Îlot Fleurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'îlot Fleurie est un parc non officiel de Québec situé sous le viaduc de l'autoroute Dufferin-Montmorency, à l'extrémité est de la rue Fleurie dans le quartier Saint-Roch.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée de s'approprier cet espace naît en 1991, d'une initiative citoyenne et spontanée: Louis Fortier, un artiste résidant en face d'un terrain vague, ceinturé par une voie d'accès et laissé à l'abandon, décide d'y planter des fleurs et d'y installer une sculpture de son ami Irénée Lemieux. Au fil des années, la pratique d'ornementer ce lopin de terre de fleurs et d'art public devient commune, et en 1997 la Ville décide de déménager cet espace un peu plus à l'est, sous les bretelles de l'autoroute[1].

Dans le contexte de la contestation au Sommet des Amériques de Québec en 2001, le site était un lieu de rencontre où l'on y servait de la nourriture et des prestations musicales et chorégraphiques[2].

Le lieu est notamment parsemé des graffitis et de trompe-l'œil géants peints sur ses colonnes[3] mais deux bretelles jamais ouvertes à la circulation sont démolies en 2007[4]. À partir de 2015, il servira de terrain de stationnement pour une durée prévue de trois ans, le temps que des travaux dans un autre stationnement du quartier soient complétés[5].

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie St-Hilaire, « Citoyens à l'œuvre », Continuité,‎ , p. 37 (lire en ligne).
  2. (en) J. Keri Cronin et Kirsty Robertson, Imagining Resistance: Visual Culture and Activism in Canada, Wilfrid Laurier University Press, (lire en ligne).
  3. Teresa Sheriff, « L'échec de la didactique des normes », dans Pierre-Wilfrid Boudreault et al., L' imaginaire urbain et les jeunes, Presses de l'Université du Québec, (lire en ligne)
  4. Frédéric Perreault, « Autoroute Dufferin-Montmorency : la démolition avance », sur Canoe, .
  5. Ian Bussière, « Stationnement sous Dufferin-Montmorency: Saint-Roch approuve avec des restrictions », Le Soleil,‎ (lire en ligne).