Aller au contenu

Étienne Delessert (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Étienne Delessert
Étienne Delessert en 2011.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
LakevilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Lieu de travail
Distinction
Site web

Étienne Delessert, né à Lausanne en Suisse le et mort le à Lakeville dans le Connecticut aux États-Unis[1],[2], est un écrivain, dessinateur et artiste peintre helvético-américain.

Étienne Delessert naît le à Lausanne dans le canton de Vaud[3]. Son père, Ferdinand, mort en 1960, est pasteur ; sa mère, Bérengère, meurt deux semaines après l'avoir mis au monde[4],[5].

Après le gymnase, il travaille comme graphiste publicitaire de 1959 à 1974, en Suisse, à Paris à partir de 1961, puis à New-York[4],[6]. Il collabore notamment avec le New York Times, Le Monde, The Atlantic Monthly et Siné Hebdo[7]. Il travaille également avec Jean Piaget sur l'interprétation des dessins d'enfants par des enfants[8] ; influencé par cette rencontre, il écrit en 1970 : Comment la Souris reçoit une pierre sur la tête et découvre le monde[9].

En 1985, il part vivre aux États-Unis, à Lakeville dans le Connecticut[6].

Il est marié à la graphiste Rita Marshall, rencontrée en 1981, avec qui il a eu un fils prénommé Adrien[10],[3].

Parcours artistique

[modifier | modifier le code]

Étienne Delessert illustre son premier livre en 1962[11], un essai de Joël Jakubec intitulé « Kafka contre l'absurde »[12].

En 1967, paraît son premier livre, Sans fin la fête, chez Harlin Quist.

En 1973, il fonde la société Carabosse à Lausanne qui conçoit et réalise des dessins animés pour la télévision[6]. Il crée les éditions Tournesol en 1978 avec Anne van der Essen[13].

En 1979, il dessine l'affiche du film Les Petites Fugues, d'Yves Yersin[14].

Etienne Delessert (en français : Étienne Delessert) évoque l'influence de l'art graphique et des affichistes suisses sur son travail[9].

Yok-Yok est un petit personnage à bonnet rouge, un chapeau de champignon[11], qui vit dans une coquille de noix[15]. Il est créé par Étienne Delessert[4] en 1976 à la suite d'une commande de la Télévision suisse romande pour une série de brefs films d'animation destinés à signaler la fin du programme pour enfants et le début des programmes d'informations sur la chaîne[15].

Le personnage est né au domaine du Bochet à Saint-Sulpice, domicile du couple. Son épouse Anne van der Essen a contribué à rédiger les scénarios et a trouvé le nom Yok-Yok. Elle se confie à ce sujet en 1978 : « Nous y avons réfléchi durant des jours, des nuits même. Il nous arrivait de noter une idée avant de nous endormir. Nos amis nous appelaient à n'importe quel heure pour nous soumettre leurs trouvailles. Henri Dès nous réveillait à minuit. Lova Golovtchiner à l'aube. Bernique ! Finalement, je me suis mise à assembler des mots avec des lettres et des onomatopées. Yok-Yok est sorti d'une combinaison. J'avais enfin trouvé un nom qui puisse passer dans nos trois langues nationales ». Le couple indique que son aspect physique s'est très tôt imposé. Un petit bonhomme genre Till l'Espiègle. Sa personnalité a mis plus de temps à se forger. De leur séjour aux États-Unis, ils ont rapporté la contradiction positive. L'un avance une idée, l'autre la remet aussitôt en question. Un caractère à la fois simple, c'est à dire compréhensible par tous les téléspectateurs subitement intégré à l'époque. Yok-Yok connaît tout, sait tout, se tire de toutes les situations, apparaît partout. Cinq graphistes collaborent à l'opération. Les dessins animés sont conçus selon la méthode dite du papier découpé. Les images sont composées d'éléments collés les uns sur les autres afin de donner l'impression parfaite du relief. Les dessins sont animés à Zurich par Jean Zipper et monté à Lausanne par Elisabeth Wälschi. La musique est composée par Henri Dès[16].

Le personnage renaît en 2011 avec cinq nouveaux albums, après plus de 30 ans de silence[3],[15].

Distinctions

[modifier | modifier le code]

Expositions

[modifier | modifier le code]

Une exposition des dessins originaux de la nouvelle série (Gallimard) a lieu[Quand ?] au Salon du livre de Genève[6].

Publications

[modifier | modifier le code]

Écriture et illustration

[modifier | modifier le code]
  • Sans fin la Fête. Écrit avec Eleonore Schmid. Harlin Quist, 1967 | Gallimard, 1986.
  • Comment la Souris reçoit une pierre sur la tête et découvre le monde. Préface de Jean Piaget. Good Book-Doublebay 1971| L'École des loisirs, 1971 | Gallimard Jeunesse, coll. Folio Benjamin, 1980 | Éditions MeMo, 2018.
  • Chanson d'hiver. Farrar, Straux & Giroux, 1988 | Gallimard, 1988.
  • La Corne de brume. Stewart, Tabori & Chang, 1990 | Gallimard, 1990.
  • Bas les monstres! (avec Yok-Yok). Creative Editions, 1994 | Bayard Editions, 1994.
  • Portraits de chats. Creative Editions, 1996 | Gallimard, 1994.
  • Suisse flamboyante. Avec un texte de Christophe Gallaz. Éditions Zoé, 1998 | Gallimard, 1998.
  • Les Sept Nains. Creative Editions, 2001 | Gallimard Jeunesse, 2001.
  • Qui a tué Rouge-Gorge ?, Creative Editions, 2004 | Gallimard Jeunesse, 2004.
  • Aa, A was an apple pie. Creative Editions, 2005.
  • Jeux d'enfants. Gallimard Jeunesse, 2005.
  • La Chute du roi. Houghton Mifflin-Walter Lorraine Books, 2006 | Gallimard Jeunesse, 2006.
  • Alerte!. Houghton Mifflin-Walter Lorraine Books, 2007 | Gallimard Jeunesse, 2007.
  • Grand méchant. Houghton Mifflin-Walter Lorraine Books, 2008 | Gallimard Jeunesse, 2008.
  • Comédie de la lune. Creative Editions, 2009 | Gallimard Jeunesse / Giboulées, 2009.
  • Spartacus l'araignée. Creative Editions, 2010 | Gallimard Jeunesse / Hors-série Giboulées, 2010.
  • Yok-Yok : Une Noix, L'Escargot, Les Monstres, Les Bons et les Mauvais, Le Chat qui parle trop, La Pluie, L'Oiseau qui dort haut dans le ciel, La Tulipe, Cache-cache, Le Hérisson, Promenade en forêt, Le Hibou blanc. Gallimard Jeunesse / Giboulées, 2011-2014.
  • Un verre. Creative Editions, 2013 | Éditions MeMo, 2013.
  • Cirque de nuit. Creative Editions, 2015 | Éditions MeMo, 2015.

Illustration seulement

[modifier | modifier le code]
  1. Conte no 1, 1968
  2. Conte no 2, 1970
  3. Conte no 3, 1971
  4. Conte no 4, 1976
Intégrale Contes 1, 2, 3, 4, Gallimard, 2009 (ISBN 978-2-07-061447-9).

Illustration de disques

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Le père de Yok-Yok a perdu son combat contre le cancer, 24 heures, 22 avril 2024
  2. Stéphane Gobbo Stéphane Gobbo, « Etienne Delessert, une vie dessinée », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Isabelle Bratschi, « Yok-Yok revient après trente ans de silence », Le Matin Dimanche,‎ , p. 55 (lire en ligne)
  4. a b et c Philippe Dubath, « "J'aimerais bien conseiller Obama pour sa campagne" », 24 heures,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  5. Luc Debraine, « Étienne Delessert, une vie au fil du trait », L'Hebdo,‎ , p. 73 (lire en ligne)
  6. a b c d e f et g « Étienne Delessert », sur la base de données des personnalités vaudoises sur la plateforme « Patrinum » de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  7. Christophe Schenk, « L'autre visage d'Étienne Delessert », L'Hebdo,‎ , p. 96 (lire en ligne)
  8. Brigitte Bergue, « Le grand Delessert expose dans un coin de Carouge », Journal de Genève,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  9. a et b Claudine Hervouët, « Étienne Delessert, un Lausannois grand voyageur », La Revue des livres pour enfants, no 319,‎ , p. 118-123 (lire en ligne [PDF])
  10. Etienne Delessert: «J’écris des dessins et je peins des idées», Le Temps, 17 décembre 2022
  11. a b et c Bertil Galland, « Étienne Delessert au Musée olympique. Trente-cinq ans de création en quatre saisons », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  12. Nicole Kunz, « L'humour vire au noir », Journal de Genève et Gazette de Lausanne,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  13. « En bref », Journal de Genève - Samedi littéraire,‎ , p. IV (lire en ligne)
  14. L'affiche des Petites Fugues, Radio télévision suisse, 2 octobre 1979
  15. a b et c Christophe Schenk, « La seconde naissance de Yok-Yok », L'Hebdo,‎ , p. 70 (lire en ligne)
  16. Le monde enchanté de Delessert mis en spots, L'Illustré (Télé hebdo), (pages 25, 28, 29, 30, 31 32), 9 août 1978. Archive Bibliothèque cantonale et universitaire (Lausanne)
  17. (en) « Étienne Delessert », sur ibby.org.
  18. (en) « HCAA Nominees 2016 », sur ibby.org, .
  19. (en) « 2010 HCA Winners and Finalists », sur ibby.org, .
  20. (en) Base de données des différents lauréats, site officiel, Bibiana.sk.
  21. ats/olhor, « Grand Prix de design pour les Lausannois Chantal Prod’Hom et Etienne Delessert », sur Radio télévision suisse, (consulté le )
  22. Étienne Delessert, Musée des arts décoratifs, Paris, 1er octobre - 23 novembre 1975
  23. https://www.tdg.ch/culture/Zep-dessine-une-pochette-pour-Henri-Des/story/27373033
  24. France Info, « Etienne Delessert, l'homme qui révolutionna la littérature jeunesse », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :