Île du Grand Ribaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Île du Grand Ribaud
Image illustrative de l’article Île du Grand Ribaud
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 43° 01′ 08″ N, 6° 08′ 37″ E
Superficie 0,16 km2
Géologie Île continentale
Administration
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+01:00
Géolocalisation sur la carte : Var
(Voir situation sur carte : Var)
Île du Grand Ribaud
Île du Grand Ribaud
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Île du Grand Ribaud
Île du Grand Ribaud
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Île du Grand Ribaud
Île du Grand Ribaud
Îles en France

L'île du Grand Ribaud se situe entre l'île de Porquerolles et la presqu'île de Giens, à 1 km au sud-ouest de l'embarcadère de la Tour Fondue, à Hyères.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette île fut acquise en 1887 par le Professeur Charles Richet[1], prix Nobel de physiologie en 1913. Elle appartient désormais à ses héritiers qui ont fondé une société civile. À leur demande, l'île fut classée non constructible pour éviter les spéculations.[réf. nécessaire] Seules deux maisons existent sur le côté est ; une avec ses deux étages et une tourelle, l'autre en longueur et sans étage.

Sa surface est de 16 hectares environ.

Sa côte ouest est rocailleuse et pauvre en végétation[2],[3]. Son centre est plus touffu, avec des chênes verts, arbousiers, myrtes et lentisques. Quelques pins et oliviers furent plantés avant la Seconde Guerre mondiale.

Des viviers existent encore autour de l'île où le professeur élevait des méduses et divers poissons venimeux utiles à ses recherches[4].

La pointe sud appartient à l'État, avec son phare, un embarcadère et un vieux fort napoléonien[5].

Le phare date de 1953, il a été reconstruit après les destructions de la Seconde Guerre mondiale. Il y avait un phare à cet endroit depuis 1851.

Photographies[modifier | modifier le code]

Le phare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stewart Wolf, Brain, mind, and medicine : Charles Richet and the Origins of Physiological Psychology, (présentation en ligne)
  2. fiche ZNIEFF
  3. inventaire patrimoine naturel
  4. Jules Masson Mourey, « Les mystères de Provence (n°2). Hyères : l’île du Docteur Richet », Pertuis en Héritage n°22,‎ (lire en ligne)
  5. index des fortifications françaises

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :