Îles San Blas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Blas et Blas.

Archipel de San Blas
Archipiélago de San Blas
Image illustrative de l’article Îles San Blas
Géographie
Pays Drapeau du Panama Panama
Localisation mer des Caraïbes
Coordonnées 9° 34′ N, 78° 49′ O
Administration
Statut '

Province Guna Yala
Démographie
Population 50,000 hab.
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Amérique centrale

(Voir situation sur carte : Amérique centrale)
Archipel de San Blas Archipiélago de San Blas
Archipel de San Blas
Archipiélago de San Blas

Géolocalisation sur la carte : Panama

(Voir situation sur carte : Panama)
Archipel de San Blas Archipiélago de San Blas
Archipel de San Blas
Archipiélago de San Blas
Îles au Panama


L'archipel de San Blas (ou archipel des Mulatas), situé dans la mer des Caraïbes. appartient administrativement à la comarque de Guna Yala du Panama.

Territoire[modifier | modifier le code]

Constitué de 365 îlots coralliens, dont seuls 60 sont habités, l'archipel est situé dans la mer des Caraïbes, sur la côte nord de l'isthme de Panama, à environ 120 km à l'est de Colón et à une distance des côtes comprise entre 4 et 14 kilomètres. Il compose, avec la bande côtière, la « comarque Kuna Yala », territoire disposant d'autonomie depuis la guerre d'indépendance menée par sa population contre le Panama dans les années 1920.

Population[modifier | modifier le code]

Les Indiens Kunas, qui en sont les habitants, y vivent essentiellement de chasse et de pêche ; mais ils font aussi de l'agriculture sur des parcelles gagnées sur la forêt (bananes, maïs, riz, youka, cacao, café, igname…) Ils cultivent également sur un certain nombre d'îlots la noix de coco, qui constitue d'une part une des bases de leur alimentation mais aussi un revenu financier à la revente aux bateaux « costenios » colombiens et panaméens (40 cents l'unité).
L'archipel compte environ 50 000 habitants, caractérisés par leur petite taille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces Indiens ont peu à peu quitté la terre ferme du Panama durant l'invasion espagnole, en particulier lors des recherches d'or le long du rio Atrato, où vivent encore, repliées dans la montagne, quelques tribus de l'ethnie kuna.

La conversion au christianisme aurait pu faire disparaître l'art de la peinture corporelle chez eux, mais il a trouvé le moyen de se transplanter dans l'art du vêtement.

Le deuxième gouverneur du Panama[1], Balboa, s'était marié avec la fille d’un chef kuna, qui l'avait aidé à traverser l’isthme de Panama.

Société[modifier | modifier le code]

La société kuna est matriarcale et monogame. Les femmes continuent d'y perpétuer les traditions, notamment avec les molas, blouses colorées ornées de dessins à thèmes, riches en couleurs, utilisant la technique de l'appliqué inversé.

Les Indiens kunas ont des députés à l’assemblée nationale panaméenne et, en 1999, un Kuna en a été élu président.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'archipel est devenu une grande destination touristique, célèbre pour ses plages de sable blanc, ses eaux transparentes et la qualité impressionnate de la culture kuna. Il y a un aéroport de cabotage et des hôtels.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir notre article en espagnol : (es) Gouverneurs du Panama.