Île-d'Houat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Ouate et Watt.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Timagène Houat.
Île-d'Houat
Le port Saint-Gildas.
Le port Saint-Gildas.
Blason de Île-d'Houat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Quiberon
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Andrée Vielvoye
2014-2020
Code postal 56170
Code commune 56086
Démographie
Gentilé Houatais
Population
municipale
243 hab. (2015 en diminution de 3,19 % par rapport à 2010)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 21″ nord, 2° 57′ 59″ ouest
Altitude 27 m
Min. 0 m
Max. 42 m
Superficie 2,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Île-d'Houat

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Île-d'Houat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Île-d'Houat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Île-d'Houat

Île-d'Houat [ildwat] est une commune française du département du Morbihan, en région Bretagne. Elle est essentiellement constituée de l'île de Houat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de l'île de Houat.

Situé au cœur de Mor braz, le territoire de la commune est constitué essentiellement par l'île de Houat, un plateau granitique qui mesure 3,3 km de long et 1,5 km au plus large.

À l'extrémité ouest, l'île est prolongée par une chaussée granitique appelée "Chaussée du Beniguet", séparée de l'île par un étroit chenal. La chaussée s'étire vers la presqu'île de Quiberon dont elle est séparée par le passage de la Teignouse. De nombreux îlots (Glazic, Valuec, Guric), véritables dangers pour la navigation, dressent leur silhouette altière au-dessus des flots.

Au sud, on trouve trois îlots de granit inhabités à la Pointe (Beg Pell, Beg Creiz, Beg Tost, du plus éloigné au plus proche de l'île).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au sud-est, le "Passage des Sœurs", dangereux car peu profond et truffé de rochers, sépare Houat d'Hoëdic et la Chaussée de l'Île aux chevaux sépare Houat de l'Île aux Chevaux, visible de la côte sud de Houat, qui servit autrefois de pâture commune aux Hoëdicais et aux Houatais.

Article détaillé : Île aux Chevaux (Morbihan).

Au nord, l'île de Houat fait face à la presqu'île de Rhuys et à la sortie du golfe du Morbihan.

Le bourg de Houat est le seul lieu habité de la commune ; il est situé au nord-est de l'île, à proximité du port Saint-Gildas.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'île est désignée sous le nom Siata[1] pendant l'Antiquité.

En breton, l'île s'appelle Houad signifiant « le canard »[2] (alors que Hoëdic signifie « le caneton »). Ces deux appellations sont cependant sujettes à caution.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l’époque néolithique en Bretagne (vers 5000 av. J.-C.), le niveau de la mer avait déjà remonté et Houat faisait alors partie d’un système insulaire avec Hœdic, séparées du continent par le passage de la Teignouse. Progressivement, vers 3500 av. J.-C., elle se sépara d'Hœdic en raison de la remontée du niveau de la mer.

Un menhir, dénommé Parc-er-Menhir[3], se tient encore debout dans le bourg d'Houat, où se trouvent aussi deux menhirs couchés[4]. Un autre menhir est implanté à Doar Ségal[5]. Un dolmen à galerie se trouce à Bod-en-Lann-Vras[6] et un autre à Stang-Vras[7].

L'îlot d'Er Yoc'h, à l'est de l'île d'Houat, à laquelle il est rattaché à marée basse seulement, a livré aussi des traces d'un campement préhistorique, daté de la fin du 4e millénaire avant J.-C.. Un autre de ces campements a été repéré sur l'îlot de Cénis (ou Séniz), situé à l'ouest de Houat[8].

Article détaillé : Er Yoc'h.

Des traces d'ateliers de bouilleurs de sel datés de l'époque gauloise ont été trouvées à Houat[8]. À l'inverse d'Hœdic, on ne relève pas à Houat de trace d'occupation romaine, même si les Romains occupèrent l'île, lui donnant le nom de Siata[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'Île d'Houat fut évangélisée par saint Gildas, qui y décéda probablement le .

Un prieuré Saint-Gildas, dépendant de l'Abbaye Saint-Gildas de Rhuys aurait été ruiné par les Normands avant d'être restauré au XIe siècle par Félix, alors abbé de Saint-Gildas de Rhuys ; il fut abandonné vers 1400. Houat devint alors une simple trève dépendant de la paroisse de Saint-Goustan-de-Rhuys (actuellement Saint-Gildas-de-Rhuys).

Houat fut par la suite pillée à plusieurs reprises, notamment en 1548 par les Anglais (24 vaisseaux et 12 frégates investissent l'île), en 1674 par les Hollandais, en 1696 et en 1746 par les Anglais à nouveau[9].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Carte de l'île d'Houat au XVIIe siècle
Carte de Houat et plan du fort détruit par les Anglais en 1746

Aux XVIe et XVIIe siècles, l'île subit les rivalités navales entre France, Angleterre et Espagne. La population est fréquemment rançonnée par les flottes étrangères. « Le roi Louis XIV fit, à la fin de son règne, construire une belle tour, avec une batterie circulaire, un fossé revêtu, pont-levis à la batterie et à la tour, dans laquelle on entretenait quinze hommes, de la garnison de Belle-Île, en temps de paix, et cinquante hommes, avec un Capitaine, en temps de guerre. L'amiral anglais Lestoek [en fait Lestork][10], le 20 octobre, envoya une frégate sommer l'officier qui la commandait de se rendre ; l'officier refusa d'abord, mais le lendemain, après une heure de canonnade de la frégate, il se rendit prisonnier de guerre, avec trente-six hommes qui formaient la garnison de cette tour qui pouvait tenir un mois sans tirer un coup de fusil[11] »[12].

Cet épisode se déroula trois ans avant la Bataille des Cardinaux qui se déroula à l'est d'Hœdic.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi l'Île-d'Houat en 1778 :

« Isle-de-Houat, à sept lieues à l'ouest-sud-ouest de Vannes, son évêché, à seize lieues trois quarts de Rennes et à quatre lieues un tiers de Sarzeau, sa subdélégation ; elle dépend du gouvernement de Belle-Île. Cette île a une lieue dans sa plus grande longueur du nord au sud, un tiers de lieue dans sa plus grande largeur de l'est à l'ouest, et comprend environ trois cent trente arpents de terrein [terrain]. On y distingue, à la basse mer, une chaîne de rochers qui, partant d'une des pointes de Quiberon, aboutit à l'Île-de-Houat, et se prolonge jusqu'à celle de Hedic (...). Cette petite peuplade est rassemblée dans un seul hameau d'environ soixante maisons, ou plutôt cabanes, comme celles des Sauvages, et peut former un total de deux cent cinquante habitants ; elle a pour Pasteur un seul prêtre ayant le titre de Curé qui a, pour tout revenu fixe, une pension de cent vingt livres, que lui fait l'abbé de Saint-Gildas de Rhuis, qui se dit seigneur de cette île et qui, en cette qualité, perçoit la dîme à la quatrième gerbe. On évalue cette dîme à une somme de douze cent livres, année commune. Il semble que ce gros décimateur devroit [devrait] au moins partager avec le Curé, auquel il seroit [serait] impossible de se procurer la subsistance la plus frugale, si ses ouailles ne venaient pas à son secours et ne lui faisaient partager les douceurs que peut fournir une navigation perpétuelle. Malgré cela, l'île se trouve souvent sans Pasteur. Houat est environnée de rochers affreux et escarpés ; cependant, depuis quelques années, il s'y trouve quelques anses d'un accès facile, entr'autres celle du Collet, à l'est de l'île. (...). La moitié du terrein de Houat est très-bien cultivée et produit d'excellent froment, de l'avoine, du lin et du chanvre. Les femmes seules s'occupent de cette culture, les hommes ne connoissent [connaissent] que leurs bateaux et la pêche. Depuis que l'Isle-de-Houat est connue, ses habitants n'ont jamais communiqué avec le continent que pour y vendre du poisson l'été, et de s'y fournir, avant le mauvais temps, de quelques provisions indispensables pour l'hiver ; mais jamais un Houatais ne s'est fixé en grande terre, et jamais homme ou femme du continent n'a été tenté d'aller s'établir à Houat. Par ce moyen, cette colonie, préservée de la contagion générale, s'est maintenue dans un état de pureté et d'innocence qui rappelle parfaitement les mœurs patriarcales (...). On y connoît [connaît] ni Juge, ni Juridiction, ni formalité, ni procès. Le plus ancien est le chef de la peuplade, comme devant être le plus sage. Leurs maisons n'ont ni serrures, ni verrous. Les bateaux et les produits de la pêche sont communs ; et si les partages occasionnent quelques discussions, l'Ancien prononce, et est obéi avec autant de ponctualité qu'un despote de l'Asie. »

« L'usage de l'hospitalité y est encore dans toute sa vigueur : si la curiosité, ou la nécessité, y conduisent un étranger, le premier insulaire qui le rencontre l'accueille avec honnêteté, le nourrit et le loge un jour, et le lendemain le remet à son voisin, et ainsi de suite, tant qu'il plaît à l'étranger d'y rester. Il n'y a que les Commis des Fermes qui soient privés de cette hospitalité : dès qu'ils sont reconnus pour tels, on les met dans un bateau, et on les conduit à la terre la plus voisine, mais avec la plus grande douceur. Les Houatais (...) se marient entre parents très proches, sans dispenses ; en un mot, ils n'ont pas l'idée du crime dans aucun genre, et plus heureux que les enfants d'Adam, ils n'ont pas encore vu naître un Caïn parmi eux. L'abnégation de tous les vices, une vie laborieuse, la frugalité, la salubrité de l'air et la bonté des eaux, les font jouir d'une santé constante, d'un corps robuste, et de la longévité qui en est la suite ; leur idiome universel est le Breton, mais il diffère un peu des autres Bretons, et la prononciation en est plus douce[12]. »

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La Révolution et l'Empire[modifier | modifier le code]

En 1790, Houat est annexé par la commune du Palais, située sur l'île de Belle-Île-en-Mer.

« Pendant les guerres de l'Empire, Houat et Hœdic, n'ayant point été défendues par une garnison française, furent , par une espèce de convention tacite, regardées en quelque sorte comme pays neutre. Les croiseurs anglais avaient pour habitude de venir mouiller sur la rade de Hœdic ; ils déposaient dans cette île leurs blessés, leurs malades ; ils y enterraient leurs morts. Les insulaires houatais et hœdicois ayant plusieurs fois porté secours à des équipages anglais en péril, pouvaient, avec une simple passe signée de leurs recteurs, pêcher et naviguer sans crainte d'être retenus prisonniers de guerre »[13].

Le curé de l'île, Lorcy[14], prêtre réfractaire, fut arrêté et conduit sur les pontons de Rochefort ; libéré en 1795 et revenu à Houat, il mourut du choléra en soignant des blessés de l'expédition de Quiberon[9]. En 1795, le comte d'Artois, futur Charles X, vint dans l'île lors de l'expédition de Quiberon.

La charte de Houat et Hœdic[modifier | modifier le code]

L'ancienne batterie de la pointe d'En Tal au nord-est de l'île d'Houat

De la Révolution jusqu'à la fin du XIXe siècle, Houat dépend de Belle-Île et est régie par la « charte de Houat et d'Hoêdic », établie en 1822. Cette charte en 32 articles dit dans son préambule : « La charte protège le faible contre le fort », elle « fait tout concourir au bien général, parce qu'il n'y a rien de plus funeste et de plus odieux que la recherche exclusive d'un intérêt privé ». Un conseil de douze sages (des anciens), présidé par le recteur, était chargé de son application. Ce système a fonctionné jusqu'en 1891[15]. À l'époque, le curé faisait office de maire, d'officier d'état civil et parfois même d'enseignant.

L'île compte trois forts édifiés au XIXe siècle dans le but de se défendre des Britanniques. Ils n'ont quasiment jamais servi : le fort principal, au sud-ouest du village « à l'intérieur des terres », le fort de la pointe d'En Tal, qui est plutôt une simple redoute et le fort du Beniguet à l'extrémité ouest de l'île.

L'Île-d'Houat vers le milieu du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Bachelot de la Pylaie a laissé une description des îlesl d'Houat et Hœdic qu'il a visité en décembre 1825 et janvier 1826[16].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi l'Île-d'Houat en 1843 :

« (...) Les Houatais ont conservé leur vieille probité et une partie de leurs anciennes mœurs patriarcales. Hospitaliers envers les malheureux marins que la mer jette sur leurs rivages, on les voit continuellement s'exposer pour eux au milieu de leurs affreux récifs. Ils rendent pieusement les derniers devoirs aux naufragés. La pêche et l'éducation des bestiaux sont leur principale industrie. Les femmes, pendant l'hiver, s'occupent à faire des filets que l'on vend dans les ports du continent. Tous les ans au printemps, le 24 mai, une foire appelée la foire de Houat, se tient sur la côte de la [presqu]'île de Rhuys. Les deux flottilles des chaloupes de Houat et Hœdic appareillent à la même heure, s'efforcent de naviguer de conserve afin d'arriver en même temps à la petite crique de Porh Maria (Port Maria), en Saint-Gildas. Pour faire le débarquement, les bestiaux sont jetés à la mer et recueillis ensuite sur le rivage. (...) Ceux qui n'ont pas été vendus, ce qui arrive rarement, sont menés le 28 mai à la foire de Saint-Colombier, en Sarzeau. Le curé ou recteur exerce les fonctions d'officier de l'état-civil ; c'est la seule autorité de l'île. Afin d'éviter aux fonctionnaires de Belle-Île et à ses Îlois des frais inutiles de déplacement et de transport, il est à la fois maire, curé, juge de paix, percepteur, notaire, syndic des gens de mer et capitaine de port. Il gouverne ainsi son petit royaume, aidé des vieillards les plus considérés, qui forment une espèce de conseil des anciens, chargé de réformer les abus, de surveiller la dépense et d'ordonner les travaux d'utilité publique. L'île possède un magasin de marchandises usuelles dont les profits sont versés à la caisse commune. (...) Avec la masse commune, on secourt les plus nécessiteux, les vieillards et les familles dont les chefs ont péri à la mer. On fait aussi construire des navires qui deviennent propriété de l'île et lui paient un revenu[13]. »

L'abbé Jean-Marie Delalande (1807-1851) a fait une autre description des deux îles D'Houat et Hœdic en 1850 dans laquelle il écrit notamment qu'il ne comprend pas pourquoi Ogée a qualifié de "cabanes" les maisons d'Houat, car elles sont selon lui semblables à celles que l'on trouve dans les environs ; il précise aussi que l'île possède alors un moulin à vent et 220 habitants répartis en 48 ménages, tous regroupés dans le bourg à l'exception de la maison du Génie, de la forge et d'une maison destinée à abriter les nombreux ouvriers des fortifications ; il indique aussi que l'église paroissiale Saint-Gildas a été construite en 1766[17].

L'Île-d'Houat vers la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Alphonse Daudet décrit ainsi Houat en 1888 :

« Une fois le phare doublé, l'île de Houat commence à nous apparaître peu à peu, à élever au-dessus des houles de la mer sa terre rocheuse où le soleil jette un mitage de végétation, des teintes de moissons mûres, des veloutés de prés en herbe. À mesure que nous approchons, l'aspect change, le terrain apparaît désolé, brûlé de soleil et de mer, hérissé de hauteurs farouches ; à droite, un fort démantelé, abandonné ; à gauche, un moulin gris qui nous donne la vitesse des brises de terre, et quelques toits très bas groupés autour de leur clocher ; tout cela est morne, espacé, silencieux. Des criques de sable découpent de distance en distance des courbes claires et moelleuses parmi la désolation des roches (...). Le poisson abonde sur la côte, les pêcheurs vont le proposer au Croizic ou à Auray et le vendent toujours très bien, mais l'absence d'un mouillage sûr au long de cette côte bordée de rochers les handicape. Aussi la seule ambition du recteur de Houat est-elle d'obtenir un mouillage pour les sept chaloupes qui composent la marine du pays[18]. »

L'Île-d'Houat fut érigée en commune en 1891, dans le cadre du canton de Quiberon.

Les ports successifs de l'Île-d'Houat[modifier | modifier le code]

Les Houatais ont protégé leurs bateaux dans trois ports successifs :

  • Une première digue, un simple empilement de grosses pierres sèches, protégea le port primitif à partir de 1824. Ce port fut construit à l'initiative de l'abbé Rio qui avait poussé ses paroissiens à le construire en leur disant : « Pourquoi ne pourrions-nous pas soulever et entasser des rochers entiers comme no pères qui ont dressé les dolmens et les menhirs ? » [19]. Appelé Port-Collet, mais désormais complètement ensablé, ses vestiges bien conservés servent aujourd'hui à abriter quelques catamarans l'été. Une partie de ses pierres a été utilisée pour construire le deuxième abri de l'île, qu'il jouxte.
  • Le port d'Er Beg, dit « le vieux port », situé au sud de la grande plage proche du village (Treac'h er Goured), a été édifié en 1915-1916, en partie par des prisonniers allemands ; en 1932, un second môle en béton armé, parfois appelé quai Cappio (du nom de l'entreprise qui en fut responsable), complète l'ensemble. La digue sud est détruite le par une forte tempête de sud-est, qui emporta au passage plusieurs chalutiers. Ce port n'a jamais été reconstruit, il en reste une jetée partiellement submergée et le second môle. Le bâtiment blanc et cubique qui se dresse au-dessus est l'ancien « hôtel du port ».
  • Le port actuel, Port Saint-Gildas, fut inauguré en 1956. Son financement est en partie dû à un appel national à la solidarité nationale, relayée notamment par des articles des journaux Ouest-France et Le Figaro, après la tempête catastrophique de 1951[20]. Il est situé sur la côte nord à proximité immédiate du village ; les rotations par bateau avec le continent sont quotidiennes. En eau profonde, ce port a donné un second souffle à l'activité halieutique (en 1997, il était encore fréquenté par 68 pêcheurs, même s'ils étaient environ 90, pour une vingtaine de bateaux, 20 ans plus tôt)[21]. On y trouve des douches ainsi qu'un service de manutention.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de l'Île-d'Houat porte les noms de 11 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux un (Émile Le Fur, tué à l'ennemi) est mort en Belgique en 1918 ; un (Jean Le Garun, des suites d'une maladie contractée en service) en Algérie ; trois étaient des marins (Mathurin Le Garun lors du naufrage du cuirassé Suffren, Yves Le Scoharnec, mort de maladie à Lorient et Dominique Le Garun, mort de maladie à La Seyne-sur-Mer) morts en mer ou à bord de bateaux ; les autres sont morts sur le sol français (le lieu et les circonstances du décès de Jean Deschamps[22] ne sont pas connues)[23].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de l'Île-d'Houat porte le nom de Charles Le Berre, mort pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale en 1945 dans des circonstances non précisées[23].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en mai 1945 alors que l'Allemagne est déjà très largement envahie par les Alliés et que les Soviétiques occupent Berlin, le général allemand Fahrmbacher, commandant la Festung Lorient, une des poches de l'Atlantique, envoie plusieurs dizaines de fusiliers marins occuper les îles de Houat et d'Hœdic[24]. Quatre jours plus tard, le 7 mai, la capitulation allemande de la poche de Lorient est signée.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

« Vers 1950, Houat ne compte pas plus d'une cinquantaine de marins. Comme leurs voisins d'Hœdic, ils pratiquent à longueur d'année la pêche au casier car les fonds des environs sont riches en crustacés. Crabes et homards sont vendus à Quiberon ». Un Abri du marin ouvre en 1948 dans un ancien hôtel. Il ferma en 1965[25].

En 1951, une nuit d'hiver, le vieux port "Er Bec" fut ravagé par une tempête et toute la flottille de pêche fut détruite. Grâce à une souscription nationale initiée par l'abbé Martin, alors recteur de la paroisse, aux dons et aux subventions, huit mois plus tard, neuf pinasses furent offertes aux pêcheurs sinistrés. Un nouveau port, Saint-Gildas, fut aménagé en 1956, sur la côte nord, à proximité du bourg[25].

Vers la fin des années 1960, le ministère de l'Agriculture décide de construire une usine expérimentale de dessalement d'eau de mer[26]. La première en France à utiliser la technique de l'osmose inverse. Elle est détruite en 1998.

En 1972 fut créé, à l'initiative de l'Institut des pêches[27], une écloserie de homards : 20 000 bébés homards y étaient élevés chaque année (les œufs étaient prélevés sur des femelles grainées) avant d'être relâchés en mer. Mais l'affaire n'étant pas rentable, l'écloserie dut fermer en 1969[21].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2004, une tornade de catégorie EF2 ravage un camping sur l'île, tuant une personne et en blessant huit[28],[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ile-d'Houat (Morbihan).svg

Les armoiries de l'Ile-d'Houat se blasonnent ainsi :

D’azur à une fleur de lys de mer d’argent.

Conc. Abbé Marquer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1900 Ferdinand Le Roux    
1900 1904 Henri Le Gurun    
1904 1912 Ferdinand Le Roux    
1912 1920 Gilles Le Gurun    
1920 1945 Louis Le Hyaric    
1945 1953 Armand Le Gurun    
1953 1954 Joseph Le Gurun    
1954 1977 Hubert Le Berre    
1977 1995 Joseph Le Hyaric    
1995 2008 Jean Pierre Le Gurun    
2008 2014 Luc Le Gurun PS  
2014 en cours Andrée Vielvoye    
Les données manquantes sont à compléter.

Le village compte une école primaire publique[30] et un collège[31] qui scolarise aussi les enfants d'Hoëdic. La natalité, faible, permet d'alimenter les effectifs de ces établissements, de petite taille néanmoins.

La cariole de Houat

Les véhicules à moteur sont interdits sur l'île, sauf dérogation accordée par le conseil municipal. On ne compte donc pas plus de 10 voitures sur l'île[32]. L'immatriculation des bateaux houatais dépend du quartier des affaires maritimes d'Auray.

Le courrier vient, par bateau, de Quiberon.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1891. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[34].

En 2015, la commune comptait 243 habitants[Note 1], en diminution de 3,19 % par rapport à 2010 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
269 305 344 315 284 287 343 346 355
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004
331 422 446 457 430 390 390 335 318
2009 2014 2015 - - - - - -
255 242 243 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tout le territoire d'Houat dépend de la commune du même nom. Le village, installé dans le nord-est de l'île, concentre la grande majorité de la population. Le reste de l'île, très peu construit, est inhabité l'hiver.

Économie[modifier | modifier le code]

Le port Saint-Gildas.
Agriculture 

L'agriculture n'a jamais dépassé le stade de la subsistance dans le meilleur des cas à Houat. L'élevage, par contre, était très développé : chaque famille élevait au moins une vache et un cochon. Les têtes de bétail en surplus étaient d'ailleurs convoyées chaque année à la Foire des Houatais, à Saint-Gildas-de-Rhuys (Kercambre), puis Arzon sur la presqu'île de Rhuys. L'élevage des chevaux paraît avoir été très développé également, comme en témoigne d'ailleurs le nom de l'îlot avoisinant (l'île aux Chevaux, ou Melvan), sur lequel les Houatais et les Hœdicais laissaient à tour de rôle leurs poulains grandir. Depuis la fin des années 1970, l'activité agricole est inexistante.

Pêche 

La majeure partie des hommes en âge de travailler sont pêcheurs. La pêche au homard et au crabe constitue la principale ressource halieutique locale. Une écloserie de homards a été construite en 1972 sur l'île pour tenter de renouveler les viviers de pêche. Désormais, on peut visiter une unité de production de phytoplancton à usage cosmétique : l'Eclosarium. Houat est la commune de Bretagne qui compte le plus grand nombre de gens de mer par rapport à la population active.

Tourisme 
Menhir sur l'île.

C'est la seconde ressource économique de l'île. En été, plusieurs services de bateaux amènent les visiteurs de Vannes, de Port-Navalo et surtout de Quiberon. La part des résidents secondaires s'accroît, et la plaisance se développe également. Il existe une aire de camping, placée depuis environ deux ans à proximité des falaises sud-ouest de l'île situées face à l'île aux chevaux, près de Trea'ch ar Salus.

Commerces et services 

À l'année :

  • deux épiceries,
  • une boulangerie / presse,
  • un cabinet médical, faisant office de pharmacie pour les médicaments prescrits,
  • une poste.

En saison :

  • une crêperie, trois restaurants,
  • trois hôtels,
  • deux entreprises de restauration légère,
  • une location de vélos (avril/septembre),
  • une boutique de souvenirs (mai/septembre),
  • une boutique de vêtements,
  • une gendarmerie (juillet/août).

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Vue de la grande plage de Treac'h ar Goured
Lys maritime

L'île est presque entièrement recouverte d'une lande de fougères et d'ajoncs qui se fait rase du côté de la pleine mer. Les dunes de la plage de l'est sont un milieu fragile protégé par le conservatoire du littoral : on y trouve une espèce endémique sauvage de lys des dunes, très menacée. On trouve aussi des chardons, de l'ail sauvage, des rosiers sauvages nains, etc. En dehors du village, il n'y a qu'une trentaine d'arbres sur Houat.

La faune terrestre est essentiellement constituée, outre les insectes, de faisans et perdrix d'élevage, nourris au sarrasin local, et de lapins qui prolifèrent malgré la chasse qu'on leur donne. Quelques chevaux ont refait leur apparition dernièrement pour le tourisme.

Les espèces sauvages marines sont plus nombreuses que les espèces terrestres. On trouve des colonies de moules et d'huîtres sauvages, des tourteaux, des étrilles et des araignées de mer, des homards, des congres dans les rochers...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église Saint-Gildas est l'église paroissiale de l'île, dédiée à saint Gildas. Elle a été construite dans le bourg en 1766, remplaçant une ancienne chapelle située dans le vallon, détruite. On la dota d'une tribune en 1834, d'une sacristie, d'un chœur et d'un transept en 1840, et de sa tour-clocher en 1856, visible comme un amer[37].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Panoramas[modifier | modifier le code]

Île d'Houat : l'extrémité nord-ouest de l'île - Le fort des Béniguets et la pointe Beg-Er-Vachif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue celtique T. X, 1889 p. 350 Uxisama, Sena, Vindilis, Siata, Arica par Joseph Loth ouvrage disponible sur Internet Archive
  2. Houat sur infobretagne.com
  3. « Menhir à Île-d'Houat - PA00091299 - Monumentum », sur www.monumentum.fr
  4. « Deux menhirs couchés à Île-d'Houat - PA00091300 - Monumentum », sur www.monumentum.fr
  5. « Menhir à Île-d'Houat - PA00091298 - Monumentum », sur www.monumentum.fr
  6. « Dolmen à galerie de Bod-en-Lann-Vras ou Bod-en-Stang-Vras à Île-d'Houat - PA00091294 - Monumentum », sur www.monumentum.fr
  7. « Dolmen à galerie de Stang-Vras à Île-d'Houat - PA00091295 - Monumentum », sur www.monumentum.fr
  8. a et b « Association Melvan - Préhistoire de l'archipel Houat-Hoedic », sur www.melvan.org
  9. a, b et c « Houat : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Quiberon) », sur www.infobretagne.com
  10. L'amiral Lestork est un amiral anglais, qui, à la tête de 56 voiles, faisait partie d'une armée anglaise de 7 000 hommes commandée par le général James Saint-Clair (1688-1762) (voir wikipedia en anglais), qui fit, au début de la Guerre de sept ans, une descente sur les côtes de Bretagne, s'en empara en 1756 et la fit sauter (voir Jean-Baptiste Mailly, "Fastes juifs, romains et français" ou Élémens pour le cours d'histoire du collège Godran de Dijon", 1782, consultable https://books.google.fr/books?id=zbz7y8wm3bQC&pg=PA581&lpg=PA581&dq=amiral+Lestoek&source=bl&ots=UlEZe-khHI&sig=62Re4exIG7GtnQqvNkPzIcA4P-E&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjeqcSOk4HYAhUkKsAKHZt3BHMQ6AEIRzAH#v=onepage&q=amiral%20Lestoek&f=false)
  11. Cet officier fut par la suite jugé en Conseil de guerre, condamné à 21 ans de prison, après avoir été dégradé
  12. a et b Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/stream/dictionnairehist02og#page/256/mode/2up
  13. a et b A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiKo-vCi4LYAhVqBcAKHf-GASYQ6AEIODAD#v=onepage&q=Houat&f=false
  14. Jean Marie Lorcy, né vers 1761, décédé le à l'Île-d'Houat
  15. Léon de Montluc, Le collectivisme clérical, "Le Droit populaire : journal hebdomadaire", n° du 31 mars 1883, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5608880q/f2.image.r=Hoedic
  16. Jean-Marie Bachelot de la Pylaie, "Voyage d'un naturaliste dans les îles d'Houat et d'Hédic", 1825-1826, réédition 2004, éditions Melvan, présentée par Pierre Buttin, voir http://www.vers-les-iles.fr/livres/Nouveau/n_2/Bachelot.html
  17. Abbé Jean-Marie Delalande, "Hoedic et Houat : histoire, mœurs, productions naturelles de ces deux îles du Morbihan", 1850, Nantes, copie numérisée consultable http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/488
  18. Alphonse Daudet, Souvenirs d'un home de lettres, Marpon et Flammarion, 1888
  19. Cité par Marie Le Goaziou, Les îles de Bretagne, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2312-6)
  20. « blogs.ina.fr : notre site est actuellement en cours de maintenance », sur blogs.ina.fr
  21. a et b Marie Le Goaziou, Les îles de Bretagne, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2312-6)
  22. Jean Deschamps, né le à l'Île-d'Houat, facteur
  23. a et b Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org
  24. Yves Buffetaut, Les Ports de l'Atlantique : 1939-1945, Rennes, Marines éditions, , 155 p. (ISBN 2-909675-99-8), p. 150 "Les Allemands occupent Houat le 3 mai 1945 !"
  25. a et b Frédéric Tanter, "Les pêcheurs bretons et les Abris du Marin", éditions Sked, 1995, (ISBN 2-910013-00-8) édité erroné (notice BnF no FRBNF35781180)
  26. Evanno, Yves-Marie, « A Houat, l’eau potable vaut de l’or », En Envor, consulté le 24 janvier 2014.
  27. L'Institut scientifique et technique des pêches maritimes est un organisme qui a fusionné en 1984 avec le CNEXO pour former l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER)
  28. « Tornade à Ile-d'Houat (56) le 11 août 2004. Tornade EF2 dans le Morbihan, région Bretagne. Tornade F2 en France - KERAUNOS », sur www.keraunos.org
  29. Ina Actu, « 20 heures le journal : [émission du 12 Août 2004] »,
  30. « École Publique de l'Ile de Houat », sur ecole.houat.free.fr
  31. « Accueil », sur www.clg-ponant.net
  32. Marcel Robert, Iles sans voitures, 2013
  33. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  37. Thierry, « L'église Saint-Gildas de Houat », sur www.petit-patrimoine.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hœdic et Houat : histoire, mœurs, productions naturelles de ces deux îles du Morbihan par M. l'abbé Jean-Marie Delalande (1850) ouvrage disponible sur la Bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2
  • Catherine Gaston-Mathé, Houat, la mémoire de l'île, éditions Coop Breizh, (1995)
  • Jean-Pierre Bosc, Houat et Hoëdic, (1997)
  • René Scouarnec, Histoires de Houat, Verdi Éditions (2008)
  • Paul Jorion, Les pêcheurs d'Houat, Anthropologie économique, Collection Savoir, Hermann, Éditeurs des sciences et des arts (1983) (ISBN 2 7056 5951 X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]