Étienne Anheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Étienne Anheim
Étienne Anheim 03091.JPG
Étienne Anheim en 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Dir. de thèse
Distinction

Étienne Anheim, né en , est un enseignant-chercheur et historien français. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, il est spécialiste de l'histoire culturelle de l'Europe de la fin du Moyen Âge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Anheim est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, où il a notamment eu comme professeur Patrick Boucheron[1]. Il a ensuite été agrégé d’histoire (major, 1996)[2], puis membre de l’École française de Rome et enseignant, entre 2006 et 2016, à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Étienne Anheim a soutenu une thèse de doctorat en histoire (EPHE, IVe section) sous la direction de Jacques Verger[3] et intitulée « Culture et pouvoir pontifical sous le règne de Clément VI (1342-1352) » en 2004. Depuis 2015, il dispose d'un habilitation à diriger des recherches (HDR)[4].

Depuis 2018, il est directeur des Éditions de l'EHESS. Il a également dirigé la rédaction des Annales. Histoire, Sciences sociales, dont il a rejoint le comité de rédaction en 2007[5]. Il est aussi membre du comité de rédaction de la Revue de synthèse et du conseil scientifique de la revue Médiévales.

Vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine[6], membre du conseil scientifique du musée du Louvre, coordinateur scientifique du Laboratoire d'excellence Patrima (Patrimoines matériels) et co-coordinateur du domaine d'intérêt majeur Matériaux anciens et patrimoniaux de la région Île-de-France (avec Loïc Bertrand et Isabelle Rouget), Étienne Anheim a été nommé au grade de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres par l'arrêté du .

En tant que spécialiste de la papauté d'Avignon et la peinture italienne de la fin du Moyen Âge, Étienne Anheim a été membre du comité scientifique de la restauration des fresques de la Chapelle Saint-Martial, dans Palais des papes[7].

Il est également collaborateur régulier du Monde des livres.

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses recherches portent sur la sociologie historique de la culture en Europe entre le XIIe et le XVIe siècle, en particulier sur l'histoire sociale des formes artistiques et littéraires, sur la papauté d'« Avignon » et sur l'historiographie et l'épistémologie de l'histoire.

Étienne Anheim a également rédigé des ouvrages d'épistémologie de l'histoire qui traitent de l'exercice contemporain du métier d'historien. Dans Le Travail de l'histoire, il explique sa discipline doit être ni un « tribunal où juger sans fin le passé », ni un « réservoir de rêveries exaltantes » mais une « école de la lucidité »[5]. Dans une perspective d'égo-histoire il écrit que « nous [les historiens] travaillons sur ce qui nous travaille ». Ce livre est d'ailleurs issu de son « mémoire de synthèse » qui est une des composantes de l'habilitation à diriger des recherches[8] et qui consiste en un texte décrivant un « parcours d’enseignant-chercheur en histoire »[9]. Étienne Anheim insiste effectivement, dans Le Travail de l'histoire sur le lien de l'historien avec le contexte de son époque et le rôle des relations universitaire dans sa carrière[10].

Il a plusieurs fois pris position dans la presse contre les récupérations politiques de l'histoire et particulier pour dénoncer ce qu'il appelle « l'histoire identitaire »[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Histoire dessinée de la France t. 8 : À la vie, à la mort : Des rois maudits à la Guerre de Cent Ans, bande dessinée coécrite avec Valérie Theis et illustrée par Sophie Guerrive, Paris, La Revue dessinée et La Découverte, 2019.
  • Le Travail de l'histoire, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « « Itinéraires » », 234 p.
  • L'écriture de l'histoire au Moyen Âge : contraintes génériques, contraintes documentaires (dir., avec P. Chastang, F. Mora-Lebrun et A. Rochebouet), Paris, Classiques Garnier, 2015.
  • Clément VI au travail : lire, écrire, prêcher au XIVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

Articles et contributions d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • « Statuts sociaux », in Annales. Histoire, Sciences sociales, numéro spécial, t. 68, no 4, 2013, (dir., en collaboration avec A. Lilti et J.-Y. Grenier).
  • « Savoirs de la littérature », in Annales. Histoire, Sciences sociales, numéro spécial, t. 65, no 2, 2010 (dir., en collaboration avec A. Lilti).
  • Étienne Anheim, « L'humanisme est-il un polémisme ? A propos des Invectives de Pétrarque », dans Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le mot qui tue : Une histoire des violences intellectuelles de l'Antiquité à nos jours, Champ Vallon,
  • « Pratiques de l’écrit au Moyen Âge », in Médiévales, printemps 2009, no 56 (dir., en collaboration avec P. Chastang).
  • Dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, 2 volumes, Gallimard, coll. Folio histoire, 2010, vol. I : (ISBN 978-2-07-043927-0) et vol. II : (ISBN 978-2-07-043928-7)
    • Dans vol. I : Étienne Anheim, « Philosophie et histoire », p. 562-576.

Décoration[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Est-il dangereux d’être drôle quand on est prof ? », sur Bibliobs, (consulté le )
  2. Le Monde, « Agrégations Histoire », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  3. Étienne Anheim, « La Forge de Babylone : pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1352-1352) », Theses, Paris, EPHE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Laurent Willemez, « Étienne Anheim, Le travail de l’histoire », Sociologie du travail, vol. 63, no 1,‎ (ISSN 0038-0296, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Jacques Revel et Etienne Anheim, historiens enthousiastes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  6. « Paléo-inspiration : « Le passé est un réservoir d’expériences » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Étienne ANHEIM », sur Les Rendez-vous de l'histoire (consulté le )
  8. Claire Lemercier, « Faire de l’histoire en 2018 », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  9. « Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (HDR) », Annales de Normandie,‎ 2016/2 (66e année), pages 139 à 146 (lire en ligne Accès libre)
  10. Étienne François, « Etienne Anheim, Le travail de l’histoire », Genre & Histoire, no 25,‎ (ISSN 2102-5886, lire en ligne, consulté le )
  11. « Face à l’histoire identitaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  12. Annelise Gounon-Pesquet, « Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) - Étienne Anheim, nommé chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres », sur www.uvsq.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]