Éva Darlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eva Darlan
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Éva DarlanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Eva Martine Dominique OstyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Eva Darlan, nom de scène d’Eva Osty[1], née le dans le 6e arrondissement de Paris[2], est une comédienne, productrice et réalisatrice française.

Productrice de spectacles au moyen de sa compagnie, Évadées[3], elle a également réalisé deux courts métrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 14 ans, Eva Darlan suit les cours de théâtre au cours Simon et débute à 16 ans en amateur. À 18 ans, elle rejoint l'école de la Rue Blanche.

Eva Darlan passe le concours d'hôtesse de l'air pour Air Inter. Elle suit des études théâtrales à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, située alors rue Blanche et commence tout de suite une carrière théâtrale.

En 1976, le succès du spectacle des Jeanne (premier café-théâtre humoristique féministe qui se joue pendant sept ans dans le monde entier dont elle est co-autrice) lui ouvre les portes du cinéma. Elle tourne Une histoire simple de Claude Sautet[4], film pour lequel elle est nommée aux César du cinéma. Elle tourne également avec Claude Lelouch, Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Mocky et Yves Boisset. Elle est durant de longues années l'égérie de Jean-Michel Ribes, avec qui elle tourne les séries humoristiques Merci Bernard et Palace.

Elle alterne cinéma, théâtre et la télévision qui lui offrent des rôles allant des drames les plus profonds aux personnages les plus extravagants, notamment dans Juste une question d'amour, Madame le Proviseur ou Fais pas ci, fais pas ça.

En 1985, elle publie un roman chez Albin Michel, Journal d'une chic fille[5], qui raconte les prémices amoureux de Françoise, une lycéenne sérieuse et sage dans une famille déjantée et fantasque.

En 2009, elle écrit et interprète le spectacle Divins Divans[6], seule en scène qui décrit une journée de consultations d’une psychanalyste.

En 2013, elle publie Crue et Nue : Le manifeste de mon corps[7] aux éditions Jean-Claude Gawsewitch, un essai sur son corps pour évoquer le corps des femmes, dont elle tire un spectacle qu’elle joue pendant sept ans, à Paris, en province et à l’étranger.

En 2015 parait Je krach ![8] aux éditions du Moment, un témoignage de sa propre expérience face aux conséquences des subprimes.

En 2016 Grâce ![9] publié aux éditions Plon, retrace ses « combats jusqu’à Jacqueline Sauvage. »

En 2020, elle publie son deuxième roman Les Bruits du cœur[10], aux éditions Calmann-Lévy.

Engagements[modifier | modifier le code]

Féministe, Eva Darlan a été l’une des marraines de l’association Ni putes ni soumises[11]. Ayant elle-même été victime de violences sexuelles et physiques, elle crée et préside en 2016 le comité de soutien à Jacqueline Sauvage, que François Hollande finira par gracier, et s’engage avec Osez le féminisme !, ainsi qu'avec Nous Toutes dans la lutte contre les violences faites aux femmes[12].

Elle est membre du collectif 50/50 qui a pour but de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel[13],[14] et accompagne l’association Le Refuge qui recueille les jeunes homosexuels et homosexuelles abandonnés par leurs familles.

Dans sa jeunesse, d'abord enthousiaste pour la cause de la révolution iranienne qui se concrétise en 1979, elle fréquente des réunions où elle aide comme secrétaire à préparer des discours des proches de l'ayatollah Khomeini (qu'elle essaie de rencontrer, en vain). Elle fait passer des documents de l'opposition iranienne islamiste chiite dirigée par Khomeini, tandis qu'il est installé en exil en France à Neauphle-le-Château. Elle effectuera cela lors de séjours à Téhéran qu'elle obtient grâce aux billets partiellement gratuits réservés au personnel, documents qu'elle remet ensuite sur place[15].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carrière d'Eva Darlan, sur Théâtres Parisiens Associés - Les grands noms du théâtre, consulté le 25 janvier 2019.
  2. Eva Darlan sur lesgensducinema.com
  3. Jeu de mots avec ses initiales, d'après un extrait de Je krach, consulté le 8 novembre 2019.
  4. « Le cinéma sur Cinéfil : Sorties, horaires, bandes-annonces », sur Cinefil.com (consulté le ).
  5. Darlan, Eva, Le journal d'une chic fille : roman, Paris, Éditions Albin Michel, , 218 p. (ISBN 2-226-02486-7 et 978-2-226-02486-2, OCLC 16149747, lire en ligne)
  6. http://evadarlanblog.over-blog.com/article-35521049.html Le Blog d'Eva Darlan
  7. Darlan, Éva., Crue et nue : le manifeste de mon corps, Paris, Gawsewitch, , 217 p. (ISBN 978-2-35013-406-2 et 2-35013-406-7, OCLC 849881599, lire en ligne)
  8. Darlan, Éva, 1948- …, Je krach!, Paris, Éditions du Moment, dl 2015 (ISBN 978-2-35417-341-8 et 2-35417-341-5, OCLC 910889471, lire en ligne)
  9. Darlan, Éva, 1948- …, Grâce! : mes combats jusqu'à Jacqueline Sauvage, Paris, Plon, dl 2016, 153 p. (ISBN 978-2-259-24967-6 et 2-259-24967-1, OCLC 956714072, lire en ligne)
  10. Eva Darlan, Les Bruits du cœur, Paris/27-Mesnil-sur-l'Estrée, Calmann-Lévy, , 339 p. (ISBN 978-2-7021-8074-7, lire en ligne)
  11. Eva Darlan, sur Gala.fr, consulté le 11 mars 2013.
  12. « Qui est Eva Darlan, l'actrice qui se bat pour Jacqueline Sauvage ? », sur Le Figaro, (consulté le ).
  13. « Femmes dans le cinéma : "La parité n'est pas qu'un problème de nana !" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  14. « Le collectif 5050 », sur collectif5050.com (consulté le )
  15. « Eva Darlan - "J’ai été agent de la révolution iranienne" », sur parismatch.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :