Gough (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Île Gough)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gough.
Île Gough
Gough Island (en)
Carte topographique de l'île Gough
Carte topographique de l'île Gough
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Archipel Tristan da Cunha
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 40° 19′ 05″ S, 9° 56′ 07″ O
Superficie 91 km2
Point culminant Edinburgh Peak (910 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Territoire britannique d'outre-mer Drapeau de Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC+0

Géolocalisation sur la carte : océan Atlantique

(Voir situation sur carte : océan Atlantique)
Île Gough
Île Gough
Îles au Royaume-Uni

L'île Gough [gɔf], aussi connue sous le nom de Gonçalo Álvares, est une des îles de l'archipel britannique Tristan da Cunha, située sur les quarantièmes rugissants dans l'Atlantique Sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sommet de l'île Gough

Elle est située dans les quarantièmes rugissants, à 398 km au sud-sud-est de l'île Tristan da Cunha et est l'île la plus éloignée de l'archipel. Elle se situe à 2 610 km du Cap (Afrique du Sud), à 2 720 km au sud de Sainte-Hélène et à 3 554 km du point le plus proche d'Amérique du Sud (dans l'État de Rio de Janeiro, au Brésil). Île d'origine volcanique, elle émerge à plus de 900 mètres au-dessus du niveau de la mer et a une superficie d'environ 65 km2. Elle fait 13 km de long sur 7 km de large. De par sa position, elle reçoit plus 2 540 mm de précipitations par an.

L'île est entourée de petites îles et rochers comme Southwest Island, Saddle Island (au sud), Tristiana Rock, Isolda Rock (à l'ouest), Round Island, Cone Island, Lot's Wife, Church Rock (au nord), Penguin Island (au nord-est) et The Admirals (à l'est).

Comme le reste de l'archipel, elle fait partie des territoires britanniques d'outre-mer de Sainte-Hélène.

L'Afrique du Sud entretient sur l'île une station météorologique avec quelques hommes et femmes depuis 1956[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'île Gough est selon la classification de Köppen de type Cfb soit océanique froid mais l'île a une tendance qui tire vers le type ET soit polaire et toundra. En effet la température est basse toute l'année. L'été est extrêmement froid (14 °C) pour une latitude comparable à celle de Rome en Italie. De plus, le temps est couvert et pluvieux presque 300 jours par an. En conclusion l'île Gough est soumise à un climat océanique froid à l'été peu marqué et à tendance subantarctique. Alors que l'archipel Tristan da Cunha, 350 kilomètres au plus au nord, bénéficie d'un climat océanique tempéré (16ºC en Janvier et 13ºC en Juillet).

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fut découverte au début du XVIe siècle par le navigateur portugais Gonçalo Álvares (pt). Elle sombra ensuite dans l'oubli jusqu'à sa redécouverte en 1731 par l'Anglais Charles Gough. Mais selon certains historiens, le marchand anglais Anthony de la Roché aurait été le premier à accoster sur l'île en avril 1675[2].

Elle est, avec l'île Inaccessible, devenue une réserve naturelle et inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en tant qu'îles de Gough et Inaccessible[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'île représente un des sommets émergés de la dorsale médio-Atlantique, la chaîne montagneuse sous-marine qui parcourt l'Atlantique du nord au sud. À cette latitude, les eaux froides antarctiques rencontrent les eaux tropicales. Des tourbillons se forment qui entraînent à la surface des substances nutritives. Ces aliments attirent poissons, poulpes et crustacés qui, à leur tour, entrent dans l’alimentation des oiseaux marins qui, en grand nombre, nidifient chaque année sur Gough. L'île abrite également deux espèces endémiques d'oiseaux terrestres, le rowettie de Gough et la gallinule de Gough ainsi qu'une douzaine de plantes endémiques.

On trouve également des colonies de phoques et d'éléphants de mer. Au XVIIIe et au XIXe siècles, les éléphants de mer et surtout les otaries à fourrure ont attiré des chasseurs pour leur graisse et leur peaux. Les conditions climatiques inhospitalières font que l'île n'a jamais été colonisée. En effet, vents, pluies abondantes et maigreur du terreau ne permettent guère à la végétation de s'épanouir sur cette île d'origine volcanique et les arbres y restent nains. Lichens, mousses et buissons envahissent les vallées et leurs versants où tombent les cascades. Le soleil est rare. Seuls les scientifiques ont régulièrement fréquenté l'île. Les Britanniques ont fait de Gough un parc naturel.

Des souris, introduites non intentionnellement par l'Homme, constituent une menace pour la biodiversité de l'île. Elles sont désormais plusieurs centaines de milliers[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Île Gough, la station météorologique
  2. Wace, N.M. (1969). The discovery, exploitation and settlement of the Tristan da Cunha Islands. Proceedings of the Royal Geographical Society of Australasia (South Australian Branch) 10: 11-40.
  3. Réserves naturelles des îles de Gough et Inaccessible sur le site de l'UNESCO
  4. [PDF] Le Guillemot Vol. 11, n° 2 p. 18 L’attaque des souris géantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :