Þorramatur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le þorramatur [ˈθɔrːamatʏr̥] désigne un ensemble de plats de la cuisine islandaise traditionnelle. Ces plats sont le plus souvent consommés pendant l'ancien mois nordique du þorri, ou « mois secs » en janvier et février, en particulier pendant la fête d'hiver du þorrablót, un événement commercial créé à l'initiative d'un restaurant en 1958, prenant appui sur d'anciennes festivités de ce nom[1].

Les plats, présentés à l'origine sous forme de buffets, répondent à différentes formes de conservation (produits salés, fumés, séchés, lacto-fermentés, conservés par le froid, …)[1] :

  • Kæstur hákarl, requin du Groenland
  • Súrsaðir hrútspungar, des testicules de mouton cuits dans leur jus et macérés dans le lait aigre
  • Svið, des têtes de mouton grillées et bouillies
  • Sviðasulta, fromage de tête, fait à partir du svið
  • Lifrarpylsa (saucisse de foie, aussi connu sous le nom de slátur, qui signifie abattage), une saucisse faite à partir des abats d'un mouton
  • Blóðmör (graisse de sang ; aussi connu sous le nom de slátur), une sorte de boudin noir, qui est préparé comme le lifrarpylsa, sauf que du sang est ajouté au mélange
  • Harðfiskur, poisson séché (souvent de la morue, du haddock ou du poisson-loup), avec du beurre
  • Rúgbrauð, pain de seigle traditionnel islandais
  • Hangikjöt, souvent de l'agneau fumé
  • Lundabaggi, graisse de mouton
  • Selshreifar, nageoires de phoque
  • du gras de baleine mariné ou de requin faisandé.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Mark McWilliams, Celebration : Proceedings of the Oxford Symposium on Food and Cookery 2011, Oxford Symposium, , 384 p. (ISBN 978-1-903018-89-7, lire en ligne)