Île-Grande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Île Grande.

Île-Grande
Blason
Blason
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Manche (océan Atlantique)
Coordonnées 48° 48′ 05″ N, 3° 34′ 30″ O
Point culminant Ty Gward (35 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Pleumeur-Bodou
Démographie
Population 800 hab.
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Île-Grande
Île-Grande

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île-Grande
Île-Grande
Îles en France

L'Île-Grande (en breton : Enez Veur) est une île constituant un village de la commune de Pleumeur-Bodou (département des Côtes-d'Armor, Bretagne).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

L'Île-Grande fait partie de la commune de Pleumeur-Bodou. Sur le littoral, elle est située entre le bourg de Penvern dans la commune de Trébeurden (à laquelle l'île est reliée au sud par un pont d'environ 50 mètres), et le bourg de Landrellec dans la commune de Pleumeur-Bodou sur le continent à l'est. L'Île-Grande est séparée de la commune par une petite baie d'un peu plus d'1 kilomètre, partiellement découverte à marée basse et qui comprend aussi l'île de Daval (habitée), l'île d'Erch et Enez Bihan (reliée au continent par une langue de sable), et plusieurs autres îlots inhabités à l'est, dont l'île Jaouen reliée à marée basse par une plage au lieu-dit de Bringuiller à la frontière des communes de Pleumeur-Bodou et Trégastel). D'autres îlots inhabités à l'ouest de l'Île-Grande (et face au littoral de Trébeurden) font également partie de la commune de Pleumeur-Bodou (dont l'île Canton, la plus grande qui protège les deux principales plages de l'Île-Grande, et encore l'île Losquet et l'île Fougère au sud-ouest de l'île Canton).

L'Île-Grande, vue de l'ouest depuis la pointe rocheuse de Kastell Erek qui sépare les deux plages de l'Île-Grande protégées par l'île Canton.

Cadre géologique[modifier | modifier le code]

Carte géologique.

Sur la côte de granit rose, des formations sédimentaires et volcano-sédimentaires plus ou moins métamorphiques du briovérien[1] sont recoupées par l'immense batholite granitique intrusif cadomien de Bréhat-Perros-Guirec. À l'ouest, s'est mis en place le massif granitique de Ploumanac'h, de dimension modeste (ellipse de 12,4 x 7,7 km en prenant en compte le plongement progressif en mer d'une plate-forme à écueils)[2]. Ce massif trégorrois montre une remarquable disposition des différents ensembles lithologiques en trois auréoles concentriques[3]. Constituées de l’intrusion successive de trois corps magmatiques elles réalisent ce que l’on nomme un « complexe centré »[4]. Ce massif granitique est accessible dans toutes ses composantes grâce au découpage du rivage, à l'importance de l'estran et au nombre d'îlots granitiques proches de la côte. La variété pétrographique et structurale (foliation, enclaves) des roches magmatiques constitue ainsi un véritable musée à ciel ouvert pour les géologues amateurs et professionnels[5].

Les leucogranites blanc-gris et à grain fin de l'île Grande correspondent à l'auréole interne du complexe centré de Ploumanac'h et forment une coupole dissymétrique faiblement entaillée par l'érosion. Deux variétés constituent cette auréole : l'une interne, gris-bleu, à biotite (plus muscovite subordonnée sur la bordure) ; l'autre externe à deux micas (biotite et muscovite) avec la présence de cordiérite pinitisée, affleurant à la pointe de Toul ar Staon[6].

Le granite gris-bleuté à biotite a été exploité dans la « grande carrière » de Castel Erek qui a fonctionné de 1908 à 1979, date qui voit le site cédé à la Ligue pour la protection des oiseaux[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1891, la construction d'un pont, à l'initiative d'Alexandre Godel permet de la relier à la terre. En ce temps, l’île ne comptait qu’à peine une quarantaine de maisons et 150 à 200 habitants. Ce pont est par la suite reconstruit en 1946 puis en 1974.

L'extraction du granite[modifier | modifier le code]

Cette exploitation est ancienne : par exemple le granité de l'Île-Grande a servi à la construction de la cathédrale de Tréguier aux XIVe et XVe siècles.

À partir du milieu du XIXe siècle et jusqu'aux années 1950, l'économie locale se développe grâce à l'exploitation intensive du granit en de nombreux points de l'île. Les carrières, désormais fermées, ont fourni du granite gris-bleu à biotite et du granite gris blanchâtre à deux micas[8]. La population est alors ouvrière, les pêcheurs et les agriculteurs sont rares.

À partir de la décennie 1860, une partie de la production de granite fut acheminée par gabare, remontant la ria du Léguer, jusqu'au Quai-d'Aiguillon dans le port de Lannion, puis transportée par des charrettes tirées par des chevaux jusqu'à la gare de Lannion, afin d'être ensuite expédiée par voie ferrée.

Le , le Président Mac-Mahon, venu charger des bordures de trottoirs à Run-ar-Laout, près de l'île Aval, à destination de Bordeaux, heurta le récif du Dreno et sombra.

La cale Saint-Sauveur est construite en 1908 ; elle était desservie par une petite voie ferrée avec locomotive à vapeur, qui servait à acheminer les pierres extraites de la carrière de Kastell-Erek. Dans cette carrière, le creusement de la roche a atteint 35 mètres au-dessous du niveau de la mer ; un haut mur, long d'une cinquantaine de mètres et renforcé par des contreforts, fut édifié pour éviter l'inondation par la mer[9].

Le granite de l'île-Grande a servi à la construction du bassin à flot de Bordeaux, ainsi qu'à de nombreux travaux de voirie ; par exemple une partie des célèbres "pavés du Nord" devenus célèbres grâce à la course cycliste Paris-Roubaix en proviennent. La grande carrière de Kastell Erek fournit des pavés à la ville du Havre, à Caen en 1922, pour le port de Granville et celui de Rouen en 1923, etc..[10].

Un développement autarcique[modifier | modifier le code]

Éloignée du bourg de Pleumeur-Bodou, l'île se développe en autarcie, possède quelques magasins de commerce et regroupe la majeure partie de la population communale.

l'église Saint-Marc

Au cours du XIXe siècle, et jusqu'au milieu du XXe, cette situation suscite des désirs de scission de la part de la population. Il en reste toujours quelques traces aujourd’hui. Mais les demandes n'aboutirent jamais malgré plusieurs accords du conseil municipal. Seule l'autonomie religieuse est acquise, le 12 décembre 1923, lorsque l'île est érigée en paroisse.

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le est posée la première pierre de l'église Saint-Marc, bénie le 26 juin 1910. Construite par les architectes Émile Genest et Claude-Joseph Lageat, elle remplace l'ancienne chapelle détruite.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Les petites habitations des ouvriers locaux tournent le dos aux vents dominants, au sud de l'île. Durant la première moitié du XXe siècle, le noyau des constructions s'étend le long de la route de Toul-ar-Stang vers le port à l'ouest. Mais c'est surtout après 1945 que se développent des nombreux lotissements vers le nord et l'est.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, le réseau de renseignements de la Résistance Alibi a mis en place des liaisons maritimes par vedettes rapides avec la Grande-Bretagne. Une Stèle à Port-Gelen rappelle l'action de ce réseau sur l'Île-Grande. L'un des navigateurs de ces vedettes était le père de Jane Birkin.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 et 1960, les emplois dans la Marine nationale et la Marine de commerce occupent une bonne part dans l’économie de l'île.

Île-Grande. - le centre LPO

C’est le 1er décembre 1968 que nous pouvons lire dans le Journal officiel que les habitants de l'île peuvent être appelés « Île-Grandais ».

Depuis les années 1960, avec la construction du Radôme, l’arrivée du CNET sur Lannion et le tourisme estival, Île-Grande profite de ces emplois et conserve ses enfants dans la région.

L'Île-Grande possède quelques commerces (alimentation, supérette, crêperie, cafés, vente directe de produits de la pêche...) et quelques artisans proposant visites et vente en ateliers.

L'île fait partie des lieux de promenade appréciés pour le caractère sauvage du paysage.

L'Île-Grande possède une station de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), où des images vidéo peuvent être vues en direct depuis l'Île Rouzic, une île de l'archipel des Sept-Îles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les ports
  • Les espaces naturels

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités de l'Île-Grande[modifier | modifier le code]

  • Joseph Conrad (1857-1924), écrivain anglais, a séjourné à L'Île-Grande à l'occasion de son voyage de noces et occupe entre le 7 avril et le 4 août 1896 une maison située à l'angle de la rue du Port et de l'actuelle rue Joseph-Conrad. Il y entame l'écriture d'un de ses romans les plus célèbres The Rescue (La Rescousse) qui ne sera achevé qu'en 1920[13],[14].
  • Yann Paranthoën (1935-2005), documentariste radio, est né et a longtemps vécu sur l'île. Il y avait installé un studio radiophonique[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le socle ancien icartien de la région est caractérisé par le gneiss de Port Beni et de Trébeurden constitué par des roches variées (leptynites, gneiss granitiques et granodioritiques, gneiss œillés, micaschistes, amphibolites) résultant du métamorphisme de séries d'origine essentiellement volcanique (calco-alcalines, depuis les basaltes jusqu'aux rhyolites) ou plutoniques (granites et granodiorites porphyroïdes)
  2. Yannick Lageat, Julie Nicolazo, « L'invention de la Côte de Granite rose (Bretagne) et les étapes de la valorisation d'un géomorphosite », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 86, no 1,‎ , p. 125 (lire en ligne).
  3. Carte géologique du complexe granitique de Ploumanac'h d'après Michel Barrière (1976) – Dessin de Jean Pllaine
  4. Michel Barrière, « L'architecture du complexe éruptif et centré de Ploumanac'h », Bull. B.R.G.M., vol. 2, no 1,‎ , p. 247-295.
  5. C. Lorenz, Géologie des pays européens, Dunod, , p. 149.
  6. Pierrick Graviou et Christophe Noble, Curiosités géologiques du Trégor et du Goëlo, éditions Apogée, , p. 54.
  7. « Kastel Erek », sur pleumeur-bodou.com (consulté le 14 mai 2019).
  8. Yannick Lageat, Julie Nicolazo, « L'invention de la Côte de granit[e] rose (Bretagne) et les étapes de la valorisation d'un géomorphosite », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 86, no 1,‎ , p. 127 (lire en ligne).
  9. Serj Le Maléfan, "Granites de Bretagne", Coop Breizh, 2013, (ISBN 978-2-84346-588-8)
  10. Serj Le Maléfan, "Granites de Bretagne", Coop Breizh, 2013, (ISBN 978-2-84346-588-8)
  11. Notice no PA00089436, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Église Saint-Marc de l'île-Grande », sur Inventaire général du patrimoine culturel
  13. « Joseph Conrad à Lannion et l'Île-Grande », sur Terres d'écrivains,
  14. « Joseph Conrad le forçat de l'Île-Grande », sur Le Télégramme,
  15. « association Yann Paranthoen », sur OMCL de Pleumeur-Bodou

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]