Étienne Texier d'Hautefeuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis-Étienne d'Hautefeuille
Biographie
Naissance
à Malicorne (Yonne)
Décès (à 75 ans)
à Paris
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité
Langue Langue de France
Prieur d'Aquitaine
23 septembre 1691 –3 mai 1702
Bailli capitulaire de l'Ordre
1669 –1691
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction religieuse
Ambassadeur de l'Ordre à la cour de France
Abbé commendataire de l'Abbaye
du Mont-Saint-Michel de 1670 à 1702

Blason

Louis-Étienne Texier d'Hautefeuille, dit le « Bailli d'Hautefeuille », né le à Malicorne (Yonne) et mort le à Paris, est un chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[modifier | modifier le code]

Reçu de minorité à l'age de 7 ans, le [1] [2] dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il fera ses caravanes et présentera ses vœux pour devenir chevalier, bailli capitulaire de l'Ordre de 1669 à 1691 et prieur provincial au grand prieuré d'Aquitaine du [3] à sa mort le . Il fut également ambassadeur extraordinaire de son Ordre à la cour de France.

Prélature[modifier | modifier le code]

Parallèlement, à la mort de Jacques de Souvré, des lettres royales du lui donnèrent pour successeur, Étienne d'Hautefeuille. Lieutenant-Général des Armées du Roi le [4].

Le Mont Saint-Michel

Sous sa prélature, se succède à la tête de son monastère, par décision du chapitre général de la congrégation de Saint-Maur, de Michel Gazon, appelé à de plus hautes fonctions en 1671, à Jean Godefroy, qui mourut dans ce monastère l’année même de son élection, à don Chevor, appelé à ces fonctions le , et à don Laurent Henault, dont la nomination par la diète de 1674 fut confirmée l’année suivante. Michel Brion, chargé de ces fonctions le , fut obligé, par maladie, de déposer la démission de son titre, qui fut conféré l’année même à don Philippe Rousseau, et à Guillaume de Rieux le . Son successeur, don Pierre Terrien, élu le . Don Joseph Aubrée, qui fut élu en 1687, eut pour successeur don Henry Fermelys, en 1690. Le chapitre général le remplaça, en 1693, par don Jean Loisie. L'accord qu'il leur consentit attribuait à la communauté tous les droits et dépendances du prieuré de Cancale et de Saint-Méloir, des baronnies de Saint-Jean-Ie-Thomas et de Brion, des fiefs de Bouillon, de Bacilly et du Pré-de-la-Haize, sous la réserve seule de la présentation aux bénéfices.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vertot, 1726, p. 105
  2. de La Roque, 1891, col. 235
  3. François Alexandre de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la Noblesse de France, 1776, page 641
  4. La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fulgence Girard, Histoire géologique, archéologique et pittoresque de Mont Saint-Michel, Avranches, E. Tostain, 1843, p. 327-49.
  • Edmond Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs français au XVIIe siècle, Paris, A. Quantin, 1884, p. 136.