Îles Campbell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Îles Campbell
Campbell Islands (en)
Carte de localisation des îles Campbell.
Carte de localisation des îles Campbell.
Géographie
Pays Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Archipel Aucun
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 52° 32′ 24″ S 169° 08′ 42″ E / -52.54, 169.145 ()52° 32′ 24″ S 169° 08′ 42″ E / -52.54, 169.145 ()  
Superficie 113,31 km2
Nombre d'îles 6
Île(s) principale(s) Île Campbell
Point culminant Mont Honey (569 m sur Île Campbell)
Géologie Îles volcaniques
Administration
Statut Fait partie des îles sub-antarctiques de Nouvelle-Zélande
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte 1810
Fuseau horaire UTC+12

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Zélande)
Îles Campbell
Îles Campbell
Archipels de Nouvelle-Zélande

Les îles Campbell sont un archipel sub-antarctique néo-zélandais.

L'archipel[modifier | modifier le code]

L'île Dent

Le groupe d'îles est essentiellement constitué de :

et des quelques îlots qui l'entourent, dont les principaux sont :

Situation[modifier | modifier le code]

Les îles Campbell sont situées dans l'océan Pacifique directement au sud de l'Île du Sud de la Nouvelle-Zélande, au delà des îles Auckland. 260 km les séparent de ces dernières, inhabitées, et 650 km de la métropole (Île du Sud).

Les autres terres émergées "voisines" sont :

La côte antarctique la plus proche est à 1900 km.

Relief[modifier | modifier le code]

Paysage de l'île Campbell

Il s'agit d'îles volcaniques émergeant du plateau de Campbell, reste du continent Zealandia.

Le dôme volcanique d'origine a subi une forte érosion et l'île principale présente un relief plutôt doux avec des vallées envahies par la mer, notamment Perseverance harbour et Northwest harbour. L'île Campbell culmine à 569 m au Mont Honey.

Le sol est tourbeux sur un substrat rocheux.

Climat[modifier | modifier le code]

Les îles Campbell sont situées à une latitude équivalente à celle de Birmingham ou d' Amsterdam mais, en l'absence de courant chaud, elles connaissent un climat océanique frais[1] similaire à celui des autres îles sub-antarctiques.

Il se caractérise par des températures minimales moyennes de 5° sur l'année, des maximales moyennes de 9°, des gelées rares et faibles mais des records de chaleur tout aussi rares, de l'ordre de 15°. La pluviométrie est très élevée (1329 mm annuels contre 650 à Paris par exemple) et surtout les vents d'ouest sont quasi-constants et parfois violents.

Températures moyennes et précipitations
Mois janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre Année
Maximales (°C) 12,1 12,0 11,0 9,7 8,3 7,3 6,9 7,4 8,0 8,9 9,8 11,4 9,4
Minimales (°C) 7,1 7,1 6,4 5,6 4,0 3,0 3,0 3,1 3,5 3,9 4,4 6,1 4,8
Précipitations (mm) 112 106 122 115 131 104 106 103 113 110 100 108 1 329
Source : NIWA Science climate data[2]

Flore[modifier | modifier le code]

Mégaherbes

En dehors des escarpements rocheux, les îles et notamment l'île principale sont couvertes d'un herbage abondant et en particulier de mégaherbes.

Certaines fougères peuvent atteindre un mètre de haut mais surtout, dans les emplacements abrités, les bruyères Dracophyllum comme des arbustes des genres Coprosma et Myrsine peuvent former une forêt arbustive atteignant 5 mètres de hauteur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Faune[modifier | modifier le code]

Les îles Campbell sont un refuge et un conservatoire pour la faune aviaire, elles abritent plus d'une soixantaine d'espèces d'oiseaux[3], dont la plus grande colonie au monde d' albatros royaux. Certaines espèces sont endémiques, telle la sarcelle de Campbell qui n'avait survécu que sur l'île de Dent, épargnée des rongeurs, et a pu être réintroduite sur l'île principale après la dératisation.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les mammifères, depuis l'élimination de la faune importée, sont essentiellement marins : éléphants de mer et lions de mer de Nouvelle-Zélande notamment.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe d'îles a été découvert en 1810 par Frederick Hasselburg, capitaine d'un navire phoquier[4] qui leur donna le nom de son employeur, la compagnie Campbell à Sydney. Frederick Hasselburg devait trouver la mort à l'île Campbell lors d'une expédition ultérieure.

Le petit archipel resta rattaché à la Nouvelle-Zélande lors de sa séparation de la Nouvelle-Galles du Sud, de son érection en dominion, puis de son indépendance ; il fait désormais partie des îles sub-antarctiques de Nouvelle-Zélande. N'étant pas situées dans l'océan antarctique, les îles ne sont affectées par le gel des revendications territoriales prévu au traité de l'Antarctique.

Les îles sont une réserve naturelle depuis 1954 et, comme toutes les possessions néo-zélandaises de la région, ont été classées par l'Unesco au patrimoine de l'humanité en 1998.

Activités humaines[modifier | modifier le code]

Observatoire de l'expédition de 1874

Comme nombre d'îles australes et sub-antarctiques, à commencer par le vaste archipel des Kerguelen, les îles Campbell ne sont pas inhabitables mais sont inhabitées. Leur climat, infiniment moins rude que celui de la Sibérie, se rapproche de celui des îles de l'Atlantique nord (Shetland, Féroé) et permettrait comme sur celles-ci des activités telles que l'élevage, la pêche et le tourisme. Mais dans une région peu peuplée du globe, la modeste taille de l'archipel et surtout son isolement dans les cinquantièmes hurlants n'a guère suscité l'installation d'une population permanente.

L'île principale a surtout connu, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, des stations temporaires de chasse au phoque, puis de chasse à la baleine, ainsi que la présence occasionnelle de quelques expéditions scientifiques. L'une d'elle, menée par le français Anatole Bouquet de la Grye avec le capitaine Jacquemart[5] pour observer le transit de Vénus de 1874, résida 3 mois sur l'île[6].

La seule installation permanente fut celle d'une ferme, occupée successivement par plusieurs familles, de 1895 à 1931. Comme à l'île Amsterdam, l'expérience se solda par un échec économique et un désastre écologique, ce dernier aussi bien pendant l'exploitation, sans clôtures, qu'à l'arrêt de celle-ci : des milliers de moutons et une vingtaine de bovins furent alors abandonnés sur l'île et causèrent des dommages croissants à son fragile milieu naturel. Les descendants, redevenus sauvages, de ce bétail furent finalement, sous la pression des scientifiques, abattus dans les années 1970 et 1980.

La Nouvelle-Zélande maintint un poste de garde-côtes puis une station météorologique et scientifique à Tucker Cove de 1941 à 1995, date où la station devint entièrement automatique. Afin de remédier à une autre séquelle de la présence humaine, les îles furent entièrement dératisées en 2001[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. entre Cfc et ETc dans la classification de Köppen
  2. (en) Niwa Science climate data
  3. Histoire, faune et flore des Îles Campbell
  4. Le Perseverance, nom qui est resté à la principale baie intérieure de Campbell.
  5. Le nom de Jacquemart a été donné à l'un des îlots de Campbell, une des baies est restée Venus cove et plusieurs autres toponymes des îles rappellent cette mission.
  6. (en) Expédition française aux Îles Campbell
  7. (en) Site du gouvernement néo-zélandais : confirmation en 2003 du succès de la dératisation.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir