Étienne Alexandre Bardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bardin.
Étienne Alexandre Bardin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
LoiretVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Étienne Alexandre Bardin est un militaire français, né le à Paris et mort en son château du Châtelet, commune de Corquilleroy (Loiret) le . Inhumé dans le cimetière de Cepoy (Loiret). La sépulture existe encore de nos jours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du peintre Jean Bardin, il fut soldat volontaire au commencement de la Révolution française de 1789. Nommé adjudant-major le 12 septembre 1792, dans le 8e bataillon de volontaires des réserves, il assista à la défense de Bergues, à la bataille d'Hondschoote, au déblocus de Dunkerque, au siège d'Ypres. Il fit partie de l'armée de Sambre-et-Meuse, comme commandant une compagnie de la 8e demi-brigade d'infanterie légère de première formation.

En l'an VI, il était en Italie au siège d'Ancône. En l'an VII, il était second aide-de-camp de Junot; commandant de Paris, chef de bataillon en l'an XI, et major en 1804 ; il commandait la cohorte d'Eure-et-Loir dans la campagne de Flessingue contre les Anglais.

Après cette expédition, il fut quelque temps attaché au ministère de la guerre, et en 1811, il obtint le grade de colonel dans les pupilles de la garde avec rang de major de la vieille garde impériale. Cette même année il reçut la décoration d'officier de la Légion d'honneur et fut nommé colonel du 9e régiment des tirailleurs de la jeune garde, à la tête duquel il fit la campagne de Saxe. Après la bataille de Dresde où il dirigeait une brigade, il fut promu au rang de commandant de la Légion d'honneur, et peu avant la bataille de Leipzig, il fut promu baron de l'Empire. Confirmé par ordonnance, baron héréditaire, le 16 janvier 1815.

Après le licenciement de l'armée, le duc de Feltre l'attacha au dépôt de la guerre. Le colonel Bardin fut mis en non-activité le 1er mai 1818 et admis à la retraite par ordonnance du 18 décembre 1822 à compter du 12 septembre 1822.

Le roi le fit maréchal de camp (général de brigade) à titre honorifique, le 28 mai 1823.

On lui doit un Manuel d'infanterie et un Dictionnaire de l'armée de terre, vaste encyclopédie des sciences militaires, 4 forts volumes in-8, publiés après sa mort, ainsi que plusieurs ouvrages militaires. De plus, il a publié sur la même matière un grand nombre d'articles.

Source[modifier | modifier le code]