Œdipe explique l'énigme du sphinx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œdipe explique l'énigme du sphinx
IngresOdipusAndSphinx.jpg
Représentation d'Œdipe explique l'énigme du sphinx.
Artiste
Date
1808, reprise en 1827
Type
Technique
Dimensions (H × L)
189 × 144 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire

Œdipe explique l'énigme du sphinx est un tableau du peintre français Jean-Auguste-Dominique Ingres, réalisé sous la forme d'une étude en 1808, et repris et modifié en 1827 où il a été présenté au Salon. Ce tableau a été légué en 1878 au musée du Louvre par la comtesse Duchâtel, il fait partie des collections du département des Peintures où il porte le numéro d'inventaire RF 218.

Description[modifier | modifier le code]

Dans La Galerie du temps pour l'année 2014.

L'œuvre est le premier « envoi de Rome » d'Ingres sous la forme d'une étude de figure (une académie). Elle a été envoyée avec La Baigneuse, et jugée négativement. Ingres reprend cette étude en 1827 dans le but de l'exposer au Salon. Il élargit la toile, agrandit la figure du Sphinx, et ajoute le compagnon d'Œdipe[1].

Le tableau est haut de 1,89 mètre et large de 1,44 mètre[2]. Il entre dans les collections du département des Peintures du musée du Louvre en 1878, à la suite du legs de la comtesse Duchâtel. Il porte le numéro d'inventaire RF 218[2].

Sur ce tableau, Œdipe est nu (il s'agit sûrement d'un modèle peint en atelier) à l’exception d'une étoffe rouge. Il est armé de deux lances et reçoit la majorité de la lumière. Le sphinx, créature mythologique à tête de femme et corps de lion, domine Œdipe. Sous son promontoire on peut observer un cadavre et des ossements. En bas à droite, un homme semble fuir à la vue du sphinx. Derrière ce dernier, Thèbes se laisse deviner. Le cadre s'inscrit dans une cavité rocheuse. Le nom de l'auteur et la date de l’œuvre apparaissent sur la roche où Œdipe a posé le pied gauche.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Ce tableau évoque la scène du Sphinx dans la mythologie grecque.

Envoyé par Zeus pour punir la ville de Thèbes du viol que Laios a effectué sur Chrysippe fils d'un dieu, il attend la personne qui résoudra son énigme : "Quel est l'animal qui marche le matin sur quatre pattes, à midi sur deux pattes et le soir sur trois pattes ?". Tous ceux qui échouent meurent. Mais un jour, après avoir tué un voyageur, Œdipe arrive à Thèbes. Il donne comme réponse au Sphinx, l'Homme, et celui-ci se suicide. Œdipe est accueilli en héros à Thèbes et se marie avec la veuve Jocaste. Finalement, il aura accompli son destin, qui était de tuer son père et d'épouser sa mère.

Expositions[modifier | modifier le code]

Œdipe explique l'énigme du sphinx est exposé à partir de 2014 dans La Galerie du temps, une des expositions du Louvre-Lens[B 1],[B 2], où il remplace La Liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix[3],[B 3]. Le renouvellement a eu lieu le 4 décembre 2013, un an jour pour jour après l'inauguration du musée[B 4],[B 5], une double page est consacrée à cette œuvre dans le numéro 26 de Grande Galerie[B 6],[B 7].

Parodies[modifier | modifier le code]

Dans la série animée Cinquante nuances de grecs (adaptée de la BD de Jul), on retrouve Oedipe dans l'épisode "Mother fucker". Le héros participe à un jeu radiophonique dont l'animateur est le Sphinx. Il parvient à répondre à toutes les questions sauf à celle qui le concerne lui-même.

Dans Ab origine fidelis de J. Lasseaux, la devinette du Sphinx donne lieu à une chute dans la nouvelle "Homo doctus in se semper divitias habet".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Robert Rosenblum, Ingres, Paris, Cercle d'art, , p. 80-81
  • Mehdi Korchane, Maestà di Roma. Da Napoleone all'unità d'Italia, Académie de France à Rome, Villa Médicis, Rome, Electa, , « D'Ingres à Degas. Les artistes français à Rome, catalogue d'exposition, Rome », p. 489-490
  • Lucie Streiff-Rivail (coordination et suivi éditorial), Isabelle Pelletier (coordination et suivi éditorial (assistante)), Charles-Hilaire Valentin (iconographie), Nicolas Neumann (directeur éditorial), Lydia Labadi (coordination et suivi éditorial), Astrid Bargeton (coordination et suivi éditorial (assistante)), Loïc Levêque (conception graphique et réalisation), Sarah Zhiri (contribution éditoriale), Michel Brousset (fabrication), Béatrice Bourgerie (fabrication), Mélanie Le Gros (fabrication), Jean-Luc Martinez (auteur), Vincent Pomarède (auteur) et al. (préf. Daniel Percheron), Louvre-Lens, le guide 2013, Lens & Paris, Musée du Louvre-Lens & Somogy éditions d'art, , 296 p., 16,2 cm × 23 cm (ISBN 978-2-36838-002-4 et 978-2-7572-0605-8), p. 292. 
  • Lucie Streiff-Rivail (coordination et suivi éditorial), Charles-Hilaire Valentin (iconographie, coordination et suivi éditorial), Élodie Couécou (iconographie), Nicolas Neumann (directeur éditorial), Loïc Levêque (conception graphique et réalisation), Lydia Labadi (coordination et suivi éditorial), Laurence Verrand (coordination et suivi éditorial), Sarah Zhiri (contribution éditoriale), Renaud Berombes (contribution éditoriale), Marion Lacroix (contribution éditoriale), Michel Brousset (fabrication), Béatrice Bourgerie (fabrication), Mélanie Le Gros (fabrication), Jean-Luc Martinez (commissaire de l'exposition), Vincent Pomarède (commissaire de l'exposition) et al. (préf. Daniel Percheron), Louvre-Lens, le guide 2014, Lens & Paris, Musée du Louvre-Lens & Somogy éditions d'art, , 296 p., 16,2 cm × 23 cm (ISBN 978-2-36838-018-5 et 978-2-7572-0764-2, notice BnF no FRBNF43767029), p. 292-293. 
  • Jean-Luc Martinez (directeur de la publication), Violaine Bouvet-Lanselle (éditrice), Claude Pommereau (éditeur), Adrien Goetz (directeur de la rédaction), Laurence Castany (rédactrice en chef), Alice Andersen (graphiste), Cécile Castany (graphiste), Florelle Guillaume (iconographie), Malika Bauwens (secrétaire de rédaction) et Christophe Parant (relecteur) (préf. Jean-Luc Martinez), Grande Galerie : Le Journal du Louvre, Musée du Louvre / TTM éditions (no 26),‎ 2013-2014, 108 p. (ISBN 9791020400048, ISSN 1959-1764), p. 62-65