Fraction L'Étincelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir L’Étincelle.

La Fraction L'Étincelle est un courant du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), après avoir été une fraction oppositionnelle de Lutte ouvrière de 1996 à 2008, année de son exclusion pour avoir participé à la construction du NPA[1],[2].

À Lutte ouvrière[modifier | modifier le code]

Cette fraction s'est constituée à la suite d'un désaccord entre militants sur l'évolution de l'ex-Union soviétique en 1989. En 1996, des militants de Lutte ouvrière demandent à fonctionner séparément, c’est-à-dire en fraction. Une partie des militants de la Fraction conservent la carte du parti et sont présents au congrès annuel et représentés à la direction de l'organisation. Si la Fraction obtient environ 3 % des voix lors du congrès, elle revendique cependant environ 10 % des effectifs du parti[1] (les nouveaux adhérents de la Fraction ne sont pas membres de LO et n'ont pas le droit de voter lors du congrès).

L'Étincelle déclare chercher au maximum l’action commune avec les autres militants et groupes d’extrême gauche. Cependant, dès sa constitution, le groupe exclut des militants prônant une dissolution dans la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) (devenue aujourd'hui le Nouveau parti anticapitaliste ou NPA) et s'éloigne des sections de Rouen et Bordeaux de Lutte ouvrière, cherchant également un rapprochement plus important avec la LCR et exclues par Lutte ouvrière en [3].

En 2005, un désaccord surgit quant à l'analyse des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises. Au congrès annuel, la Fraction conteste l'attitude de la majorité sur les émeutes, soutenant qu'il s'agit d'« une rébellion d'une partie de la jeunesse ouvrière », tout en critiquant les formes prises par cette révolte, telles que les destructions de bâtiments publics et les attaques contre des bus et des pompiers. Elle rappelle que Lutte ouvrière avait par le passé soutenu les émeutiers de Vaulx-en-Velin, dans des conditions assez proches de celles de . La direction, pour sa part, nie ce caractère de « révolte d'une partie de la jeunesse ouvrière » et considère que ces violences résultent certes de la crise du système capitaliste et du chômage, mais sont aussi pour beaucoup le résultat de la carence d'éducation d'une partie des jeunes déclassés de banlieue et que ces actes, essentiellement négatifs, ne peuvent pas être assimilés à une révolte de classe.

Alors que jusque là les militants de L'Étincelle participaient aux campagnes électorales en faveur des candidats de Lutte ouvrière, à partir des élections municipales de 2008 ils s'opposent à la nouvelle ligne du parti, qui souhaite conclure des accords avec le Parti socialiste et le Parti communiste afin d’obtenir des élus[4].

Le , Lutte ouvrière annonce l'exclusion de la Fraction[5], affirmant que celle-ci « s'est, depuis sa création, de plus en plus éloignée de lutte ouvrière, au point de constituer aujourd'hui une organisation complètement indépendante », soutenant des candidats différents de ceux de Lutte ouvrière lors de municipales à Wattrelos (Nord) (ce qui avait valu aux fractionnaires d'être suspendus dès ), et participant en tant qu'observateur au Comité d'animation national (CAN) pilotant la création du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)[1],[4].

Au Nouveau Parti anticapitaliste[modifier | modifier le code]

L'Étincelle devient une composante du NPA, fondé en 2009. Elle dispose d'un statut d'observateur au sein du conseil politique national de ce parti[6].

Ces militants internationalistes s’insurgent contre la « fausse solution » à la crise qu'est le « protectionnisme, made in France ». Pour eux, une seule solution : réorganiser l’économie mondiale en fonction des besoins de l’humanité, à l’échelle internationale, en commençant par renverser le capitalisme[7].

Presse[modifier | modifier le code]

La Fraction L'Étincelle édite une revue, Convergences révolutionnaires. Depuis le numéro 89, la Fraction signe ses textes politiques des seuls mots « Fraction L'Étincelle » et non plus « Fraction L'Étincelle de Lutte ouvrière »[8].

Jusqu'au mois de , elle disposait d'une tribune régulière dans l'hebdomadaire Lutte ouvrière et dans la revue mensuelle Lutte de classe[9].

Elle s'est exprimée dans la revue théorique de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) Critique communiste parue à l'été 2008 (no 188).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Lutte ouvrière exclut des militants séduits par le NPA », Libération,  : « Lutte ouvrière (LO) a annoncé ce dimanche avoir voté «la fin de toute relation» avec sa fraction minoritaire l’Etincelle, formée en 1996, lui reprochant notamment sa « participation à la construction » du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot. »
  2. L'Étincelle, 10 janvier 2009 : « Depuis plus d’un an, au moment où la LCR a proposé d’explorer la possibilité de constituer un nouveau parti anticapitaliste, la fraction L’Étincelle de Lutte ouvrière est partie prenante du processus. Elle a aujourd’hui ses représentants au CAN comme dans les commissions chargées de l’élaboration des projets de textes pour le congrès de fondation de janvier prochain (nom, programme, orientation et statuts). Elle a participé aux conférences de préparation du nouveau parti, coordination nationale fin juin, conférence salariés public-privé de septembre. Ses membres participent aux comités de base dans la mesure où ceux-ci existent. »
  3. Voir le témoignage de militants sur le blog Grand Angle Libertaire ; des extraits en ont été repris par Médiapart : Sur la domination dans les organisations émancipatrices : le cas de Lutte Ouvrière, Blog libertaire du séminaire ETAPE et du site Grand Angle.
  4. a et b LO exclut sa minorité pour flirt poussé avec le nouveau parti de M. Besancenot, Le différend remonte aux élections municipales, où "l'Etincelle" a contesté l'alliance avec le PS et le PCF, lemonde.fr, 22 septembre 2008.
  5. Romain Mathieu, « Tous ensemble ! » ? Les dynamiques de transformation de la gauche radicale française, thèse pour l’obtention du grade de Docteur en science politique de l’Université de Lorraine, présentée et soutenue publiquement le 19 novembre 2015, p. 784 : « En 2008, ce sont les militants de la fraction L’Etincelle qui sont, à leur tour, exclus en raison de leur soutien au projet NPA et à des alliances LO-NPA. Ils intègrent rapidement le NPA. »
  6. Stéphane Alliès, « Le NPA se passerait bien d'un « front de gauche » avec Mélenchon et le PC », sur Mediapart.
  7. Christian Beuvain, recension du No 80 (mars-avril 2012) de Convergences révolutionnaires, dans Dissidences, No 4 (automne 2012), rubrique « Revue des revues », second semestre 2012.
  8. "Qui sommes nous, que voulons-nous".
  9. Jean-Pierre Hirou, Du trotskysme au communisme libertaire : Itinéraire d'un militant révolutionnaire, Éditions Acratie, 2003, 273 pages, p. 146 et 162.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]