Üsküdar'a gideriken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Üsküdar’a gideriken, littéralement En allant à Üsküdar, connu aussi sous le nom de « Katibim »[1], en français Mon secrétaire, est une chanson populaire turque écrite par un anonyme, à l'époque de la guerre de Crimée, sous le sultanat Abdülmecit Ier[2].

Katibim.svg

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sultan Mahmoud II confie la réorganisation de son infanterie à des instructeurs prussiens, et celle de sa marine à des experts britanniques. Et dans la même perspective, le sultan ordonne aux militaires de revêtir un uniforme à l'occidental.

Le Sultan Abdülmecit Ier poursuit, mais sans violences, les réformes commencées par son père et contraint aussi les fonctionnaires (Kâtip) stambouliotes de revêtir un costume à l'occidental. Les fonctionnaires conservateurs, bien qu'ils qualifiaient cette mesure de « singerie d'infidèle », revêtirent quand même des complets veston.

Durant la guerre de Crimée, l’hôpital militaire de la caserne de Selimiye fut réservé aux britanniques. Voyant les hommes de la brigade écossaise de l’armée britannique, qui portaient le kilt, les Stambouliotes les surnommèrent « donsuz asker » (les soldats sans culotte).

Un stambouliote, s’inspirant du fait que la caserne de Selimiye se trouve sur la route menant à Üsküdar et voulant tourner en dérision les fonctionnaires, détourne la marche militaire écossaise, en composant une chanson intitulée « Üsküdar’a giderken » (En allant à Üsküdar)[3].

La chanson a eu droit à une version cinématographique avec l'acteur Zeki Müren dans le rôle principal[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « BOSPHORUS DINNER CRUISE & TURKISH NIGHT », sur turkeytourstravel.com (consulté le 8 décembre 2011)
  2. (fr) « Üsküdar'a gideriken », sur tousauxbalkans.net (consulté le 5 décembre 2011)
  3. (fr) « Histoire de la chanson stambouliote « Üsküdar'a gider iken » », sur palestine-solidarite.org (consulté le 5 décembre 2011)
  4. (fr) « Un amour de secrétaire », sur lemonde.fr, (consulté le 5 décembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]