Øystein Aarseth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Euronymous
Nom de naissance Øystein Aarseth
Naissance
Surnadal - Norvège
Décès (à 25 ans)
Oslo - Norvège
Activité principale Musicien, compositeur, disquaire, gérant de label
Genre musical Black metal[1]
Instruments Guitare
Années actives 1986 à 1993
Labels Deathlike Silence Production
Site officiel http://www.thetruemayhem.com/

Øystein Aarseth, né le à Surnadal et mort assassiné le à Oslo[2], était un musicien norvégien d'origine Samis[3],[4] connu sous le nom de scène Euronymous. Il fut le leader du groupe Mayhem, gérant du label de musique indépendant Deathlike Silence Productions et du magasin de disques Helvete (enfer en norvégien).

Biographie[modifier | modifier le code]

Øystein Aarseth fut le fondateur du groupe norvégien Mayhem, nom issu d'un titre de Venom intitulé Mayhem with Mercy. Ayant déjà participé à d'autres formations comme le groupe de metal Checker Patrol ou le groupe de punk rock Flowers in the Dustbin, il faudra attendre la création de Mayhem en 1984 pour qu'il acquiert une certaine reconnaissance, laissant par la suite une empreinte indélébile dans l'histoire du metal. Choisissant premièrement le pseudonyme « Destructor », il le change bientôt en « Euronymous », d'après le nom d'un démon antique, Eurynome, le « prince des morts »[5].

Créateur originel du black metal[6] (terme provenant d'une musique ainsi nommée par le groupe Venom)[7], il fut le premier à qualifier sa musique de la sorte, entourant son art noir d'un intérêt très important pour les forces obscures et le satanisme. Il rejetait cependant activement les idéaux de Anton Szandor LaVey, ces derniers s’apparentant plus à de l’athéisme qu’à une forme concrète de satanisme traditionnel[8].

Lorsqu'en le chanteur de Mayhem surnommé Dead se suicida, Aarseth, le trouvant mort à son domicile, s'empressa de trouver un appareil photo afin de photographier le cadavre (ces photos servirent plus tard à illustrer un célèbre bootleg de Mayhem intitulé Dawn of the Black Hearts) et il préleva quelques morceaux de son crâne ouvert (le jeune homme s'était tiré une balle de fusil de chasse dans la tête après s'être profondément tailladé les bras au couteau)[9]. Il offrit par la suite les morceaux en pendentif à quelques personnalités de son entourage (dont le batteur du groupe, Hellhammer) et en conserva un pour lui[9]. Certaines rumeurs voudraient qu'il ait dévoré des morceaux de cervelle afin de se qualifier de cannibale[9]. Cet incident, s'ajoutant aux prestations excessivement morbides de Mayhem sur scène (mutilations jusqu'à l'évanouissement du chanteur sus-cité) contribua à renforcer la réputation terriblement noire du black metal, le qualifiant ainsi du genre le plus extrême de musique dans le monde. Aarseth était par ailleurs un communiste convaincu[10].

L’influence de Mayhem se répandit au sein de diverses formations norvégiennes, et des groupes tels que Darkthrone, Immortal ou Emperor, sous l'influence charismatique d'Euronymous, changèrent leur orientation musicale, passant du death metal au black metal[11].

En 1988, Aarseth fonda le label Deathlike Silence Productions avec lequel il produisit les groupes Merciless, Burzum, Abruptum, Mayhem et d'autres (un contrat fut aussi signé avec le groupe de black metal industriel Mysticum mais du fait de la mort prématurée d'Euronymous, aucun album de cette formation ne parut sur le label).

Il créa aussi un magasin de disques nommé « Helvete » (« Enfer » en norvégien), orienté principalement dans la vente de disques de metal extrême. Son sous-sol devint le lieu de rencontre de la scène naissante où de nombreuses personnalités de l'underground tels que les membres de Burzum, Mayhem, Emperor, Thorns, Immortal, Marduk, Dissection vinrent se retrouver fréquemment afin notamment de planifier leurs actions menées à l’encontre de l'Église[12],[13].

Musique[modifier | modifier le code]

Euronymous joua sur une guitare Gibson Les Paul colorée en noir par ses soins, comme vu sur de nombreuses photos. Il jouait sur un ampli Marshall, une pédale Ibanez aussi bien qu'une pédale metal réglée par lui même qui produisait un son spécifique[14].

Il a eu comme influence Venom, Bathory, Celtic Frost, Destruction et Sodom[15].

Aarseth fut pour Mayhem le principal compositeur et guitariste, faisant évoluer sa recherche musicale et dont l'aboutissement est l'album De Mysteriis Dom Sathanas. Son travail avec le groupe peut être écouté grâce aux enregistrements tels que la démo Pure Fucking Armageddon, le mini-album Deathcrush, le concert Live in Leipzig, l'album sus-nommé ou de nombreux autres live du groupe.

Assassinat[modifier | modifier le code]

Øystein Aarseth fut assassiné dans la nuit du par son camarade Varg Vikernes. Ce dernier a déclaré l'avoir poignardé de quatre ou cinq coups de couteau : un à la poitrine et le reste dans le dos[16].

Il y a beaucoup de spéculations quant à la motivation du meurtre, mais aucune thèse encore aujourd'hui n'apparaît comme exacte : détérioration de l'amitié entre Vikernes et Aarseth (qui aurait tourné à la haine), un problème de paiement de la part d'Aarseth pour les albums de Burzum, jalousie de Vikernes envers Aarseth, qui était alors le chef de file du mouvement musicale black metal et leader de l'Inner Circle. Vikernes quant à lui déclare qu'il fut initialement la victime et que ce n'était qu'une réaction d'autodéfense face à la menace au fusil d'Euronymous[17].

La famille d'Aarseth demanda aux membres encore en vie de Mayhem de réenregistrer les parties basses de l'album à paraître De Mysteriis Dom Sathanas, qui avaient été interprétées par Vikernes. Cette demande ne fut pas respectée[18].

Discographie[modifier | modifier le code]

avec Checker Patrol

  • Metalion in the Park (1986) (Démo cassette auto-produite)

avec Mayhem

avec Burzum

  • Burzum (1992) (Album studio, Production, solo de guitare (5) & gong (9))
  • Det Som Engang Var (1992) (Album studio, gong (1))

avec Mortem

Œuvre lui étant dédiées

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Howard Johnson, « A short history of strange deaths in rock » (version du 8 février 2018 sur l'Internet Archive), Classic Rock, 27 août 2016.
  2. Pierre tombale
  3. https://www.burzum.org/eng/library/a_burzum_story02.shtml l'histoire de Burzum :Euronymous
  4. Mayhem & Burzum: A Feu Et À Sang de Nicolas Castelaux paru chez Camion noir.
  5. Nicolas Castelaux, CAMION NOIR : MAYHEM & BURZUM A feu et à sang, CAMION BLANC (ISBN 978-2-35779-502-0, lire en ligne)
  6. « Histoire », sur true.mayhem.free.fr (consulté le 17 mars 2018)
  7. « VENOM : BLACK METAL (1982) », sur metal.nightfall.fr (consulté le 17 mars 2018)
  8. Henry Chartier, CAMION NOIR : LA MUSIQUE DU DIABLE Le rock et ses succès damnés, CAMION BLANC (ISBN 978-2-35779-570-9, lire en ligne)
  9. a b et c Henry Chartier, CAMION NOIR : LA MUSIQUE DU DIABLE Le rock et ses succès damnés, CAMION BLANC (ISBN 978-2-35779-570-9, lire en ligne)
  10. « Øystein Aarseth - Metal Storm », sur www.metalstorm.net (consulté le 17 mars 2018)
  11. (en-US) « 10 Bands That Shaped The History Of Black Metal », Metal Injection,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2018)
  12. BlackMetal-Krieg, « Inner Black Circle », Skyrock,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2018)
  13. « Communauté Black Metal :: Inner Circle », sur black-metal-communaute.xooit.fr (consulté le 17 mars 2018)
  14. (en) Equipboard Inc., « Euronymous's Equipboard », sur Equipboard (consulté le 17 mars 2018)
  15. « Interview with Euronymous and Dead », sur panzer.users5.50megs.com (consulté le 17 mars 2018)
  16. Varg Vikernes décrit le meurtre dans une interview dans Les seigneurs du chaos (version française, page 205) et dément le fait qu'il ait assassiné Aarseth avec 24 coups de couteau.
  17. Dakatri Drache, « Varg Vikernes talks about killing Euronymous », (consulté le 2 février 2018)
  18. (en-US) « A FIST IN THE FACE OF GOD 1994 - DE MYSTERIIS DOM SATHANAS », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2018)
  19. Concert datant du 24/11/1990, publié par la maison de disque Peaceville Records.
  20. L'album a failli être publié par Aarseth via "Deatlike Silence", Peaceville n'ayant pas aimé au départ le nouveau genre musical du groupe.
  21. Initialement, Aarseth voulait publier avec sa propre maison de disques une compilation des groupes scandinave qu'il affectionnait afin de promouvoir le Black metal scandinave. Finalement, après sa mort c'est devenu une compilation en son hommage.

Liens externes[modifier | modifier le code]