Île Floreana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île Floreana
Île Santa María
Sur le rivage, Puerto Velasco Ibarra,à l'horizon le Cerro Pajas.
Sur le rivage, Puerto Velasco Ibarra,
à l'horizon le Cerro Pajas.
Géographie
Pays Drapeau de l'Équateur Équateur
Revendication par Drapeau de la France France (par la commune de Barcus)
Archipel Îles Galápagos
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 1° 17′ 21″ S 90° 26′ 15″ O / -1.289068, -90.4373931° 17′ 21″ S 90° 26′ 15″ O / -1.289068, -90.437393  
Superficie 173 km2
Point culminant Cerro Pajas (640 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Province Galápagos
Démographie
Population 100 hab.
Densité 0,58 hab./km2
Plus grande ville Puerto Velasco Ibarra
Autres informations
Découverte (Européens)
Fuseau horaire UTC−06:00

Géolocalisation sur la carte : Îles Galápagos

(Voir situation sur carte : Îles Galápagos)
Île Floreana
Île Floreana
Archipel des Galápagos

L'île Floreana, en espagnol Isla Floreana, aussi appelée île Santa María, en espagnol Isla Santa María, ou encore île Charles, est une île d'Équateur située dans l'archipel des Galápagos.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Floreana lui vient du nom du premier président de l'Équateur, Juan José Flores. C'est au cours de sa présidence que l'archipel fut annexé à l'Équateur (12 février 1832).

Le second nom, Santa María, est attaché au souvenir de la caravelle Santa María, de la première expédition de Christophe Colomb en 1492.

Enfin, jusqu'au début du XIXe siècle les anglais la connaissaient sous le nom de Charles, depuis qu'elle fut nommée ainsi, en hommage au roi Charles II, par le flibustier anglais William Ambrose Cowley[1] qui visita l'archipel en 1684.

Histoire[modifier | modifier le code]

Léon Urthuburu, vice-consul de France à Guayaquil en Équateur et originaire de Barcus dans les Pyrénées-Atlantiques en France, légua à cette dernière commune les 2/5 de l'île Floreana en 1860. Malgré ses efforts, la commune n'en prit jamais possession[2]. Elle continue cependant aujourd'hui à en revendiquer l'appartenance[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William Ambrosia Cowley, « The Voyage of Capt. Cowley. Papist. », sur Lambeth Ms. 642: Codex Chartaceus., London: Lambeth Palace Library, 1687.
  2. Philippe Veyrin, Les Basques de Labourd, de Soule et de Basse Navarre : leur histoire et leurs traditions, Pau, Cairn,‎ (1re éd. 1947), 347 p. (ISBN 9782350682617 et 2350682617, OCLC 826784280)
  3. Bruno Fuligni, Tour du monde des terres françaises oubliées, Éditions du Trésor,‎ , 144 p. (ISBN 979-10-91534-10-9)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :