Éva Circé-Côté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Éva Circé-Côté
Description de cette image, également commentée ci-après
Éva Circé-Côté
Nom de naissance Marie Arzélie Éva Circé[1]
Alias
Pseudonymes : Colombine, Musette, Jean Nay, Fantasio, Arthur Maheu, Julien Saint-Michel, Paul S. Bédard
Naissance
à Montréal (Canada)
Décès (à 78 ans)
à Montréal
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Bleu, Blanc, Rouge (1903)
  • Papineau, son influence sur la pensée canadienne (1924)

Compléments

Éva Circé-Côté (née le à Montréal, morte le à Montréal), est une journaliste, une écrivaine et une bibliothécaire québécoise. Elle est aussi connue pour son militantisme en faveur de l'éducation, contre l'ingérence du clergé dans la politique et pour l'émancipation des femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Marie Arzélie Éva Circé naît le [2]. Elle est le cinquième des douze enfants de Julie-Ézilda Décarie (1846-1926) et de Narcisse Circé (1842-1911), un conducteur de trains de marchandises qui devient marchand vers 1875[3]. Seulement trois enfants du couple Circé-Décarie, marié à l'église Notre-Dame de Montréal en 1865, atteignent l'âge adulte : Éva, Maria et Arthur[4].

L'ancêtre paternel de Julie-Ézilda Décarie, Jean Descarries dit Le Houx (vers 1620-1687), est un charbonnier de France arrivé en Nouvelle-France vers 1650. Il s'est installé à Montréal et toute sa descendance est demeurée dans cette région[5]. La lignée des Circé est également originaire de France : l'ancêtre François Sircé de Saint-Michel (1650-1714), de la région de Paris, est un soldat et chirurgien. Cinq générations de Circé résideront dans la région de La Prairie avant le départ de Narcisse, le père d'Éva, pour la ville de Montréal[5].

Le père d'Éva, Narcisse Circé, change de métier en 1870 : il abandonne la conduite de trains de marchandises pour le commerce d'habits pour hommes[6]. Il se lance dans cette entreprise avec un associé, Jos Dumouchel, et ouvre un établissement sur la rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Jacques, près de la résidence des Circé-Décarie[6]. Le magasin d'habits, qui en 1877 prend l'enseigne Narcisse Circé, déménage vers 1883-1884 au 2009, rue Notre-Dame[6]. La famille se déplace du même coup dans une plus grande maison, sur la même rue, au numéro 2007[7]. Éva, sa sœur Maria et son frère Arthur, grandissent donc en bonne partie à Sainte-Cunégonde, paroisse (1875), village (1876), ville (1884), cité (1890) puis quartier annexé à Montréal ()[8] en même temps que Saint-Henri (oct. 1905)[9].

Eva Circé (Colombine) de profil
Eva Circé (Colombine). Photo publiée dans Album universel du 2 mai 1903, p. 5.

La vie culturelle de Sainte-Cunégonde est intense malgré sa petite taille de quelque 10 000 habitants au tournant du siècle. D'une manière exceptionnelle pour l'époque, elle a des librairies, des théâtres et des cafés littéraires[10]. C'est dans l'hôtel de ville de Sainte-Cunégonde qu'est ouverte en 1905 la première bibliothèque publique de langue française non seulement dans toute l'île de Montréal, mais même au Québec et au Canada. Dirigée par Édouard-Zotique Massicotte, journaliste, historien, archiviste et poète cofondateur de l'École littéraire de Montréal, la bibliothèque profite aux résidents des quartiers Sainte-Cunégonde, Saint-Joseph, Saint-Gabriel et Saint-Henri, jusqu'à sa fermeture en 1918[11].

Entre 1884 et 1888, de 13 ans à 17 ans, elle étudie à Lachine au pensionnat des Sœurs de Sainte-Anne fondé en 1861[12]. Les étudiantes de cet établissement reçoivent une instruction assez limitée (religion, français, anglais, musique, dessin, couture, économie domestique), mais ont toutefois l'occasion de développer leurs talents littéraire et artistique[12]. Peu douée pour la couture, elle est plus dans son élément au piano et au chant et se démarque nettement par ses dons pour l'écriture[13]. À la fin de ses études secondaires, elle reçoit une médaille de bronze en littérature des mains de Lord Stanley de Preston, gouverneur-général du Canada, et de sa femme Lady Stanley[13].

Après son passage au pensionnat, elle songe à faire carrière dans la musique : elle suit des cours de piano auprès de Clara Lanctôt , des cours de chant auprès de Charles Labelle, et donne quelques concerts[14]. C'est cependant par la plume qu'elle se fera le mieux connaître du public.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Mariage et naissance de sa fille[modifier | modifier le code]

Les circonstances de la rencontre entre Éva Circé et le docteur Pierre-Salomon Côté (1876-1909), de cinq ans son cadet, ne sont pas connues[15]. Originaire du Bas-du-Fleuve, ses parents sont Elzéar Côté (1841-1920), un marchand de Sainte-Luce de Rimouski, et Ann Jane Haney (1847-1921), née en Irlande et arrivée au pays en bas âge[16]. En 1902, après avoir complété ses études à la faculté de médecine de l'Université Laval, il ouvre un cabinet de pratique sur la rue Saint-Denis, au sud de Rachel, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Il acquiert rapidement la réputation d'être le « docteur des pauvres » de ce quartier[15].

Éva Circé (34 ans) et Pierre-Salomon Côté (29 ans) se marient à l'église Saint-Jean-Baptiste le [17]. C'est le curé Magloire Auclair qui bénit leur union[18]. Suite au mariage, le couple emménage au nouveau domicile familial des Circé, situé au 462, rue Rachel, à Montréal[17], entre Hôtel-de-Ville et de Bullion[15].

Les deux époux ont des affinités intellectuelles certaines et fréquentent les mêmes milieux libéraux et francs-maçons[19]. Ils ont une fille, Ève[20], qui naît le [21]. Circé-Côté publie alors moins de chroniques, sans toutefois abandonner le journalisme[19].

Décès de son mari[modifier | modifier le code]

Son mari, le docteur Pierre-Salomon Côté, décède le d'une tuberculose intestinale: il avait trente-trois ans. Médecin reconnu, le journal Le Canada l'encensera, faisant l'éloge du « Médecin des pauvres »[22].

C'est toutefois un autre élément qui retiendra l'attention médiatique. En plus d'y aller de funérailles civiles et laïques, Éva Circé le fait incinérer, conformément à ses dernières volontés. Chose peu commune chez les Canadiens français, cette décision lui attire la foudre des milieux catholiques et de la presse de droite[19]. De plus, le cortège funèbre est composé de nombreuses figures progressistes du milieu libéral canadien-français: des francs-maçons, des hommes politiques libéraux (notamment Honoré Gervais, député de Saint-Jacques), des journalistes (la rédaction du Canada ou encore Olivar Asselin et Godfroy Langlois) ou encore des écrivains et des dramaturges (notamment Albert Laberge)[23].

La liste de ces 143 personnalités est publiée dans le Carnet mondain du journal La Presse. L'évènement fait scandale au sein de la presse conservatrice, notamment dans L'Action sociale, qui décrit les funérailles de Pierre-Salomon Côté comme une «mascarade macabre de défis à l'Église, organisé [sic.] autour d'un cadavre en décomposition, ce cercueil transformé en piédestal maçonnique»[23]. Ces commentaires entraînent une riposte du journal Le Soleil, qui y voit un «manque de charité», puis un emballement médiatique particulièrement virulent[24]. Face à la polémique, plusieurs personnalités ayant participé au cortège funèbre, notamment Honoré Gervais et Laurent-Olivier David, greffier de la Ville de Montréal, se distancient publiquement de l'évènement. D'autres, comme l'éminent journaliste Olivar Asselin, prennent la défense de Pierre-Salomon Côté et Ève Circé-Côté[25].

C'est que les critiques ne tardent pas à cibler la femme du défunt, qu'on désigne désormais comme étant la « veuve Côté »[26]. On l'accuse de ne pas avoir respecté la volonté du défunt, en enlevant notamment le crucifix qu'on avait mis entre ses mains et en lui refusant une sépulture catholique[25]. Voyant sa réputation ternie, Éva Circé-Côté répond à ces accusations et défend la réputation de son mari dans une lettre publiée dans Le Devoir. Dans la tempête médiatique, il faut noter que deux journaux appuient néanmoins Circé-Côté: le journal protestant L'Aurore et Le Pays, journal libéral au sein duquel elle collabore un an plus tard[26].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

Vers 1900, les femmes constituent environ 5 % des journalistes, éditeurs et rapporteurs (325 hommes, 18 femmes) de la presse du Québec[12]. Éva Circé connaît naturellement toutes ses collègues féminines et dès 1904 elle participe, avec Robertine Barry (Françoise) et quelques autres pionnières, à la fondation de l'Association des femmes journalistes canadiennes-françaises[12].

En 1903, elle s'exprime sur son propre engagement intellectuel en publiant le «programme» qu'elle nous dit avoir conçu deux ans plus tôt, en 1901, en se lançant dans le journalisme :

« Malgré ce qu'on en dira, j'irai mon droit chemin, fidèle au programme que je me suis tracé il y a deux ans. Lutter pour les idées généreuses et hardies, défendre les démunis, parce que leur souffrance a toujours raison contre la peur, célébrer tout ce que la nature a de superbe, tout ce que l'art a de consolant, tout ce que la science donne d'espoir à l'humanité, se pencher sur les geôles pour y suspendre une injustice, veiller à l'éducation des petits, au respect dû à la femme, vouloir le repos des siens, faire de cette plume un outil de délivrance, proclamer le chant d'amour, de penser, d'admirer, de vivre, et tout cela sans bruit, sans l'expectative d'une vaine gloriole, avec l'espérance seulement d'être utile, douce et consolante au malheur »[27].

Pendant quatre décennies, de 1900 à 1942, elle aura signé quelque 1800 chroniques[28] dans une dizaine de journaux : Les Débats, L'Avenir, L'Avenir du Nord, Le Combat, Le Monde illustré, Le Nationaliste, Le Pays, Le Monde ouvrier, L'Aurore des Canadas.

Éva Circé sous son pseudonyme de Colombine, en 1901.

Faute de documents, nous ne savons rien de la « socialisation littéraire » d'Éva Circé entre 1888 et , moment où elle décide d'envoyer quelques poèmes à Louvigny de Montigny, rédacteur en chef au journal Les Débats[29]. Quelques mois plus tard, en , alors qu'elle est âgée de 29 ans, elle a rejoint l'équipe de rédaction de ce nouvel hebdomadaire du dimanche qui se dit « ni vendu ni à vendre à aucune faction politique » et qui espère devenir plus tard un quotidien généraliste[30],[31]. Outre Louvigny de Montigny, elle y côtoie les Germain Beaulieu, Paul de Martigny, Charles Gill, Jean Charbonneau, Olivar Asselin, Arsène Bessette, qui sont tous des membres ou des proches de l'École littéraire de Montréal. Entre le et le , Les Débats publie au moins quarante textes d'Éva Circé, qu'elle signe sous les pseudonymes de « Colombine » et de « Musette »[30]. Ces textes sont surtout des chroniques et des reportages, mais on compte aussi quatre poèmes[30].

Éva Circé prend une part active dans la fondation de L'Avenir, un éphémère hebdomadaire du samedi lancé par les frères Louvigny et Gaston de Montigny, qui protestent contre l'argent du Parti libéral accepté en par le propriétaire des Débats, Alexandre Duclos, en pleine campagne électorale fédérale[32]. Faute de revenus suffisants, l'aventure de L'Avenir se termine en , et c'est avec dépit que les membres de son équipe retournent aux Débats. Ledit journal, qui ne deviendra jamais un quotidien, disparaît de son côté quelques années plus tard sous le coup de la censure de l'archevêque Monseigneur Bruchési, qui en interdit la lecture aux catholiques le . Son successeur, Le Combat, subit le même sort le [33].

En 1901, avec plusieurs collègues de l'équipe des Débats, Éva Circé entre à la rédaction du journal sherbrookois Le Pionnier, un autre hebdomadaire du dimanche[34]. Bien que publié pour son lectorat de Sherbrooke, Le Pionnier partage les locaux montréalais du Monde illustré situés sur la rue Saint-Gabriel. Entre 1901 et 1902, Éva Circé produit quelque vingt articles pour Le Pionnier[35] et environ le même nombre pour Le Monde illustré[34].

En plus des Débats, de L'Avenir, du Pionnier et du Monde illustré, Éva Circé collabore à L'Avenir du Nord, encore une fois un hebdomadaire du dimanche, d'allégeance libérale, publié à Saint-Jérôme. Elle rédige une quarantaine d'articles dans le cadre de cette collaboration, qui s'étend de 1900 à 1909[35]. Circé-Côté publie la majorité de ses textes entre 1900 et 1903 (année où son implication dans une bibliothèque municipale et d'autres activités prendront beaucoup de son temps[36]).

En , Éva Circé, Arsène Bessette et Charles Gill fondent L'Étincelle, un journal littéraire. À la même époque, d'autres femmes journalistes font également œuvre de pionnières dans les lettres : Robertine Barry avec Le Journal de Françoise, Anne-Marie Gleason (Madeleine) avec son recueil intitulé Premier péché et Marie Gérin-Lajoie avec son Traité de droit usuel[27].

C'est Éva Circé qui est l'éditrice et la propriétaire de L'Étincelle. Outre les fondateurs eux-mêmes, on compte notamment parmi les collaborateurs du journal le poète Émile Nelligan[37]. Circé-Côté publie quelque quatorze textes pour L'Étincelle : des poèmes, des contes et des essais. Sa biographe, Andrée Lévesque, estime également que plusieurs articles du journal, non-signés, furent aussi rédigés par l'éditrice-propriétaire[38].

Premier numéro du journal Le Pays, publié le 15 janvier 1910. L'article "Le Devoir" est signé par Jean Nay, un des pseudonymes qu'Éva Circé-Côté utilise pour contribuer au journal.

Le septième et dernier numéro de l'éphémère journal paraît le [38]. Le dernier texte de L'Étincelle, se penchant sur une conférence intitulée «Étude sur les causes de l'infériorité de la femme», est considéré par Andrée Lévesque comme étant le premier essai féministe d'Éva Circé-Côté[38]. Cette dernière retourne au journal Débats suite à la fin de sa brève initiative entrepreneuriale[38].

En , elle entame sa collaboration à l'hebdomadaire libéral radical Le Pays dirigé par Godfroy Langlois. Elle y publie 793 chroniques, sous plusieurs pseudonymes (Jean Nay, Paul S. Bédard, Fantasio, etc.), peut-être parce qu'elle voulait s'assurer de garder son poste à la bibliothèque parallèlement à ses activités journalistiques[39]. Sa biographe, Andrée Lévesque, se questionne à savoir si Circé-Côté a évité d'utiliser Colombine et Musette parce qu'elles auraient été « discréditées par le scandale qui persiste autour des funérailles du docteur Côté »[39]. Dans ses chroniques, elle milite pour l'instruction publique, s'insurge contre la corruption, condamne la peine de mort et, plus généralement, « exprime sa foi dans le progrès »[40].

Dès la fondation du Monde ouvrier par Gustave Francq en 1919, elle se joint à son l'équipe et publie dans le journal syndical jusqu'en 1942. À partir de 1937, elle publie aussi dans le journal protestant francophone L'Aurore.

Des parallèles peuvent être tracées entre les stratégies d'éducation au progressisme d'Éva Circé-Côté, qui passent en grande partie par le journalisme engagé, et les stratégies mises de l'avant à la même époque par les femmes anarchistes en France[41].

Écrivaine[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

En , elle publie sous le pseudonyme de Colombine un recueil d'une soixantaine de textes intitulé Bleu, Blanc, Rouge. Les 369 pages du volume paru chez Déom frères comprennent, comme nous l'indique son sous-titre, des « poésies », des « paysages » et des « causeries »[42]. Œuvre hétérogène, elle refléterait, selon le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (DOLQ), «la manière de vivre, les usages, les coutumes et les préjugés des Canadiens français de son époque[43]

Le livre reçoit une très bonne réception critique, notamment dans Le Soleil, La Patrie et L'Album universel. Même un adversaire idéologique conservateur et catholique comme le Belge d'origine Louis Tytgat, qui n'aime pas la France républicaine, est forcé de reconnaître au moins les mérites du style de l'écrivaine[44]. En 1989, le Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord (DALFAN) décrit en ces mots le recueil:

« C’est le fruit de ses enthousiasmes, de ses observations sur le "théâtre de la rue", et de ses remarques de moraliste. Il s’y manifeste un ardent patriotisme, une bonté profonde envers les petits, une forte prise de position en faveur du rôle de la femme dans la société et les lettres, tout cela, malgré une émotion trop facilement emportée, est exprimé avec une magnifique franchise, souvent avec finesse, dans une langue très pure[45]. »

Théâtre[modifier | modifier le code]

Sa pièce Hindelang et De Lorimier joué au Théâtre National environ un mois après la publication de Bleu, Blanc, Rouge lui vaut la consécration comme dramaturge[46]. Si le texte de la pièce ne nous est pas parvenu, les comptes-rendus très positifs de la presse nous décrivent un drame en quatre actes mettant en scène deux authentiques patriotes bas-canadiens (Charles Hindenlang et Chevalier de Lorimier) impliqués dans les insurrections de 1837-1838 et pendus par le gouvernement colonial britannique au Pied-du-Courant en 1839[46].

Sans doute encouragée par le succès de sa pièce dramatique, elle se lance dans l'écriture d'une comédie en un seul acte intitulée Le Fumeur endiablé, qui lui vaut un prix (ex æquo avec Un arrêt judicieux de Germain Beaulieu) lors d'un concours organisé en par Georges Gauvreau, le directeur du Théâtre National[37]. Signée Colombine, la pièce raconte l’histoire d’un bon « Canadien » qui décide, à l'occasion du Carême, d’arrêter de fumer sa pipe[20]. Si les archives ne permettent pas de prendre la mesure de la réception du Fumeur endiablé ni même d'en lire le texte, on peut souligner le fait que la pièce est lue quelque 18 ans plus tard, le , lors d'une soirée consacrée aux dramaturges canadiens organisée par la section française de la Société des auteurs canadiens[20].

En 1920, elle travaille sur un drame historique en quatre actes intitulé Maisonneuve[47]. Le , la pièce qui porte sur la fondation de Montréal est montée au théâtre montréalais His Majesty's[47]. La pièce se mérite les ovations du public et la critique de la presse libérale (Le Pays, Le Canada, La Presse, La Patrie) est très positive[48].

En , elle reçoit pour sa pièce L'Aglomanie le troisième prix d'un concours d'art dramatique lancé par L'Action française de Montréal[49]. Le texte de cette pièce en trois actes ne nous est pas parvenu, mais les critiques de La Presse et du Canada nous décrivent une comédie qui s'en prend autant à l'anglophilie qu'à l'anglophobie[49]. Malgré les fleurs de la critique, la pièce présentée au Monument-National le connaît des ratés avec des comédiens mal préparés et un public qui n'est pas au rendez-vous[50].

Essai[modifier | modifier le code]

En 1924, elle publie Papineau. Son influence sur la pensée canadienne. Dans cet « essai de psychologie historique » de quelque 250 pages, édité par R. A. Regnault & Cie., imprimeurs, et dédié au poète Gonzalve Désaulniers, elle dit vouloir procéder à un « examen de conscience nationale » en parcourant « l'histoire politique du siècle qui vient de s’écouler »[51]. Admiratrice de l'homme politique Louis-Joseph Papineau et de la génération de patriotes libéraux dont il est issu, l'essayiste se désole que sa propre génération « par couardise ou par indifférence, n’a[it] rien tenté pour perpétuer la gloire de ceux qui méritent les hommages de tout un peuple »[51].

Directrice du Lycée des jeunes filles[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XIXe siècle, Éva Circé-Côté prononce des conférences sur l'éducation des filles. Elle appuie le programme de la Ligue de l'enseignement, fondée au Québec en 1902[52].

En , avec la journaliste Georgina Bélanger-Gill, elle ouvre le Lycée des jeunes filles inc., situé au 286, rue Saint-Denis, en plein quartier latin[53]. Annoncé publiquement quelques mois plus tôt en , l'établissement privé, présidé officiellement par Gonzalves Desaulniers, est dirigé dans les faits par Éva Circé-Côté et Georgina Bélanger-Gill, qui recrutent des enseignantes de France et des États-Unis[53]. Les pensionnaires et les externes reçues par le lycée reçoivent un enseignement laïc qui se veut moderne, avec des leçons de français, d'anglais, de sténographie. Le programme comporte également des cours de beaux-arts, de musique, de chant, de peinture et de danse[54].

Éva Circé-Côté se retire de la direction peu avant la rentrée de , probablement en raison de la maladie de son mari[53]. Elle est remplacée par Mme de la Chaux, professeure de musique du Lycée[53].

Le Lycée ferme ses portes en 1910 pour de raisons qui restent à élucider[55].

Malgré sa courte vie, le Lycée des jeunes filles marque l'histoire de l'éducation des femmes en provoquant une vive réaction dans les milieux catholiques opposés à l'enseignement laïc. Refusée en 1904, la demande des religieuses de la congrégation Notre-Dame (CND) d'ouvrir un collège d'enseignement supérieur pour jeunes filles est accordée par Monseigneur Bruchési peu après [55]. Le , entre en activité l'École d’enseignement supérieur pour filles, le premier collège classique féminin du Québec[56].

Bibliothécaire[modifier | modifier le code]

Bibliothèque technique[modifier | modifier le code]
Éva Circé, plan 3/4
Éva Circé, avant 21 mars 1903.

Contrairement aux communautés anglophones de Montréal qui peuvent fréquenter la bibliothèque du Montreal Mechanic’s Institute, du Fraser Institute, de la Westmount Public Library ou du Young Men's Christian Association, la population francophone de la fin du XIXe siècle a très peu accès à des bibliothèques[57], notamment à cause de la volonté du clergé d'exercer un contrôle sur les ouvrages sélectionnés[58]. Malgré le contexte de l'époque, la Commission de la bibliothèque de la ville de Montréal approuve en 1903 la fondation de la Bibliothèque technique[59]. Cette dernière est aménagée au Monument-National, propriété de la Société Saint-Jean Baptiste [60], et sa collection est constituée d'ouvrages scientifiques servant à parfaire la formation des ouvriers[61].

Cinq personnes soumettent leur candidature pour pourvoir au poste de bibliothécaire et de conservateur à la Bibliothèque technique : Fabien Vanasse, M. Dubreuil, Mme Tremblay, Idola Saint-Jean et Éva Circé[62]. Même si elle ne possède pas de formation de bibliothécaire[63], l'appui des dames patronnesses de l'Association Saint-Jean-Baptiste ainsi que le rayonnement d'Éva Circé en tant que journaliste, poète et dramaturge ont joué en sa faveur pour l'obtention du poste[64].

À titre de bibliothécaire et de conservatrice, Éva Circé reçoit un salaire annuel de 400$ (CAD) et poursuit en parallèle sa carrière de journaliste[64]. Toutefois, sa nomination à la Bibliothèque technique semble précaire[59], car dans un article paru dans le journal La Presse du qui mentionne l'embauche de Circé-Côté, il est précisé que « plus tard, lorsque les besoins du service l’exigeront, on nommera un homme »[65]. À son ouverture, la Bibliothèque technique est ouverte 85 heures par semaine, et du lundi au samedi, ses portes ferment à 22 heures pour permettre aux travailleurs d'y accéder[66]. En 1909, Éva Circé-Côté y travaille 40 heures par semaine, soit du lundi au samedi, de 10 à 13 heures et de 19 à 22 heures ainsi que le dimanche, de 14 à 18 heures[67].

À ses débuts, la collection de la Bibliothèque technique est composée d'ouvrages destinés aux travailleurs[68] et les sujets abordés traitent de mécanique, des travaux publics, de la photographie, de la métallurgie, des mathématiques, de la physique et de la géographie[69]. En , la Commission de la bibliothèque permet à Éva Circé-Côté d'élargir le mandat de la Bibliothèque technique[70] en permettant l'acquisition de romans, de livres poétiques, historiques et artistiques[71]. Ce glissement de vocation mécontente les autorités religieuses, dont monseigneur Bruchési, et en , il avise par écrit les membres de la Commission de la bibliothèque de la présence de ces livres qu’il juge indésirables, soit parce qu'ils ne correspondent pas à la mission technique de la bibliothèque ou qu'ils sont inscrits à l'Index[72]. Le , le Conseil municipal de Montréal vote un projet de règlement qui confirme le caractère technique de la bibliothèque et, quelques mois plus tard, soit le , Éva Circé-Côté est remplacée par le journaliste Lorenzo Prince[73]. Ensuite, elle est rétrogradée au poste d’assistante-bibliothécaire[73], où son salaire annuel est révisé à 300 $ (CAD)[74]. Du au , Lorenzo Prince occupe le poste de bibliothécaire et de conservateur à la bibliothèque technique[75], puis il est remplacé en 1909 par Frédéric Villeneuve qui maintient Éva Circé-Côté dans ses fonctions d'assistante[76] et son salaire annuel est révisé à 350 $ (CAD)[74].

Au fil des années, les autorités municipales, le Conseil de la bibliothèque, le clergé et Éva Circé-Côté ont plusieurs conflits concernant le choix de livre puisque deux visions de la Bibliothèque technique s'affrontent : « fournir une aide technique aux travailleurs ou éduquer et distraire lecteurs et lectrices »[77]. Toutefois, avec l'appui de son patron Frédéric Villeneuve, et de son successeur Hector Garneau, Éva Circé-Côté poursuit son mandat d'acquérir une grande variété d'ouvrages, tout en refusant de céder aux pressions du clergé concernant les choix d'acquisition[78].

Dans les journaux où elle publie ses chroniques, Éva Circé-Côté rédige une cinquantaine d'articles sous différents pseudonymes pour présenter les enjeux de la bibliothèque publique à Montréal[79]. Ces chroniques présentent les idées de Circé-Côté concernant la bibliothèque, soit qu'elle est un lieu d'instruction[78], qu'elle doit être indépendante des autorités en place, notamment du clergé catholique[80], et qu'elle doit acquérir une grande variété d'ouvrages : de la littérature légère, des ouvrages scientifiques, des romans, etc[81].  

En 1910, la bibliothèque acquiert la collection du bibliophile Philéas Gagnon et Éva Circé-Côté devient la responsable du catalogue de cette collection[82]. En 1911, la Bibliothèque technique déménage dans l’École technique de Montréal située sur la rue Sherbrooke[78]. En 1913, son patron Frédéric Villeneuve lui fait suivre des cours de bibliographie à l'Université McGill pour parfaire ses connaissances du domaine et l'aider dans la gestion de la collection Gagnon[76]. Grâce à cette formation, elle augmente son salaire annuel à 900$[76].  

En 1914, l’annonce de la construction d’une bibliothèque municipale qui remplacera la Bibliothèque technique enchante Circé-Côté[78] et elle dédie un article sur ce sujet sous le pseudonyme de Fantasio dans le journal Le Pays le [83]. En 1915, Frédéric Villeneuve décède et Éva Circé-Côté devient bibliothécaire en chef intérimaire pour une durée de neuf mois[84]. Lorsque Hector Garneau, petit-fils de l'historien François-Xavier Garneau, est attitré au poste de bibliothécaire en chef, elle retourne dans ses fonctions d'assistante-bibliothécaire[85].   

Bibliothèque municipale[modifier | modifier le code]
Édifice Gaston-Miron (1210, rue Sherbrooke Est) en 2011

En 1917, la Bibliothèque technique devient la Bibliothèque municipale et Éva Circé-Côté est présente le jour de l'inauguration dans les nouveaux locaux situés sur la rue Sherbrooke, en face du parc Lafontaine (aujourd'hui l'Édifice Gaston-Miron)[86]. Quelques mois après son ouverture, Éva Circé-Côté constate que les rayons de la Bibliothèque municipale sont dégarnis et elle écrit une chronique, toujours sous le couvert d'un pseudonyme, pour exiger l'augmentation du budget d'acquisition de livres[86]. En 1921, elle aborde dans ses chroniques la nécessité d'embaucher des assistantes et en 1931, elle milite pour l'accessibilité de la Bibliothèque municipale aux enfants[87].

Femme de lettres, Circé-Côté participera également à la mise en valeur du rôle des écrivains et de la littérature canadienne-française, entre autres par l'octroi de prix littéraires et l'organisation de soirées littéraires à la Bibliothèque municipale[88]. En tant que membre co-fondatrice de la section canadienne-française de l'Association des auteurs canadiens (qui deviendra ensuite la Société des auteurs canadiens)[89], Circé-Côté défend aussi la question des droits d'auteur[89] et la spécificité de la littérature canadienne-française[90]. Le se tiendra à la Bibliothèque municipale la première rencontre officielle de l'Association en présence des trente fondateurs, soit des intellectuels et des professionnels du monde des lettres, de la culture et de l'éducation[91]. Circé-Côté animera à la bibliothèque des conférences, et organisera, en collaboration avec Anne-Marie Gleason (Madeleine Huguenin), Victor Morin et Aegidius Fauteux, la Semaine du livre canadien, du 21 au [91]. Les activités au programme se tiendront à la Bibliothèque municipale, mais aussi à la Bibliothèque Fraser et à la Bibliothèque Saint-Sulpice[91].

En 1922, la Bibliothèque municipale s'attaque au catalogage de la collection Gagnon, et cette tâche incombe à Éva Circé-Côté ainsi qu'à son assistante Marie-Claire Daveluy[92]. Après le départ de Hector Garneau en 1930, Félix Desrochers devient le nouveau bibliothécaire en chef jusqu'en 1932[75]. Aegidius Fauteux quitte son poste à la Bibliothèque Saint-Sulpice et devient le nouveau bibliothécaire en chef de la Bibliothèque municipale[93]. Circé-Côté et Fauteux ne s'entendent pas sur le mandat que doit avoir la bibliothèque : alors que le directeur veut en faire une institution tournée vers les « gens d'étude et la classe instruite », Circé-Côté veut en préserver le caractère populaire et démocratique[94], persuadée que la lecture et l'éducation sont les moteurs principaux du progrès social[95]. En 1932, à 61 ans, Éva Circé-Côté est congédiée par Aegidius Fauteux, le nouveau directeur de la bibliothèque[96]. Marie-Claire Daveluy prend alors sa place pour la gestion du catalogue[96]. En guise de compensation, Éva Circé-Côté reçoit une pension mensuelle de 809,10$[96].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Ayant perdu son emploi à la Bibliothèque municipale de Montréal, Éva Circé-Côté est forcée de vendre sa maison située sur le prestigieux boulevard Westmount. Elle habite alors plus à l'est, sur le boulevard Saint-Joseph (jusqu'en 1933) avant de revenir à Westmount en 1948. Elle doit toutefois avoir des locataires afin de boucler ses fins de mois[97].

Éva Circé-Côté ne met pas fin à toutes ses activités à sa «retraite». Elle fait des apparitions à la radio, notamment à CKAC et continue de publier dans Le Monde ouvrier. Amie proche de Gerogina Bélanger, elle s'implique également en tant que porte-parole au sein de la Ligue des filles natives canadiennes, une organisation féministe originaire de Colombie-Britannique ayant deux principaux buts: l'adoption de symboles propres au Canada (comme un drapeau spécifique) et la restriction de l'immigration[98]. Circé-Côté aurait été sensible à ce dernier point de par le fait qu'elle était solidaire de ses lecteurs de la classe ouvrière pouvant se sentir menacés durant la Grande Dépression[98]. Des divergences avec Georgina Bélanger, notamment sur l'aide aux colons et l'usage des fonds de la Ligue des filles natives canadiennes, finissent toutefois par la faire démissionner de l'organisation le [99].

Alors qu'elle écrit de moins en moins d'articles dans le Monde ouvrier, elle publie une série d'articles de critique cinématographique dans La Revue moderne. Elle se rapproche également des milieux protestants, publiant des articles dans le journal L'Aurore. Dans ses chroniques, elle traite de sujets comme la droite catholique, le progrès, la laïcité, le suffrage féminin ou encore l'éducation[100]. Malgré un « embourgeoisement » de Circé-Côté d'après sa biographe (notamment dans sa défense des droits des propriétaires et l'opposition aux taxes), elle continue de maintenir des positions progressistes dans les dernières années de sa vie. Elle s'oppose notamment, en 1936, à l'invasion de l'Éthiopie par l'Italie de Mussolini (qu'elle qualifie d'« antéchrist »[101]) et critique l'« inaction de la Société des Nations » et la « montée du militarisme » à l'aube de la Seconde Guerre mondiale[102].

Autre fait notable, elle se réjouit de l'obtention du droit de vote pour les femmes québécoises en 1940, symbole de l'aboutissement des multiples combats féministes qu'elle a menés tout au long de sa vie[103].

Décès[modifier | modifier le code]

Le , Éva Circé-Côté décède à l'âge de 78 ans[104]. Elle reçoit des funérailles à l'Église Unie Saint-Jean fondée en 1841 par des protestants francophones[105]. Son corps est inhumée dans un cimetière laïque de Ville Saint-Laurent nommé Montreal Memorial Park[104].

Tous les papiers de l'écrivaine sont détruits lors du nettoyage de son appartement[104] situé au 3512, avenue Vendôme[106].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre

  • 1903 : Hindelang et DeLorimier (drame historique, cinq actes)
  • 1904 : Le Fumeur endiablé (comédie, 1 acte)
  • 1921 : Maisonneuve (drame historique, 4 actes)
  • 1922 : L'Anglomanie (comédie, 3 actes, prix de l'Action française)

Poésie

  • 1903 : Bleu, Blanc, Rouge. Poésie, paysages, causeries. (recueil de poèmes et d'essais, sous le pseudonyme Colombine), Déom Frères éditeurs, Montréal, 1903

Essai

  • 1924 : Papineau, son influence sur la pensée canadienne; essai de psychologie historique (essai), Ève Circé-Côté (éditeur), R.A. Regnault & cie imprimeurs, Montréal, 1924. Réédition : Lux, Montréal, 2002, 266 pages (ISBN 978-2-922494-54-9).

Articles

Sélection de textes reproduits en ligne :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom de baptême (réf. : www.nosorigines.qc.ca)
  2. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 19
  3. Ils ont eu douze enfants, dont seulement trois atteignent l'âge adulte. (Lévesque, « Dix utopies qui ont forgé le Québec - Éva Circé-Côté, l'oubliée de la lutte pour l'égalité », dans Le Devoir, 11 juillet 2005)
  4. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 23
  5. a et b André Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 20
  6. a b et c Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 21
  7. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 21-22
  8. Avant L'autoroute, « L’histoire de Sainte-Cunégonde », sur Avant l'autoroute, (consulté le 28 février 2019)
  9. « Chronique Montréalité no 16 – Le quartier Saint-Henri | Archives de Montréal », sur archivesdemontreal.com (consulté le 28 février 2019)
  10. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 23-24
  11. « L’hôtel de ville de Sainte-Cunégonde », sur Mémoires des Montréalais, (consulté le 28 février 2019)
  12. a b c et d Lévesque, Andrée., Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-285-4, OCLC 606120396, lire en ligne), p.24
  13. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 25-26
  14. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 27
  15. a b et c Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 61
  16. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 60
  17. a et b Lévesque, Andrée, Chroniques d'Éva Circé-Côté : lumière sur la société québécoise, 1900-1942, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-337-0, OCLC 777944771, lire en ligne), p.306
  18. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 59
  19. a b et c Lévesque, Andrée, Chroniques d'Éva Circé-Côté : lumière sur la société québécoise, 1900-1942, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-337-0, OCLC 777944771, lire en ligne), p.14
  20. a b et c Josiane Lavallée, « Éva Circé-Côté », The Canadian Encyclopedia,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018)
  21. Lévesque, Andrée., Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-285-4, OCLC 606120396, lire en ligne), p.74
  22. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 84
  23. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 85
  24. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 86
  25. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté (réimpr. 2010), p. 87
  26. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 88
  27. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 45
  28. Andrée Lévesque, « Éva Circé-Côté (1871-1949) Femme de lettres », dans Bilan du siècle, Université de Sherbrooke, 5 novembre 2005, consulté le 5 novembre 2008
  29. André Lévesque, Éva Circé-Côté, p. 27-28
  30. a b et c Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 30-31
  31. « Les Débats, 1re année, numéro 1, 3 déc. 1899 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le 5 mars 2019)
  32. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 35-36
  33. Dictionnaire de la censure au Québec, (lire en ligne), p. 666
  34. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 40-42
  35. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 455
  36. Émilie Létourneau, De Colombine à Julien Saint-Michel: le féminisme chez Éva Circé-Côté, Mémoire de maîtrise (histoire), Université de Sherbrooke, 2006, p. 26.
  37. a et b Andrée Lévesque, Chroniques d'Éva Circé-Côté, , p. 305
  38. a b c et d André Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 47
  39. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 98.
  40. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 99.
  41. Nadeau, Jean-François, « L'horizon d'Éva Circé-Côté », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  42. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 48
  43. Maurice Lemire (dir.) et al., Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (Vol. 2, 1900 à 1939), Montréal, Éditions Fides, (ISBN 2-7621-0998-1, lire en ligne), p. 149
  44. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 49-50
  45. Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynski, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Éditions Fides, , 1364 p. (ISBN 2-7621-1475-6, lire en ligne), p. 312
  46. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 50-51
  47. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 154
  48. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 156
  49. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 163
  50. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 164
  51. a et b Ève Circé-Côté, Papineau, son influence sur la pensée canadienne, Montréal, R. A. Regnault & Cie, , 247 p. (lire en ligne), i-vii
  52. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 77
  53. a b c et d Lévesque, Andrée., Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-285-4, OCLC 606120396, lire en ligne), p.384
  54. André Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 79
  55. a et b Micheline Dumont, « Cent ans d'études supérieures pour les filles à Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 2 octobre 2019)
  56. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 80
  57. Michèle Dagenais, Autour de la Bibliothèque municipale de Montréal. Dans La Vie culturelle à Montréal vers 1900, sous la direction de Micheline Cambron, Fides, , 413 p. (ISBN 978-2-7621-2222-0, lire en ligne), p. 111
  58. Michèle Dagenais, Autour de la Bibliothèque municipale de Montréal. Dans La Vie culturelle à Montréal vers 1900, sous la direction de Micheline Cambron, Fides, , 413 p. (ISBN 978-2-7621-2222-0, lire en ligne), p. 116
  59. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles., Québec, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 9
  60. Juliette Chabot, Montréal et le rayonnement des bibliothèques publiques, Montréal, Fides, , 189 p., p. 32
  61. Michèle Dagenais, Autour de la Bibliothèque municipale de Montréal. Dans La Vie culturelle à Montréal vers 1900, sous la direction de Micheline Cambron, Fides, , 413 p. (ISBN 978-2-7621-2222-0, lire en ligne), p. 114-115
  62. « La Bibliothèque Industrielle sera ouverte au public aux premiers jours de septembre : Mlle Éva Circé (Colombine) est nommée bibliothécaire. », La Presse,‎ , p. 5
  63. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles., Québec, Presses de l'Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5251-7), p. 13
  64. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 56
  65. « La Bibliothèque Industrielle sera ouverte au public aux premiers jours de septembre : Mlle Éva Circé (Colombine) est nommée bibliothécaire », La Presse,‎ , p. 5
  66. Michèle Dagenais, « Vie culturelle et pouvoirs publics locaux. La fondation de la bibliothèque municipale de Montréal. », Urban History Review/Revue d’histoire urbaine,‎ 24(2) 2013, p. 47 (lire en ligne)
  67. Michèle Dagenais, « Vie culturelle et pouvoirs publics locaux. La fondation de la bibliothèque municipale de Montréal », Urban History Review/ Revue d’histoire urbaine,‎ 24(2) 2013, p. 47 (lire en ligne)
  68. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 55
  69. François Séguin, D’obscurantisme et de lumières : la bibliothèque publique au Québec, des origines au 21e siècle, Montréal, Hurtubise, , 657 p. (ISBN 978-2-89723-880-3), p. 463
  70. Michèle Dagenais, Autour de la Bibliothèque municipale de Montréal. Dans La Vie culturelle à Montréal vers 1900, sous la direction de Micheline Cambron, Fides, , 413 p. (ISBN 978-2-7621-2222-0, lire en ligne), p. 115
  71. François Séguin, D'obscurantisme et de lumières. La bibliothèque publique au Québec des origines au 21e siècle, Montréal, Hurtubise, , 657 p. (ISBN 978-2-89723-880-3), p. 465
  72. François Séguin, D’obscurantisme et de lumières : la bibliothèque publique au Québec, des origines au 21e siècle, Montréal, Hurtubise, , 657 p. (ISBN 978-2-89723-880-3), p. 465
  73. a et b François Séguin, D’obscurantisme et de lumières : la bibliothèque publique au Québec, des origines au 21e siècle, Montréal, Hurtubise, , 657 p. (ISBN 978-2-89723-880-3), p. 473
  74. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 384
  75. a et b Juliette Chabot, Montréal et le rayonnement des bibliothèques publiques, Fides, , 189 p., p. 36
  76. a b et c Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 119
  77. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l’Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5251-7), p. 14
  78. a b c et d Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l’Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5251-7), p. 16
  79. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l’Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5251-7), p. 13
  80. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 83
  81. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 82
  82. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 95
  83. Fantasio, « Enfin, nous allons l'avoir! », Le Pays,‎ , p. 3
  84. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 120
  85. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 19
  86. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 17
  87. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Presses de l'Université du Québec, 2020 p. (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 17-18
  88. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l’Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5251-7), p. 12
  89. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 166
  90. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 165
  91. a b et c Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 166
  92. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 20
  93. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles. Presses de l'Université du Québec., Québec, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 22
  94. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, , 478 p. (ISBN 978-2-89091-285-4), p. 189
  95. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, première bibliothécaire de la Ville de Montréal. Dans Marcel Lajeunesse, Éric Leroux et Marie D. Martel (dir.), Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec : portraits et parcours de vies professionnelles, Québec, Presses de l'Université du Québec, , 200 p. (ISBN 978-2-7605-5252-4), p. 13
  96. a b et c Lévesque, Andrée., Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-285-4, OCLC 606120396, lire en ligne), p.190
  97. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 191.
  98. a et b Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 194.
  99. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 195.
  100. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 197.
  101. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 202.
  102. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 204.
  103. Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté, 2010, p. 205.
  104. a b et c André Lévesque, Éva Circé-Côté, , p. 209
  105. « Une page d'histoire », sur Église unie Saint-Jean (consulté le 30 septembre 2019)
  106. « Éva Circé-Côté (1871-1949) - La Fondation Lionel-Groulx », sur www.fondationlionelgroulx.org (consulté le 30 septembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Édition de l’œuvre

Des quatre pièces de théâtre d'Éva Circé-Côté qui nous sont connues, seule Maisonneuve (1921) a été retrouvée. La copie dactylographiée de la Bibliothèque Cameron de l’Université de l’Alberta est notamment disponible en ligne, en annexe du mémoire de maîtrise de Danaé Michaud-Mastoras (2006).

  • Andrée Lévesque, Chroniques d'Éva Circé-Côté : lumière sur la société québécoise, 1900-1942, Montréal, Éditions du Remue-ménage, , 311 p. (ISBN 978-2-89091-338-7 et 978-2-890-91339-4, OCLC 937843554, présentation en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ève Circé-Côté, Papineau : son influence sur la pensée canadienne : essai de psychologie historique, Montréal, Lux éditeur, (1re éd. 1924, R.A. Regnault & cie), 266 p. (ISBN 2-922494-54-3, présentation en ligne)
  • Ève Circé-Côté, Papineau : son influence sur la pensée canadienne : essai de psychologie, Montréal, R.A. Regnault & cie, imprimeurs, , 252 p. (lire sur Wikisource, lire en ligne)
  • Colombine, Bleu, blanc, rouge : poésies, paysages causeries, Montréal, Déom frères, éditeurs, , 369 p. (lire en ligne)

Ouvrages

Articles, chapitres

  • Andrée Lévesque, « Éva Circé-Côté (1871-1949) », sur fondationlionelgroulx.org,
  • Josiane Lavallée, « Éva Circé-Côté », The Canadian Encyclopedia / L'Encyclopédie canadienne,‎ (lire en ligne)
  • Andrée Lévesque, « « Cher Ami » : cinq lettres d’Éva Circé-Côté à Marcel Dugas », Recherches féministes, vol. 24, no 1,‎ , p. 45–59 (lire en ligne)
  • Charles-Philippe Courtois, « Le républicanisme au Québec au début du XXe siècle : les cas de figure de Wilfrid Gascon, Olivar Asselin et Ève Circé-Côté », Bulletin d’histoire politique, vol. 17, no 3,‎ , p. 93‒119 (lire en ligne)
  • Andrée Lévesque, « Éva Circé-Côté, journaliste au-delà de la singularité: 1900-1916 », dans Josette Brun (dir.), Interrelations femmes-médias dans l'Amérique française, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Culture française d'Amérique », , 254 p. (ISBN 978-2-7637-8892-0, présentation en ligne)
  • Andrée Lévesque, « Une visionnaire oubliée: Éva Circé-Côté (1871-1949) », dans Jean-Philippe Warren (dir.), Mémoires d’un avenir : 10 utopies qui ont forgé le Québec, Montréal, Nota Bene, , 144 p. (ISBN 978-2-89518-241-2, présentation en ligne)
  • Claude M.J. Braun, « Éva Circé-Côté. Féministe et militante laïque (1871-1949) », Cité laïque. Revue humaniste du Mouvement laïque québécois, no 5,‎ , p. 17-19 (lire en ligne)
  • Andrée Lévesque, « Dix utopies qui ont forgé le Québec - Éva Circé-Côté, l'oubliée de la lutte pour l'égalité », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  • Andrée Lévesque, « Social Relations in Quebec from 1900 to 1939 as Seen through the Eyes of a Woman of Letters: Eva Circé-Côté », Zeitschrift für Kanada-Studien, vol. 25, no 2,‎ , p. 36-46 (lire en ligne)
  • Andrée Lévesque, « Les Québécoises et leur citoyenneté. La citoyenneté selon Éva Circé-Côté », dans Hans Ulrich Jost, Monique Pavillon et François Valloton (dir.), La Politique des droits. Citoyenneté et construction des genres aux 19e et 20e siècles, Paris, Éditions Kimé, (ISBN 978-2-908212-84-6), p. 89-104
  • Lisette Girouard, « Reconnaissances. Éva, Colombine, Julien », Arcade, no 23,‎ , p. 61-65
  • « Circé-Côté Éval », Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord,‎ (lire en ligne)
  • Kenneth Landry, « Bleu, blanc, rouge », Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec,‎ (lire en ligne)

Mémoires et thèses

  • Danaé Michaud-Mastoras, Étude sociocritique de la pièce Maisonneuve d'Éva Circé-Côté (mémoire de maîtrise (littérature)), Montréal, Université de Montréal, , 119 p. (lire en ligne)
  • Émilie Létourneau, De Colombine à Julien Saint-Michel le féminisme chez Éva Circé-Côté (1900-1921) (Mémoire de maîtrise (histoire)), Sherbrooke, Université de Sherbrooke, , 177 p. (lire en ligne)
  • Jenne MacLean, Parrots, picnics and psychic phenomena : The feminism, nationalism and social reform of Eva Circé-Côté in Le Monde Ouvrier's Montreal, 1900-1940 (mémoire de maîtrise (histoire)), Kingston, Queen's University, , 201 p. (lire en ligne)

Audiovisuel

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :