Événements militaires du mois d'août 1914

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article donne la chronologie des événements militaires du mois d'août 1914, premier mois de la Première Guerre mondiale.

Dès les premiers jours du mois, les Empires centraux prennent l'initiative de l'offensive. L'Empire allemand tente d'envahir la France à l'ouest en passant par le Grand-Duché de Luxembourg et le royaume de Belgique, deux nations neutres. La violation du territoire belge amènera l'entrée en guerre du Royaume-Uni et du Commonwealth of Nations. À l'est, l'empire allemand et son allié austro-hongrois attaquent l'Empire russe tandis que l'Autriche-Hongrie engage aussi ses troupes contre le royaume de Serbie.

Allégorie de Germania dessinée au déclenchement de la guerre.

Chronologie générale[modifier | modifier le code]

Débuts du conflit (1er-4 août)[modifier | modifier le code]

  • 2 août :
    • Traité secret d’alliance entre l'Empire ottoman et l’Empire allemand contre la Russie. L’Allemagne protège l’Empire ottoman contre la promesse de l’intervention turque à ses côtés.
    • Invasion allemande du Grand-Duché de Luxembourg
    • Ultimatum allemand à la Belgique.
    • À la suite de ces deux événements, un conseil des ministres se tient à Londres en fin de journée: le Royaume-Uni réaffirme sa volonté de défendre la neutralité de la Belgique en cas de « violation substantielle » de son territoire. Plus tôt dans la journée, les Britanniques avaient annoncé l'intervention de la Royal Navy dans le cas où la flotte allemande attaquerait les ports français de la Manche. Il n'est toutefois pas encore question d'envoyer des troupes sur le continent[1].
  • 4 août :
    • Le Canada entre dans la Première Guerre mondiale.
    • Les États-Unis proclament leur neutralité dans le conflit européen.
    • Invasion allemande de la Belgique et du Luxembourg. Les Allemands pénètrent en Belgique près d’Aix-la-Chapelle. Le roi Albert Ier lance un appel à la France et à la Grande-Bretagne.
    • Le Royaume-Uni déclare la guerre à l'Allemagne après la violation par le Kaiser de la neutralité belge.
    • Le président français Raymond Poincaré appelle à l'union sacrée à la chambre et au Sénat qui vote les crédits de guerre à l’unanimité.
    • Les députés sociaux-démocrates votent à l’unanimité les crédits de la guerre au Reichstag malgré leurs engagements contre la course aux armements.
    • Le soir, l'Allemagne déclare la guerre à la France et à la Russie.

Mobilisations[modifier | modifier le code]

« Nach Paris »: slogan de la mobilisation allemande en août 1914
France
Article détaillé : Mobilisation française de 1914.
Royaume-Uni
Empire russe
Article détaillé : Mobilisation russe de 1914.
Empire allemand
Article détaillé : Mobilisation allemande de 1914.
Empire austro-hongrois

À la veille de la Première Guerre mondiale, les forces armées austro-hongroises pouvaient aligner 48 divisions d'infanterie et 11 divisions de cavalerie. La marine n'avait qu'une vocation régionale visant à disposer une liberté d'action dans la mer Adriatique. Elle comportait 12 cuirassés, 7 croiseurs 55 torpilleurs et 6 sous-marins. L'aviation, balbutiante ne comprenait qu'une quarantaine d'avions[2]

Chefs d'état des puissances alliées
Souverains des Puissances centrales

Front occidental[modifier | modifier le code]

Situation militaire le 2 août à la veille du déclenchement des hostilités.
Cuirassiers français quittant Paris début août 1914.
Colonnes allemandes en Belgique. À droite, une colonne de chasseurs à pied identifiables à leur shakos caractéristiques.
Dragons français ramenant des prisonniers allemands
  • 8 août :
    • Les troupes françaises entrent à Mulhouse, qui tombe aux mains des Allemands deux jours plus tard.
    • Lois sur la défense du royaume (DORA, Defence of the Realm Act) en Grande-Bretagne: couvre-feu, censure de la presse, jugement par des cours martiales des civils suspectés d’intelligence avec l’ennemi. Elles s’étendront par la suite aux horaires d’ouverture des pubs et au rationnement.
Le 22 août 1914 est le jour le plus meurtrier de l'Histoire de France : 27 000 soldats français sont tués pendant cette seule journée dans les Ardennes belges (quatre fois plus qu'à Waterloo[3]), dont près de la moitié à Rossignol.
  • 25 août : repli des Alliés sur le Grand-Couronné de Nancy. Batailles de Charleroi. Les Alliés doivent se replier.
  • 31 août :
    • Les troupes franco-britanniques franchissent la Marne. Les Allemands entrent à Senlis.

Front d'Europe orientale, de Russie et des Balkans[modifier | modifier le code]

Soldats polonais à Kielce le 12 août 1914.
Troupes russes en tenue d'été en août 1914.
Le Generalfeldmarschall Paul von Hindenburg à la bataille de Tannenberg.
  • 8 août :
    • Union Sacrée en Russie : la Douma vote les crédits de guerre. Division des socialistes (ralliement à l’Union Sacrée, internationalisme, défaitisme).
  • 22 août :
    • Pologne : le socialiste polonais Józef Piłsudski organise et prend la tête des légions de volontaires polonais qui combattront aux côtés des Austro-Hongrois.
  • 23 - 25 août : bataille de Krasnik en Galicie. La Ire armée austro-hongroise signe une première victoire de l'Autriche-Hongrie durant le conflit par la mise en déroute la IVe armée russe.

Afrique, Asie, Pacifique[modifier | modifier le code]

Départ des soldats australiens.
Afrique
  • 3 août :
    • Campagne du Kamerun (fin en février 1916). Britanniques, Français et Belges encerclent le territoire allemand et installent un blocus maritime.
  • 26 août :
    • Reddition du Togo allemand. Le gouverneur du Togo, Hans Georg von Doering, envoie des télégrammes à ses homologues du Dahomey, de la Gold Coast et de l’AOF pour leur proposer la neutralisation du Togo. Ceux-ci refusent, et les troupes de l’Entente envahissent le Togo. Les troupes allemandes, prises en étau, se concentrent autour de Kamina pour y défendre la station de radio qui permet les communications avec l’extérieur. Elles préfèrent faire sauter le poste plutôt que de le laisser aux Alliés. Le 26 août, le Togo tout entier se rend. Français et Britanniques se partagent le territoire.
Asie

Guerre navale[modifier | modifier le code]

Le vaisseau britannique HMS New Zealand à la bataille d'Heligoland.

Front occidental[modifier | modifier le code]

Campagne de l'armée belge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Belgique (1914).
Soldats belges au combat pendant la Bataille de Liège.

Campagne de la cavalerie française en Belgique[modifier | modifier le code]

Engagement de la British Expeditionnary Force[modifier | modifier le code]

Les Life Guards britanniques se préparant pour leur départ vers la France

Dès le 2 août, le Royaume-Uni réaffirme sa volonté de défendre la neutralité de la Belgique en cas de « violation substantielle » de son territoire mais il n'est toutefois pas encore question d'envoyer des troupes sur le continent, le Parliament étant réticent à cette idée.

Invasion de la France[modifier | modifier le code]

Bataille des Frontières
Article détaillé : Bataille des Frontières.

Crimes de guerre allemands[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Atrocités allemandes en 1914.
L'exécution des notables de Blégny, Évariste Carpentier.
Belgique
France

Personnalités tombées au combat en août 1914[modifier | modifier le code]

Personnalités militaires[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Arrivée de réfugiés belges fuyant l'invasion aux Pays-Bas.

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]