Étienne Bandy de Nalèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bandy (homonymie).
Étienne Bandy de Nalèche
Naleche, Etienne.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Le Monteil-au-Vicomte (Creuse)
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Journal des Débats, rue des Prêtres-Saint-Germain, Paris
Formation
Activité
directeur de journal
Père
Autres informations
Membre de

Étienne Bandy, comte de Nalèche né au Monteil-au-Vicomte le et mort à Paris le , est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du député Louis Bandy de Nalèche, Étienne de Nalèche est élève du lycée Hoche à Versailles, du collège Stanislas de 1880 à 1883 à Paris[1], il prépare sa licence de droit et est étudiant de l’École libre des sciences politiques, section diplomatique de 1885 à 1887[2].

Il commence sa carrière comme attaché autorisé à la sous-direction du contentieux de la direction des Affaires politiques du Quai d’Orsay en août 1887[3]. Il est reçu 13e sur 14 à l’examen de classement pour entrer dans la carrière diplomatique le 16 février 1891[4]. En poste à la direction politique, il est ensuite nommé le 30 juin 1892 secrétaire d'ambassade à Vienne.

Il épouse l'héritière du Journal des débats, Julia Pervenche Mesnard de Jannel de Vauréal, fille du comte Henri de Vauréal et petite-fille de M. Collas, directeur de la Compagnie des Phares d’Orient,  en 1888[5]. La bénédiction nuptiale leur est donnée par l’évêque de Versailles en l’église Saint-Louis d’Antin à Paris, le mercredi 30 mai 1888[6]. il démissionne pour devenir secrétaire du conseil d'administration du Journal des Débats (1893) puis directeur de la Société du Journal des Débats en 1896 puis du journal lui-même en 1898[7]. Vice-président du Syndicat de la presse parisienne, il y est très actif et succède à Jean Dupuy comme président (1919-1928 puis 1934-1944). Il préside le Comité général des associations de presse.

Il est président de la Maison de santé des gardiens de la paix et de la Caisse des Victimes du devoir.

Il est également membre du Comité d’assistance par le travail, de la Société contre le chômage et du Comité consultatif des Postes et Télégraphes.

Il est conseiller municipal et délégué cantonal du Monteil-au-Vicomte (Creuse) pendant quelques années.

Nalèche est président de l’Association creusoise destinée à permettre à de jeunes Creusois de poursuivre leurs études et de l’Association des Amis d’Aubusson en 1936.

Il devient membre du conseil d’administration de la Compagnie universelle du canal de Suez lors de l’assemblée générale du 7 janvier 1918[8].

Il est membre du cercle de l’Union.

Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques au fauteuil de Gaston Doumergue le 11 décembre 1937[9].

Il est commandeur de la Légion d’honneur (chevalier en 1912, officier en 1920 et commandeur en 1926)[7].

Pendant la Première guerre mondiale, Nalèche écrit quotidiennement à son ami l'industriel sucrier Pierre Lebaudy, qui s'est engagé. Cette correspondance, qui a été éditée[10], est une source passionnante sur la situation à Paris pendant la guerre dans les milieux de l'élite. Chaque lettre est publiée en ligne le jour de ses 100 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collège Stanislas, Annuaire, années 1880-1881, 1881-1882, 1882-1883.
  2. Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences Po, 1 SP 13a, registres d’inscription, 1885-1886 et 1886-1887, et Archives de Sciences Po, dossier d’élève d’Étienne de Nalèche.
  3. Archives du Quai d’Orsay, dossier personnel.
  4. Archives du Quai d’Orsay, dossier personnel, et Annuaire diplomatique et consulaire, 1914, examens et concours, p. 313.
  5. Archives nationales, site de Paris, Minutier central des notaires parisiens, étude ET/XVIII/1552, Me Paul Tollu, contrat de mariage, 26 mai 1888.
  6. Bibliothèque nationale de France, service des recueils, Ln 1 77, faire-part de mariage d’Étienne de Nalèche et de Julia de Vauréal.
  7. a et b Archives nationales, 19800035/55/6669, dossier de Légion d’honneur d’Étienne de Nalèche.
  8. Archives nationales, Centre des archives du monde du travail, fonds Suez, 1995060 0633 : Nalèche membre du conseil d’administration du Suez, 7 janvier 1918-25 janvier 1945, démissionnaire.
  9. NALÈCHE (de), Étienne, Notice sur la vie et les travaux de Gaston Doumergue (1863-1937), Paris, Firmin-Didot, Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, 1939, 24 p.
  10. GAULTIER-VOITURIEZ (Odile), Le « Pensum » : édition critique de la correspondance d’Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, à Pierre Lebaudy, industriel sucrier, 1914-1919, thèse, doctorat, histoire, sous la direction de Jean-Noël Jeanneney, IEP de Paris, janvier 2011, 5 tomes, 2 626 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Dayen, « Les carrières des Bandy de Nalèche depuis la Révolution, autres familles creusoises » et « Une famille de notables creusois: les Bandy de Nalèche », Mémoires de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, 1998, tome XLVI, p. XLVIII et 496-507.
  • « Bandy, Bandy de La Chaud, Bandy de Nalèche », DELAVENNE, André, Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, ed. SGAF, 1954, p. 45-46.
  • GAULTIER-VOITURIEZ (Odile), Le « Pensum » : édition critique de la correspondance d’Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, à Pierre Lebaudy, industriel sucrier, 1914-1919, thèse, doctorat, histoire, sous la direction de Jean-Noël Jeanneney, IEP de Paris, janvier 2011, 5 tomes, 2 626 p.
  • GAULTIER-VOITURIEZ (Odile), « La Première Guerre mondiale vue de Paris : de la correspondance d’Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, à Pierre Lebaudy, au « journal d’un bourgeois de Paris », 1914-1919 », In Situ, no 25, 2014, mis en ligne le 27 janvier 2015 http://insitu.revues.org/11727 DOI : 10.4000/insitu.11727
  • La 1re Guerre vue de Paris : La correspondance d'Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, à Pierre Lebaudy, 1914-1919
  • « Étienne de Nalèche », IMBERT, Nath, Dictionnaire national des contemporains, Robert Lajeunesse, 1936, p. 453.
  • « Nalèche (Léonard, Alfred, Étienne Bandy de) », COSTON, Henry, Dictionnaire de la politique française, librairie française, 1972, vol. 2, p. 471.
  • « Nalèche (Étienne, Léonard, Alfred Bandy (comte de) », WATTEL, Béatrice et Michel, Who’s who in France XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, J. Lafitte, 2001.
  • « Nalèche (Léonard, Alfred, Étienne Bandy, comte de) », CARRIAT, Amédée, Dictionnaire bio-bibliographique des auteurs du pays creusois, Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, Guéret, impr. Lecante et les Presses du Massif Central, 1964, p. 376-377
  • « Nécrologie : Étienne de Nalèche », Le Monde, 18 novembre 1947.
  • BLANCHON, Pierre, « Étienne de Nalèche », La Creuse littéraire, décembre 1947.
  • « Nalèche, comte Étienne de », Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Delagrave, 1908, p. 360 et 1924, p. 566.
  • Qui est-ce ? Ceux dont on parle, préface de G. Lecomte, Édition de la Vie moderne, 1934, p. 461.
  • « Nalèche (comte Étienne de) », Tout-Paris, A. La Fare, 1917, p. 471.