Évangile des Nazaréens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Évangile des Nazaréens (ou l'EN) est le nom traditionnel mais hypothétique donné par certains érudits pour distinguer certaines des références ou citations des Évangiles judéo-chrétiens non-canoniques existant dans les écrits patristiques ; d'autres citations proviendraient de différents évangiles.

Collation en évangile des Nazaréens[modifier | modifier le code]

La plupart des érudits du XXe siècle ont identifié l'Évangile des Nazaréens comme distinct de l'Évangile des Hébreux et de l'Évangile des Ébionites[1].

Éditions textuelles de l'Évangile des Nazaréens[modifier | modifier le code]

L'édition critique standard actuelle du texte se trouve dans le Nouveau Testament Apocryphe de Schneemelcher, où 36 versets, du verset 1 au verset 36, sont rassemblés[2]. Les passages de l'EN 1 à l'EN 23 proviennent principalement de Jérôme, les EN 24 à EN 36 proviennent ensuite de sources médiévales. Cette classification est maintenant consensuelle[3].

Toutefois Craig A. Evans (2005) suggère que « si nous avons peu de confiance dans l'identification traditionnelle des trois évangiles juifs (Nazaréens, Ebionites et Hébreux), alors peut-être devrions-nous travailler avec les sources que nous avons: (1) l'Évangile juif connu d'Origène, (2) l'Évangile juif connu d'Épiphane, et (3) l'Évangile juif connu de Jérôme[4]», suggérant par là que les textes médiévaux devraient être écartées de l'étude principale.

Le nom évangile des Nazaréens[modifier | modifier le code]

Le nom Évangile des Nazaréens a été utilisé pour la première fois en latin par Paschasius Radbertus (790-865), et à peu près à la même époque par Haimo, bien qu'il y ait une différence vis-à-vis de ce que Jérôme écrit[5]. Les descriptions " evangelium Nazarenorum ", "in evangelio Nazarenorum ", etc. deviennent ainsi monnaie courante dans les discussions ultérieures[6].

Le nom hypothétique fait référence à une identification possible avec la communauté nazaréenne de la Palestine romaine[7]. C'est un évangile hypothétique, qui peut ou pas, être identique ou dérivé de l'Évangile des Hébreux ou de l'Évangile canonique de Matthieu[8]. Le titre, Évangile des Nazaréens, est un néologisme car il n'a été mentionné dans les catalogues de l'Église primitive ni par aucun des pères de l'Église[9]. Aujourd'hui, tout ce qui reste de son texte original sont des notations, des citations et des commentaires de divers Pères de l'Église, comme Hégésippe, Origène, Eusèbe et Jérôme.

L'Évangile des Nazaréens a fait l'objet de nombreuses discussions critiques et conjectures au cours du siècle dernier. Des discussions récentes ont jeté une lumière considérable sur les problèmes liés à cet évangile. En effet les seuls témoins littéraires sont de brèves citations trouvées dans la littérature patristique et des citations des Pères de l'Église. (Jérôme, Commentaire sur Michée, 7). Cela revêt une grande importance car une critique plus sévère soutient que l'Évangile canonique de Matthieu n'est pas une reproduction littérale de l'autographe original de Matthieu, mais plutôt la production d'un rédacteur inconnu, composé en grec à titre posthume pour Matthieu[10]. Cela correspond par ailleurs à l'assertion de Jérôme, selon laquelle il a déclaré: « Matthieu, également appelé Lévi, apôtre et ancien publicain, a composé un évangile du Christ d'abord publié en Judée en hébreu pour le bien de ceux qui croyaient, mais c'était après traduit en grec, mais par quel auteur est incertain." (Jérôme, La vie des hommes illustres, Chapitre 3)

Contexte - Nazaréens[modifier | modifier le code]

Le terme Nazaréen a été appliqué à Jésus de Nazareth (Évangile de Matthieu 2:23). La mention d'une "secte des Nazaréens" apparaît d'abord avec Tertulle (Actes 24: 5). Après Tertulle, le nom n'apparaît plus, à part une référence peu claire dans l'Onomasticon d'Eusèbe, jusqu'à ce qu'un nom similaire, "Nazôréens", soit distingué par Epiphane dans son Panarion au 4ème siècle[11].

C'était le terme utilisé pour identifier la secte à prédominance juive qui croyait que Jésus était le Messie. Lorsque cette secte s'est ramifiée dans le monde des Gentils, ils se sont faits connaître du nom de chrétiens[12].

Au 4ème siècle, les Nazaréens sont généralement acceptés comme étant les premiers chrétiens à adhérer à la loi mosaïque dirigés par Jacques le Juste, le frère de Jésus. Traditionnellement, il dirigeait l'Église depuis Jérusalem, selon 1 Corinthiens (15:7), il avait une l'apparence de Jésus ressuscité, et seulement « à tous les apôtres »[13].

Sources primaires - Témoignages patristiques[modifier | modifier le code]

Concernant son origine, Jérôme raconte que les Nazaréens croyaient que l'Évangile hébreu qu'il avait reçu alors qu'il était à Chalcis avait été écrit par Matthieu lui-même. Dans son ouvrage Sur les hommes illustres, Jérôme explique que Matthieu, également appelé Lévi, a composé un évangile du Christ, qui a été publié pour la première fois en Judée en écriture hébraïque pour le bien de ceux qui circoncisaient qui croyaient (Sur les hommes illustres, 2). En même temps, dans son Commentaire sur Matthieu, Jérôme se réfère à l'Évangile des Nazaréens et à l'Évangile des Hébreux.

Epiphane est du même avis ; il déclare dans son Panarion que Matthieu seul a exposé et déclaré l'évangile en hébreu parmi les écrivains du Nouveau Testament : "En vérité, Matthieu seul des écrivains du Nouveau Testament a exposé et déclaré l'Évangile en hébreu en utilisant le script hébreu." (Panarion 30.3.7)

Origène ajoute à cela en déclarant que, parmi les quatre évangiles, Matthieu, le receveur qui est devenu plus tard un apôtre de Jésus-Christ, a d'abord composé l'évangile pour les convertis du judaïsme, publié en langue hébraïque. (Eusèbe, Historia Ecclesiastica, 6,25)

Prises de position[modifier | modifier le code]

Il existe deux points de vue concernant la relation entre les citations survivantes de l'EN :

L'évangile comme dépendant du Matthieu canonique[modifier | modifier le code]

En raison de contradictions dans le récit du baptême de Jésus et d'autres raisons, la plupart des experts considèrent que l'Évangile des Nazaréens, l'Évangile des Hébreux et lÉvangile des Ébionites sont trois évangiles distincts, même si Jérôme a lié les Nazaréens à celui des Ebionites dans leur utilisation de lEvangile des Hébreux[14].

Philipp Vielhauer écrit que les fragments grecs et latins collectés de l'EN, prouve que "son caractère littéraire [est] secondaire par rapport au Mt canonique; encore une fois, du point de vue de la critique de forme et de l'histoire de la tradition, comme ainsi que celle du langage, il ne présente pas un "proto-Matthieu" mais un développement de l'Évangile grec de Matthieu (contre Waitz)." De même, en ce qui concerne les fragments syriaques, Vielhauer écrit "l'EN araméen (syriaque) ne peut pas être expliqué comme une rétroversion du Mt grec; les expansions romanesques, les nouvelles formations, les abréviations et les corrections l'interdisent. En termes littéraires, l'EN peut être mieux caractérisé comme un rendu de targum du Matthieu canonique.[15]" De ce point de vue, les fragments de l'EN sont liés à la version canonique de Matthieu, avec des différences mineures. Par exemple, l'EN remplace «pain quotidien» par «pain pour demain» dans la prière du Seigneur (EN 5), déclare que l'homme dont la main était flétrie (EN 10 ; « Matthew 12:10-13 ») était un tailleur de pierre et raconte qu'il y avait eu deux hommes riches adressés par Jésus (« Matthew 19:16-22 ») au lieu d'un seul (EN 16).

L'évangile de Matthieu comme dépendant de l'EN[modifier | modifier le code]

James R. Edwards (2009) soutient que l'évangile de Matthieu est basé sur un original hébreu et que les citations de l'Évangile des Nazaréens font partie de cet original[16].

Le point de vue d'Edwards est antérieur à celui d' Edward Nicholson (1879), bibliothécaire de Bodley. Ses conclusions étaient les suivantes:

  1. «Nous constatons qu'il existait chez les Nazaréens et les Ebionites un Évangile communément appelé l'Évangile selon les Hébreux, écrit en araméen, mais avec des caractères hébreux. Sa paternité a été attribuée par certains aux apôtres en général, mais par beaucoup ou la plupart - y compris clairement les Nazaréens et les Ebionites eux-mêmes - à Matthieu.[17]"
  2. "Les Pères de l'Église, alors que l'Évangile selon les Hébreux existait encore dans son intégralité, s'y référaient toujours avec respect, souvent avec révérence: certains d'entre eux l'acceptaient sans hésitation comme étant ce que la tradition affirmait être - l'œuvre de Matthew - et même ceux qui n'ont pas enregistré leur expression de cette opinion ne l'ont pas remis en question. Une telle attitude est-elle compatible avec la supposition que l'Évangile selon les Hébreux était une œuvre de tendances hérétiques? Cela s'applique avec une force décuplée à Jérôme. Après l'avoir copié, l'aurait-il traduit, s'il y avait vu de l'hérésie, pour diffusion publique à la fois en grec et en latin, et aurait-il continué à privilégier la tradition de Matthieu ? Et Jérôme, notons-le, ne cite pas seulement ces trois passages sans désapprobation; il en cite en fait deux (Fr. 6 et Fr. 8) avec approbation.[18]"

La position de Nicholson selon laquelle l'Évangile des Hébreux était le véritable Évangile de Matthieu fait toujours l'objet d'un débat houleux. Cependant, la plupart des savants [19] conviennent maintenant que l'Évangile de Matthieu trouvé dans la Bible n'a pas été écrit par Matthieu, mais composé à titre posthume pour lui[10].

Les preuves talmudiques des premiers évangiles chrétiens, combinée avec la référence de Papias à la "logia" hébraïque (Eusèbe, Histoire de l'Église III. 39. 16)[20] et la découverte par Jérôme de lÉvangile des Hébreux en araméen (Jérôme, contre Pélage 3.2) ont conduit des universitaires tels que CC Torrey (1951) d'envisager un évangile araméen ou hébreu original, c'est-à-dire lévangile des Hébreux en tant qu'il est utilisé par les Nazaréens[21].

L'Évangile des Nazaréens a souligné la judéité de Jésus[22],[23]. Selon plusieurs sources anciennes, dont Jérôme (contre Pélage 3) et Épiphane (Panarion 29-30), l'Évangile des Nazaréens était synonyme de lÉvangile des Hébreux et de lÉvangile des Ebionites. Ron Cameron considère toutefois ce lien comme douteux[24].

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine est contestée, mais puisque Clément d'Alexandrie a utilisé le livre dans le dernier quart du deuxième siècle, il doit alors être antérieur au IIème siècle. Son lieu d'origine pourrait être Alexandrie puisque deux de ses principaux témoins, Clément et Origène, étaient des Alexandrins. Cependant, la langue originale de l'Évangile des Nazaréens était l'hébreu, suggérant qu'il a été écrit spécifiquement pour les chrétiens juifs de langue hébraïque en Palestine, et en Syrie.

Le texte reconstruit existant de l'Évangile des Nazaréens et les écarts avec Matthieu canonique[modifier | modifier le code]

La liste suivante [25],[26],[27] représente des variantes trouvées dans l'Évangile des Nazaréens comparativement à des passages de l'Évangile de Matthieu[28]:

  • (EN 2) Dans Matthieu 3, il est écrit: "Voici, la mère du Seigneur et ses frères lui ont dit: 'Jean-Baptiste baptise pour la rémission des péchés; allons et baptisons-le par lui." Mais Il leur dit: "En quoi ai-je péché pour que j'aille me faire baptiser par lui? A moins que ce que je viens de dire soit le péché de l'ignorance." (Jérôme, contre Pélage 3.2 ")[29]
  • (EN 3) Matthieu 4: 5 n'est pas "dans la ville sainte" mais "à Jérusalem".
  • (EN 4) Matthieu 5:22 n'a pas l'expression "sans cause" comme dans א B 2174, certains vg mss, certains eth mss
  • (EN 5) Matthieu 6:11 dit: "Donnez-nous aujourd'hui notre pain pour demain." (Jérôme, Commentaire sur Matthieu 6:11)[30]
  • (EN 6) Matthieu 7:23 ajoute: "Si vous êtes dans mon sein, mais ne faites pas la volonté de mon Père céleste, je vous chasserai de mon sein." [25] comme avec le non-canonique 2 Clément 2:15[31].
  • (EN 7) Matthieu 10:16 a "plus de sages que des serpents" plutôt que "sages comme des serpents".
  • (EN 23) Dans Matthieu 10: 34-36, la traduction syriaque de la théophanie d'Eusèbe contient: `` Il (le Christ) lui-même a enseigné la raison des séparations des âmes qui ont lieu dans les maisons, comme nous l'avons trouvé quelque part dans l'Évangile qui est répandu à l'étranger parmi les Juifs dans la langue hébraïque, dans laquelle il est dit: "Je choisis pour moi-même les plus dignes; les plus dignes sont ceux que mon Père céleste m'a donné." (Eusèbe, Théophanie, traduction syriaque 4.12)
  • (EN 8) Matthieu 11:12 lit "est pillé" au lieu de "souffre de violence".
  • (EN 9) Matthieu 11:25 a "Je te remercie" plutôt que "Je te loue".
  • (EN 10) En Matthieu 12: 10-13, l'homme qui avait la main desséchée est décrit comme un maçon qui a demandé de l'aide avec les mots suivants: "J'étais un maçon cherchant un moyen de subsistance avec mes mains. Je t'en supplie, Jésus, de me rendre à ma santé, afin que je n'aie pas honte de mendier ma nourriture. " (Jérôme, Commentaire sur Matthieu 12:13)
  • (EN 11) Matthieu 12:40 omet "trois jours et trois nuits" précédant immédiatement "au cœur de la terre".
  • (EN 12) Matthieu 15: 5 se lit comme suit: "C'est un korban (offrande) dont vous pouvez profiter." ; 7:11,KJV.
  • (EN 13) Matthieu 16: 2b-3 a été omis, comme dans א B V X Y Γ Uncial 047.
  • (EN 14) Matthieu 16:17 a l'hébreu "Shimon ben Yochanan" (Simon fils de Jean) au lieu de l'araméen "Simon Bar-Jonah" (Simon fils de Jonah).
  • (EN 15) En Matthieu 18: 21-22, Jésus est enregistré comme ayant dit: "Si votre frère a péché par la parole et a fait trois réparations, recevez-le sept fois par jour." Simon, son disciple, lui dit: "Sept fois par jour?" Le Seigneur répondit, lui disant: "Oui, je te le dis, jusqu'à soixante-dix fois sept fois. Car dans les prophètes aussi, après avoir été oints du Saint-Esprit, une parole de péché a été trouvée. (Jérôme, contre Pélage 3.2)
  • (EN 16) Dans Matthieu 19: 16-24, Origène, dans son Commentaire sur Matthieu, rapporte qu'il y a eu deux hommes riches qui se sont approchés de Jésus en chemin. Origène rapporte que le deuxième homme riche a demandé à Jésus: "Rabbi, quelle bonne chose puis-je faire pour vivre?" Il (Jésus) lui dit: "Homme, accomplis la loi et les prophètes." Il lui répondit: "Je l'ai fait (donc)". Jésus a dit: "Allez, vendez tout ce que vous avez, et distribuez-le aux pauvres; et venez, suivez-moi." Mais l'homme riche a commencé à s'agiter (certains exemplaires lisent, «a commencé à se gratter la tête»), car cela ne lui plaisait pas. Et le Seigneur lui dit: "Comment peux-tu dire: 'J'ai accompli la loi et les prophètes', quand il est écrit dans la loi: 'Tu aimeras ton prochain comme toi-même', et beaucoup de tes frères, fils de Abraham, sont couverts de crasse, mourant de faim, et ta maison est pleine de beaucoup de bonnes choses, dont aucune ne leur sert? " Et il (Jésus) se tourna et dit à Simon son disciple, qui était assis à côté de lui, "Simon fils de Jean, il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille que pour les riches d'entrer dans le Royaume des Cieux. " (Origène, Commentaire sur Matthieu 19: 16-30)
  • (EN 17) En Matthieu 21:12, Jérôme rapporte: "Car une certaine lumière ardente et étoilée brillait de Ses yeux, et la majesté de la Divinité brillait sur Son visage." [32] En outre, il est cité dans une note marginale d'un manuscrit du XIIIe siècle de l'aurore par Pierre de Riga ce qui suit: "Les rayons sortis de ses yeux qui les terrifièrent et les firent fuir."
  • (EN 18) Matthieu 23:35 lit "Zacharie, le fils de Jehoiada " au lieu de "Zacharie, le fils de Barachia." (Jérôme, Commentaire sur Matthieu 23:35)
  • (EN 19) Matthieu 26:74 a: "Et il a nié, et il a juré (c'est-à-dire qu'il a prêté serment), et il a maudit (c'est-à-dire qu'il a juré)."
  • (EN 21) Matthieu 27:51 déclare non pas que le voile du temple était déchiré, mais que le linteau du temple d'une taille merveilleuse s'est effondré. (Jérôme, lettre à Hedibia 120.8) [33]
  • (EN 22) Matthieu 27:65 dit: "Et il (Pilate) leur livra (les principaux sacrificateurs et les pharisiens) des hommes armés, afin qu'ils s'assoient contre le tombeau et le gardent jour et nuit."
  • EN 4, 6, 15a, 19, 22 proviennent de la «Zion Gospel Edition», trente-six manuscrits évangéliques datant du IXe au XIIIe siècle[34].
  • Les passages de l'EN 24-36 proviennent ensuite de sources médiévales.

Voir également[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Wikisource - Evangile des Nazoréens (en anglais).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Craig A. Evans Ancient texts for New Testament studies: a guide to the background literature (ISBN 978-1-56563-409-1), 2005 "The Jewish Gospels. With one or two notable dissenters, most scholars in the last century have followed Philipp Vielhauer and Georg Strecker (in Hennecke and Schneemelcher NTApoc), and more recently A.F.J. Klijn (1992), in extrapolating from the church fathers three distinct extracanonical Jewish gospels: the Gospel of the Nazarenes, the Gospel of the Ebionites, and the Gospel of the Hebrews. A recent study by Peter Lebrecht Schmidt (1998), however, has called this near consensus into question. Critically assessing the discussion from Schmidtke to Klijn, Schmidt thinks that originally there was only one Jewish gospel, probably written in Aramaic about 100 CE, called the "Gospel according to the Hebrews," which was subsequently... " cf. Hans-Josef Klauck Apocryphal gospels: an introduction 2003 p37
  2. Vielhauer and Strecker Gospel of the Nazaraeans in Schneemelcher NTA p.160-174 Fragments 1 to 36
  3. David Edward Aune The Westminster dictionary of New Testament and early Christian Literature and Rhetoric. Louisville: Westminster John Knox Press, 2003 p201 "Schneemelcher has reiterated the traditional classification of the various types of apocryphal gospels into three."
  4. Craig A. Evans Ancient texts for New Testament studies: a guide to the background literature 2005
  5. Ray Pritz, Nazarene Jewish Christianity: From the end of the New Testament period until its disappearance in the fourth Century, Brill Academic Pub., coll. « "Studia Post-Biblica" », (ISBN 978-9004081086)
  6. e.g. Johann H. Majus, Repetitum examen Historia criticœ textus Novi Testamenti a PR Simonio, 1699
  7. The Oxford Dictionary of the Christian Church, F.L. Cross and E.A. Livingston (editors), Oxford University Press, 1989 p. 626.
  8. « Gospel of the Nazoreans », Maplenet.net (consulté le 18 avril 2018)
  9. F. L. Cross and E .A. Livingston, The Oxford Dictionary of the Christian Church, 1989, Oxford University Press, p. 626.
  10. a et b The Interpreters Bible, Vol. VII, Abington Press, New York, 1951, pp. 64–66
  11. Lawrence H. Schiffman, James C. VanderKam Encyclopedia of the Dead Sea Scrolls: N-Z Nazarenes - 2000 - 1132 "... occurs only once in the post-New Testament Greek literature between Acts and Epiphanius, in Eusebius's Onomasticon, though it remains doubtful whether the term here concerns Nazoreans (rather than Christians in general)."
  12. F.L. Cross & E.A. Livingston, The Oxford Dictionary of the Christian Church, Oxford University Press, 1989. p 957 & 722.
  13. The Oxford Dictionary of the Christian Church, F.L. Cross and E.A. Livingston (editors), Oxford University Press, 1989. p 957 & 722.
  14. The Oxford Dictionary of the Christian Church, F.L. Cross and E.A. Livingston (editors), Oxford University Press, 1989 p. 439
  15. Vielhauer, Geschichte der urchristlichen Literatur (Berlin/New York: de Gruyter, 1975) p652
  16. James R. Edwards, The Hebrew Gospel & the Development of the Synoptic Tradition, © 2009, Wm. B. Eerdmans Publishing Co.
  17. The Gospel According to the Hebrews, Edward Byron Nicholson, C. Kegan Paul & Co., 1879. p.26
  18. The Gospel According to the Hebrews, Edward Byron Nicholson, C. Kegan Paul & Co., 1879. p.82
  19. « Gospel of Matthew », Earlychristianwritings.com, (consulté le 18 avril 2018)
  20. Bart Ehrman, Jesus: Apocalyptic Prophet of the New Millennium, © 1999 Oxford University Press, p.43
  21. The Interpreters Bible, Vol. VII, Abington Press, New York, 1951, p.67
  22. Bart Ehrman, The New Testament: A Historical Introduction to the Early Christian Writings, Oxford University Press, USA, (ISBN 0-19-515462-2)
  23. Bart Ehrman, The Lost Christianities: The Battles for Scripture and the Faiths We Never Knew, Oxford University Press, USA, (ISBN 0-19-514183-0, lire en ligne)
  24. Ron Cameron, ed., The Other Gospels: Non-Canonical Gospel Texts (Philadelphia, PA: The Westminster Press 1982), pp. 97-102
  25. a et b « The Gospel of the Nazoreans », Earlychristianwritings.com (consulté le 18 avril 2018)
  26. « Gospel of the Nazoreans from Throckmorton », Earlychristianwritings.com (consulté le 18 avril 2018)
  27. « Apocrypha: Gospel of the Hebrews », Interfaith (consulté le 18 avril 2018)
  28. Bart Ehrman, Lost Scriptures: Books that Did Not Make It into the New Testament, Oxford University Press, USA, (ISBN 0-19-514182-2, lire en ligne)
  29. « Ehrman, Bart (2003). ''Lost Scriptures: Books that Did Not Make It into the New Testament.'' Oxford University Press, USA », Books.google.com (consulté le 18 avril 2018)
  30. In his Commentary on Matthew, Jerome, citing the Gospel of the Hebrews which the Nazarenes used, writes: "In the so-called Gospel of the Hebrews, for bread essential to existence I found MAHAR, meaning of tomorrow. So, the sense is our bread for tomorrow, that is, of the future, give us this day." Latin: "In Evangelio quod appellatur secundum Hebraeos, pro supersubstantiali pane, reperi MAHAR (מחר), quod dicitur crastinum; ut sit sensus: Panem nostrum crastinum, id est, futurum da nobis hodie." Jerome, Commentary on Matthew 6:11
  31. « CLEMENT OF ROME, Second Epistle », Pseudepigrapha.com (consulté le 18 avril 2018)
  32. Jerome Commentary on Matthew 21:12
  33. Refer to Strong's Concordance entry H4947.
  34. Schneemelcher New Testament Apocrypha: Gospels and related writings p149, 160-162

Liens externes[modifier | modifier le code]

Traductions en ligne de l'Évangile de Matthieu :