Ćele kula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tour des crânes

Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Ćele kula
Ћеле Кула
Ćele kula, Niš, Srbija.jpg

Détail de la Ćele kula

Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
District
Municipalité
Ville
Coordonnées
Localisation sur la carte de Serbie
voir sur la carte de Serbie
Red pog.svg

Ćele kula (en serbe cyrillique : Ћеле Кула ; en turc : Kelle Kulesi) ou, en français, la tour des crânes, est un monument lié au premier soulèvement serbe contre les Ottomans. Il est situé à Niš, en Serbie, dans la municipalité de Medijana, sur la route reliant la ville à Sofia et à Constantinople. Cette tour a été érigée en 1809 après la bataille du mont Čegar avec les crânes de soldats serbes morts au combat. Ce monument est inscrit sur la liste des monuments culturels d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La chapelle qui abrite aujourd'hui la tour

Lors de la bataille du mont Čegar, Stevan Sinđelić se trouvait retranché avec 3 000 hommes et une grande réserve de munitions. Les commandants Hajduk Veljko et Petar Dobrnjac s'étaient retirés avec leurs armées. Quand les Ottomans apprirent que ces deux commandants s'étaient retirés et que Sinđelić s'en trouvait ainsi affaibli, ils sortirent de Niš le et marchèrent contre lui. Les Turcs lancèrent quatre attaques successives mais furent repoussés à chaque fois ; ils engagèrent alors toutes leurs forces dans un ultime assaut. Sinđelić, voyant la défaite proche, tira dans un baril de poudre qui était à côté de lui, faisant exploser sa réserve de munitions et tuant un grand nombre d’adversaires.

Hurşid Ahmed Paşa, qui commandait l’armée ottomane, fit élever une tour avec les crânes des soldats serbes tués au cours de la bataille, en signe d’avertissement pour tous les rebelles. Le crâne de Stevan Sinđelić fut placé au sommet de la tour. Les Serbes appelèrent cette tour Ćele Kula, la « tour des crânes ». En 1833, le poète français Lamartine écrivit à propos de l'édifice : « Qu'ils [les Serbes] laissent subsister ce monument ! Il apprendra à leurs enfants ce que vaut l'indépendance d'un peuple, en leur montrant à quel prix leurs pères l'ont payée »[2].

La tour resta en place jusqu’en 1878, lorsque Niš fut définitivement libérée de la domination ottomane. En 1892, une chapelle fut construite pour abriter les vestiges de la tour et pour honorer les morts de la bataille ; elle a été édifiée sur les plans de l'architecte Dimitrije T. Leko. Il ne subsiste aujourd'hui que 58 crânes, dont celui de Sinđelić. Devant la chapelle se trouvent un monument en l'honneur du soldat et un petit relief retraçant la bataille, tous deux construits en 1937.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La couverture de l'album Istina produit par le groupe de hard rock Riblja Čorba en 1985, montrait les membres du groupe au milieu des crânes de Ćele kula.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (sr) « Ćele kula », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 18 avril 2011)
  2. (fr) Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, 1833

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]