Île Melon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Île Melon
Enez Velon (br)
Dolmen de l'île Melon
Dolmen de l'île Melon
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Mer Celtique (océan Atlantique)
Coordonnées 48° 29′ 07″ N, 4° 46′ 38″ O
Point culminant non nommé (15 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Finistère
Commune Porspoder
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Île Melon
Île Melon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île Melon
Île Melon
Îles en France

L'île Melon est une petite île inhabitée de la commune de Porspoder dans le Finistère proche de la presqu'île Saint-Laurent.

Accessible à marée basse, elle formait, il y a deux siècles encore, l'archipel des Loches, avec l'île désormais engloutie de Lamic'h.

Elle tiendrait son nom du nom d'un saint dont le culte était répandu au Pays de Galles et dans les Cornouailles britanniques.

L'Île Melon et ses anciennes carrières de granite vue du continent.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle renferme des vestiges mégalithiques tels que de nombreux menhirs et un dolmen.

L'abbé Alexandre Thomas écrit en 1889 qu'à la pointe de l'île Melon « on montre une roche appelée encore aujourd'hui Roc'h-ar-Marc'h-Du et où, dit-on, aurait débarqué saint Pol [venant d'Ouessant]. (...) Au temps de saint Pol, ce n'était probablement même pas une île, car elle n'était séparée de la terre ferme que par un canal qui n'a même pas trente mètres de largeur »[1].

L'îlot « était naguère l’un des principaux sites d’extraction du granite de l’Aber-Ildut. Sur sa face occidentale, face au large, le granite était exploité sur l’estran et dans la falaise ; le système des diaclases, ici particulièrement bien visibles, guidait l’avancement des travaux. Sur sa face occidentale, abritée, l’îlot était l’objet d’une gigantesque exploitation qui, peu à peu, a “grignoté” toute sa partie nord-est. Les fronts de taille le long desquels s’est arrêtée l’extraction sont constituées par des diaclases subverticales. De superbes blocs, en cours de débitage, gisent sur le sol, abandonnés[2] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Marie Thomas, "Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739054p/f70.image.r=Porspoder?rk=3390574;4
  2. Louis Chauris, « II - Carrières à l'abandon », 15 juillet 1995, série de 13 articles parus dans Le Courrier du Léon/Le Progrès de Comouaille (8 juillet 1995 - 6 janvier 1996).

Liens externes[modifier | modifier le code]