Île de Tiran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île de Tiran
جزيرة تيران (ar)
Vue de l'île de Tiran.
Vue de l'île de Tiran.
Géographie
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Localisation Mer Rouge
Coordonnées 27° 57′ N 34° 33′ E / 27.95, 34.55
Superficie 80 km2
Point culminant Djebel Tiran (524 m)
Administration
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC+03:00

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
Île de Tiran
Île de Tiran

L'île de Tiran (en arabe : جزيرة تيران, Jazīrat Tīrān, aussi connu sous le nom de Jezîret Tīrān et Yotvat Island) est une île qui est contrôlée, avec sa voisine Sanafir, par l'Égypte. Un accord inter-états d'avril 2016 prévoyait la rétrocession de ces deux îles à l'Arabie Saoudite, mais celui-ci est annulé par le tribunal administratif égyptien en juin 2016 [1]. Avec ses 80 km², l'île de Tiran est la plus grande île située à l'entrée du détroit de Tiran, séparant la mer Rouge du golfe d'Aqaba. Trait d'union entre la péninsule du Sinaï et la péninsule Arabique, elle fait partie du parc naturel Ras Muhammad, remarquable pour ses magnifiques récif coralliens et ses merveilles sous-marines.

Sans eau, elle est actuellement inhabitée. Sa position stratégique en a fait une base militaire occasionnelle. La rumeur veut que ses plages soient minées.

Actuellement, ses rivages attirent de nombreux touristes amateurs de plongée sous-marine. Des excursions sont proposées aux touristes séjournant dans la station balnéaire toute proche de Sharm el Sheikh.

Histoire[modifier | modifier le code]

Procope écrit qu'il y avait une communauté juive autonome sur l'île, alors appelée Iotabe, à l'époque, au VIe siècle, où avec d'autres îles de la mer Rouge et Socotra, elle faisait partie de l'Empire byzantin[2]. Cela montre qu'à l'époque, la pluviométrie était plus importante : des citernes existaient sur l'île.

L'État d'Israël a occupé l'île brièvement durant la crise de Suez et à nouveau entre 1967 et 1982 à la suite de la guerre des Six Jours.

Cette île devait remise à l'Arabie saoudite en vertu d'un accord de délimitation de la frontière maritime[3], avant que l'accord ne soit cassé par le tribunal administratif égyptien [4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. La justice égyptienne rejette la cession des deux îles à l'Arabie Saoudite
  2. Ces îles byzantines de la mer Rouge figurent dans le Périple de la mer Érythrée (Περίπλους τῆς Ἐρυθρᾶς Θαλάσσης en grec, souvent cité sous son titre latin Periplus Maris Erythraei), récit maritime provenant d'un manuscrit byzantin du Xe siècle appartenant au fonds de la bibliothèque universitaire d'Heidelberg et d'une copie de celui-ci datant du XIVe ou XVe siècle appartenant au British Museum, et édité dès 1553 par Sigismund Gelenius.
  3. Sputnik, « Deux îles égyptiennes contestées passent à l'Arabie saoudite », sur fr.sputniknews.com (consulté le 11 avril 2016)
  4. La justice égyptienne rejette la cession des deux îles à l'Arabie Saoudite

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :