Île Carn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une île. Pour le monument, voir Cairn de l'île Carn.

Île Carn
Enez Karn (br)
L'île Carn sur la droite, vue du sentier côtier
L'île Carn sur la droite, vue du sentier côtier
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Les Abers (mer Celtique)
Coordonnées 48° 34′ 30″ N, 4° 41′ 33″ O
Superficie 0,015 km2
Point culminant cairn (18 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Finistère
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Île Carn
Île Carn

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île Carn
Île Carn
Îles en France

L’île Carn, en breton Enez Karn, est un îlot côtier sur la commune de Ploudalmézeau, au nord du Bas-Léon, dans le Finistère, en Bretagne. Elle porte un cairn datant de 4200 av. J.-C.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'îlot est situé en mer d'Iroise, une dépendance de la mer Celtique. Il est proche de la côte des Abers, au nord de Portsall, et fait face au lieu où s'est déroulé le naufrage de l’Amoco Cadiz.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Guilcher, la forme bretonne du nom de l'île serait Enez Karn[1]. En breton, karn signifie « sabot de cheval » (et kern « sommet de montagne ou de crâne »)[2].

Quant au mot cairn adopté par les archéologues, c'est un terme écossais moderne, déformation de carne qui servait déjà au XVIe siècle à désigner une construction préhistorique. Carne provient lui-même du gaélique carn (« tas de pierres »)[3].

Concernant l'île Carn, on ignore ce que le nom a désigné initialement. Car on l'applique tout à la fois à l'île, au monument qu'elle porte (un cairn), à un seigneur de légende qui aurait habité là, et à l'ensemble du paysage alentour[4].

Des cartographes emploient la forme île de Carne à partir de 1675 ; d'autres île Carne à partir de 1838 ; d'autres enfin île Carn à partir du XIXe siècle et jusqu'à nos jours[5].

Géologie[modifier | modifier le code]

La moitié nord de l'île est de « granite migmatitique plus ou moins porphyroïde », tandis que la moitié sud et son rattachement au continent sont des « amphibolites quartziques (agmatites)[6] ».

Description[modifier | modifier le code]

L'île, son cairn et le passage rocheux offrant l'accès à marée basse.

L'accès se fait à pied sec, à marée basse, par une chaussée de rochers d'environ 600 m de long[7]. À marée montante, un fort courant coupe la chaussée[8]. L'îlot a une superficie de 15 000 m2 aux plus hautes mers[4].

Environnement[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Arachnides[modifier | modifier le code]

La mygale à chaussettes[9].

Insectes[modifier | modifier le code]

Le criquet mélodieux et la piéride de la rave[9].

Gastéropodes[modifier | modifier le code]

Helix aspersa[9].

Mammifères[modifier | modifier le code]

Le lapin de garenne et rat surmulot, « mammifères allochtones ayant un impact sur la faune autochtone et/ou sur la conservation des habitats »[9], et le renard roux.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Des traquets motteux et des corneilles noires de passage y ont été observés[9].

Flore[modifier | modifier le code]

L'îlot est couvert d'herbe rase et de coussins d'arméries maritimes[4]. On trouve aussi le silène maritime, le plantain corne de cerf, l'orpin, la bette maritime, la spergulaire, la criste marine, la doradille marine[7]

Le cairn[modifier | modifier le code]

Façade du cairn primaire, vue du nord. En premier plan, la rupture de pente signale le pourtour circulaire du grand cairn secondaire.

L'îlot est sommé d'un cairn trapézoïdal du néolithique moyen (aux alentours de 4200 av. J.-C., pour sa partie la plus ancienne[10]), comportant trois dolmens à voûte en encorbellement et à couloir[11]. Ce cairn primaire est condamné au néolithique final, et enseveli sous un grand cairn circulaire.

Article détaillé : Cairn de l'île Carn.

Légende[modifier | modifier le code]

La tradition populaire voyait dans les cairns les ruines de châteaux de Moyen Âge. Une légende est donc attachée à cette île, légende similaire à celle de Midas, roi de Phrygie, et à celle du roi armoricain Marc'h. Elle est recueillie en 1874, à Portsall, par le folkloriste Paul Sébillot[4].

Dans le château de l'île, vivait le seigneur Karn. Il était affublé d'oreilles de cheval, dissimulées sous un bonnet. Pour qu'ils ne divulguent pas son secret, il tuait systématiquement tous les jeunes gens qu'il faisait venir pour le raser. L'un d'eux, Losthouarn, de Pen-ar-Pont, préféra égorger le seigneur en le rasant que de subir le sort de ses prédécesseurs[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Guilcher, « Toponymie de la côte bretonne entre le Four et l'île Vierge, » Annales Hydrographiques, 1952, cité par Pierre-Roland Giot, Barnenez, Carn, Guennoc, Université de Rennes I, 1987, t. I, p. 103.
  2. Émile Ernault, Gériardurig brezonek-gallek, Saint-Brieuc, Prud'homme, 1927, p. 263 et 283. Laurent Stéphan, Visant Séité, Lexique breton-français, français-breton, Brest, Emgleo Breiz, 1998, p. 89 et 92.
  3. « Cairn, subst. masc. », sur cnrtl.fr, 2012.
  4. a b c et d Pierre-Roland Giot, op. cit., t. I, p. 106.
  5. Pierre-Roland Giot, op. cit., t. I, p. 103.
  6. Louis Chauris, Carte géologique, 1972, feuille « Brest ». Cité par Pierre-Roland Giot, op. cit., t. I, p. 104.
  7. a et b Gosch, Charlotton, Farrant, « La balade à l'île Carn », sur tourisme.ploudalmezeau.fr, 2011.
  8. Pierre-Roland Giot, op. cit., t. I, p. 107.
  9. a b c d et e « Atlas micro-insulaire breton - Île Carn » (consulté le 31 décembre 2018)
  10. Jean L'Helgouach, in Pierre-Roland Giot, Jean L'Helgouach, Jean-Laurent Monnier, Préhistoire de la Bretagne, Ouest-France, 1979, p. 169.
  11. Pierre-Roland Giot, Jean L'Helgouach, « Le cairn de l’île Carn, en Ploudalmézeau », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. LXXX, année 1954
  12. « La légende de l'île Carn », sur tourisme.ploudalmezeau.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Roland Giot, Barnenez, Carn, Guennoc, 2 vol., Université de Rennes I, 1987.

Articles connexes[modifier | modifier le code]