Étienne Terrus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Terrus
Étienne Terrus - Portrait casquette.jpg
Étienne Terrus.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ElneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Étienne Terrus, né le [1] à Elne (Pyrénées-Orientales)[2] et mort dans la même ville[2] le [1], est un peintre français, spécialiste des paysages du Roussillon.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'un talent précoce, Étienne Terrus part étudier à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Cabanel en 1878[3]. Ce Catalan attaché à ses racines ne se plaît cependant pas dans la vie parisienne. Il ne se lie pas avec ses condisciples et retourne rapidement à Elne, où il réalise la majorité de ses œuvres.

Cheminant à pied avec son chevalet et son matériel, il peint des vues du Roussillon. Son art reflète l'influence de Jean-Baptiste Camille Corot, du postimpressionnisme, des nabis, de Paul Cézanne et du fauvisme[4]. Terrus est apprécié de son vivant par un grand nombre d'artistes, parmi lesquels George-Daniel de Monfreid, André Derain et Henri Matisse, avec qui il échange une abondante correspondance entre 1905 et 1917.

Ami et mentor d'un autre grand artiste roussillonnais, Aristide Maillol, il préfère, contrairement à ce dernier, demeurer dans sa région natale.

Maillol, qui était au chevet du peintre à son décès[3] le , lui dédia un monument à Elne.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1994, le musée Terrus[5] a vu le jour à Elne.

L'exposition « Le Roussillon à l'origine de l'Art Moderne » au palais des Congrès de Perpignan en 1998, a remis l'œuvre du peintre dans le contexte de son époque.

En avril 2018, il a été établi que 82 des toiles attribuées à Étienne Terrus conservées dans le musée Terrus sont des faux[6],[7], soit 60 % de la collection ; d'après l'enquête en cours, l'institution aurait été victime d'une vaste escroquerie[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Autorité BnF.
  2. a et b Page sur Étienne Terrus sur le site de la mairie de Perpignan.
  3. a et b (en) « Terrus, Étienne (1857 - 1922), Painter, watercolourist », notice du Dictionnaire Bénézit.
  4. « Musée Terrus », sur ville-elne.fr).
  5. Musée municipal (Cf. « Musée Terrus », sur ville-elne.fr).
  6. « Pyrénées-Orientales : la moitié des tableaux d'un musée sont des faux, préjudice estimé à 160 000 euros », sur francetvinfo.fr, (consulté le 28 avril 2018).
  7. « Le musée Terrus d'Elne victime d'escroquerie aux faux tableaux », sur francebleu.fr, (consulté le 28 avril 2018)
  8. « L'Art des faux », par Antoine Mestres et Léo Ruiz, in Society, 82, mai-juin 2018, pp. 70-74.
  9. Monument à Étienne Terrus, notice sur inventaire-patrimoine-culturel.cr-languedocroussillon.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Alduy, Jean-Pierre Barou, Bertrand Lorquin, Roseline Bacou, Le Roussillon à l'origine de l'art moderne 1894-1908, Montpellier, Indigène éditions, 1998, 96 p. (ISBN 2-911939-08-5).
    Catalogue de l'exposition présentée salle Maillol au palais des Congrès de Perpignan, du 4 juillet au 27 septembre 1998.
  • Madeleine Raynal, « Étienne Terrus », Conflent, no 181,‎ janvier-février 1993, p. 2-6.

Liens externes[modifier | modifier le code]