non embryonné, une môle non hydatiforme. En anglais on parle de blighted ovum ou d’anembryonic gestation.

Biologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Œuf (biologie).

Médecine humaine[modifier | modifier le code]

Œuf clair

Classification et ressources externes

CIM-10 O02.0
CIM-9 631
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Chez la femme, un œuf clair, ou « grossesse non embryonnée », conduit à, par abus de langage — puisque de toute façon la grossesse n'était pas évolutive —, une fausse couche spontanée précoce.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Signes[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

En l'absence de règles attendues, une femme peut être amenée à pratiquer des analyses de routine :

  • dosage des βHCG : le sac ovulaire, ou blastocyste, secrète l'hormone gonadotrophine de façon tout à fait normale au cours de son développement précoce ; les dosages ne permettent pas de distinguer le caractère non embryonné du produit de la fécondation[1] ;
  • par voie endovaginale, l'échographie gynécologique[2] révèle l'image d'un sac ovulaire de plus de 20 mm non embryonné, sans vésicule ombilicale[3].

Hors routine, des analyses génétiques peuvent être effectuées sur le fruit de fausses couches précoces : 65 % des échantillons, prélevés dans le cadre de procréations médicalement assistées n'ayant pas abouti, révèlent des anomalies chromosomiques dans les villosités (en) du chorion[4].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Médecine vétérinaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Agudelo B, Muneton CM, Vasquez G, Ramirez JL., « Correlation between serum levels of 17 beta-estradiol, progesterone and beta-human chorionic gonadotropin and the karyotype of first trimester anembryonic and embryonic pregnancies », Early Pregnancy., vol. 5, no 3,‎ , p. 176-90. (PMID 11753531) modifier
  2. (en) Celen S, Dover N, Seckin B, Goker U, Yenicesu O, Danisman N., « Utility of First Trimester Ultrasonography before 11 Weeks of Gestation: A Retrospective Study », ISRN Obstet Gynecol., vol. 2012,‎ , p. 308759. (PMID 23097712, PMCID PMC3477709, DOI 10.5402/2012/308759) modifier
  3. Bourgeot P. et Robert Y., « Échographie du premier trimestre », EMC-Radiologie 1.1,‎ , p. 68-97 (lire en ligne)
    voir la figure 10 de l'article en ligne
  4. (ru) Tavokina LV, Brovko AA, Sopko IaA, Baronova EV., « Результаты кариотипирования материала спонтанных абортов и замерших беременностей после применения методов вспомогательных репродуктивных технологий [Karyotyping results of spontaneous abortions and miscarriages specimens obtained after using assisted reproductive technologies] », Tsitol Genet., vol. 47, no 1,‎ , p. 74-9. (PMID 23427615, DOI 10.3103/S009545271301009X, résumé) modifier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles liés[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]