Étienne-Émile Baulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étienne-Émile Baulieu, né Étienne Blum le à Strasbourg, est docteur en médecine (1955) et docteur ès sciences (1963). Il a été directeur d'unité de recherche à l'INSERM et professeur de biochimie à l'Université de Paris XI. Il est professeur honoraire au Collège de France et a notamment été le président de l'Académie des sciences française en 2003 et 2004.

Spécialiste des hormones stéroïdes, il est mondialement connu pour la mise au point de l'anti-progestérone RU 486 (ou pilule abortive)[1]. Il a par ailleurs fondé l'Institut Baulieu en juin 2008, pour soutenir ses recherches contre la maladie d'Alzheimer[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Originaire d'une famille juive alsacienne, Étienne-Émile Baulieu est né sous le patronyme d'Étienne Blum[3]. Il est le fils de Léon Blum (1878-1930) — un médecin néphrologue et diabétologue strasbourgeois[4] — et le petit-fils du rabbin Félix Blum (1847-1925), alors grand rabbin de Mulhouse. Après la mort de son père, il est élevé par sa mère, avocate[5], avec ses sœurs Simone et Françoise. Simone Blum née en 1929, prend le nom de Suzanne Baulieu, épouse de Brunhoff, et devient chercheuse en économie tandis que Françoise née en 1930 deviendra elle aussi une chercheuse en endocrinologie et sera la mère de Vincent Peillon[6].

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Étienne Blum est élève au lycée Pasteur (Neuilly-sur-Seine) jusqu'en 1939. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance en 1942 au sein du Front patriotique de la jeunesse où il prend le nom d'Émile Baulieu[4],[7]. Il rejoint en août 1944 le bataillon Foges des Francs-tireurs et partisans et participe à la libération de la vallée de la Tarentaise[7]. À la Libération, il garde le nom d'Emile Baulieu en y ajoutant son prénom de naissance, Etienne. Il s'inscrit à la Faculté des sciences de Paris et à la Faculté de médecine de Paris. Il suit tout d'abord l'enseignement de Max Fernand Jayle dans le domaine des hormones stéroïdes et travaille sur la DHEA, dont il décrit le mode de sécrétion. Après son concours d'internat en 1953, il choisit comme spécialisation l'endocrinologie.

Parti travailler aux États-Unis pour son post-doc dans le laboratoire de Seymour Lieberman à l'Université Columbia à New York[4], alors leader mondial de l'étude des stéroïdes, il rencontre Gregory Pincus, le père de la pilule contraceptive qui vient d'être mise sur le marché (1960). Ce dernier lui propose de faire de la recherche sur des sujets de reproduction humaine avec le soutien financier de la Fondation Ford[8].

Carrière médicale et enseignement[modifier | modifier le code]

Docteur en médecine (endocrinologie), docteur es sciences (biochimie hormonale), il est chef de clinique des Hôpitaux de Paris et assistant de Lucien de Gennes. Il devient ensuite agrégé de biochimie de la faculté de médecine (1959), puis professeur titulaire de biochimie à la Faculté de médecine de l'Université de Paris-Sud. En 1993, il est élu professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des fondements et principes de la reproduction humaine. Il y enseigne successivement le contrôle de la reproduction humaine et les pathologies nerveuses dégénératives.

Carrière de chercheur[modifier | modifier le code]

Préférant rentrer en France plutôt que d'accepter un poste aux États-Unis, Étienne-Émile Baulieu crée et dirige l'unité 33 de l'Inserm, qui s'installe au CHU Kremlin-Bicêtre en 1970. En 1965, il devient conseiller scientifique de la présidence de l'industrie pharmaceutique Roussel-Uclaf pour laquelle il teste les effets physiologiques de leurs molécules de synthèse, dont le célèbre RU 486 ou mifépristone[4]. Son équipe s'oriente alors vers la recherche en endocrinologie moléculaire. À la fin des années 1970, il publie en collaboration avec Roussel-Uclaf les résultats du RU486 et se bat durant de nombreuses années pour obtenir son autorisation de mise sur le marché, malgré la virulente opposition de divers groupes politiques et religieux[4].

À la fin des années 1990, Étienne-Émile Baulieu prolonge ses travaux sur la déhydroépiandrostérone (DHEA) en étudiant son précurseur, la prégnénolone, dont il dirige la synthèse d'un dérive (MAP4343), prometteur contre les états dépressifs et l'addiction. Il a également découvert le rôle de la protéine FKBP52, qui interagit avec la protéine Tau dont la forme pathologique est impliquée dans la maladie d'Alzheimer.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

RU 486 : une hormone pour l'interruption volontaire de grossesse[modifier | modifier le code]

Spécialiste des hormones stéroïdes, Étienne-Émile Baulieu est mondialement connu[3] pour la mise au point en 1981 de nouvelles antihormones comme l'anti-progestérone RU 486[9], ou pilule abortive, utilisable pour les interruptions précoces de grossesse, la facilitation des accouchements difficiles et le traitement de plusieurs types de tumeurs. Pour cela son équipe composée notamment de Paul Robel, Edwin Milgrom et Henri Rochefort, travaille avec celles de Roussel-Uclaf, et tout particulièrement avec Édouard Sakiz[4] et le chimiste Georges Teusch, pour élaborer la structure moléculaire du RU 486 et tester son activité interruption de grossesse chez l'animal grâce notamment aux financements de la Fondation Ford[9].

Après des études de toxicité préalables, celles d'utilisation chez la femme sont réalisées à la demande de Roussel-Uclaf dans une société anglaise spécialisée[9]. L'entreprise pharmaceutique a failli renoncer au développement de la molécule[10] car les études chez le singe à doses très élevées montraient des effets d'insuffisance surrénalienne[réf. nécessaire] comparables à la maladie d'Addison, alors que c’est la nature même anti-corticoïde associée du produit, préalablement démontrée, qui était observée.

En 1982, la publication des premiers résultats montre que le produit administré aux doses prévues est sûr, sans danger, et efficace[11]. Ces travaux suscitent des polémiques sur une « facilitation » de l'interruption volontaire de grossesse par une méthode qui évite aux femmes une chirurgie invasive et offre un avantage économique en évitant une intervention en milieu hospitalier, ainsi que l'avantage psychologique de la discrétion d'une décision prise par la femme seule. Devant les oppositions religieuses et politiques[12], le laboratoire Roussel-Uclaf renonce en 1988 à l'Autorisation de mise sur le marché du RU486 qu'elle venait d'obtenir[13]. C'est grâce à l'intervention personnelle du Ministre de la santé de l'époque, Claude Évin, affirmant que « le RU 486 est la propriété morale des femmes » et proposant de le confier à un autre laboratoire, que Roussel décide finalement d'assumer et d'exploiter le produit[14]. Le mifépristone ou pilule abortive est ainsi autorisé en France en 1988, puis progressivement dans d'autres pays.

DHEA[modifier | modifier le code]

Étienne-Émile Baulieu est également connu, dès 1963, pour ses travaux sur la déhydroépiandrostérone (DHEA), sécrétée par les glandes surrénales. En 2000, il a mis en évidence, avec Françoise Forette, certaines de ses propriétés, notamment par rapport à certains aspects particuliers du vieillissement (amélioration cutanée, augmentation de la densité osseuse et de la libido chez la femme ménopausée[15]).

Travaux sur les neurostéroïdes et les maladies neurodégénératives[modifier | modifier le code]

Étienne-Émile Baulieu découvre au début des années 1980 que le cerveau est aussi producteur d'hormones stéroïdes[16] qu'il dénomme « neurostéroïdes »[17]. Cette publication a ouvert la voie de ses recherches dans le domaine du vieillissement cérébral et en particulier de la mémoire[18], mais aussi de la dépression.

MAP4343[modifier | modifier le code]

Plus récemment, il étudie l'action de la prégnénolone dans le fonctionnement des microtubules des neurones. Il remarque que son insuffisance est impliquée dans de nombreuses pathologies nerveuses majeures comme les dépressions et les addictions. Pour compenser cette insuffisance et soigner ces maladies, il conçoit et met au point une molécule agoniste de la prégnénolone tout en évitant la formation des stéroïdes hormonaux dont elle est normalement le précurseur métabolique. Ses collaborateurs synthétisent pour cela un dérivé de la prégnénolone qui modifie le groupement 3ß-hydroxyl du composé naturel[19]. Ce composé, connu sous le sigle « MAP4343 » peut agir sur les neurones sans avoir d'effet hormonal. Ce « candidat médicament » fait actuellement l'objet d'un essai clinique chez l'homme en phase 2 au sein de la société de biotechnologie MAPREG[20] dans le traitement d'états dépressifs résistants, ainsi que chez l’animal pour lutter contre l’addiction.

FKBP52 et la maladie d'Alzheimer[modifier | modifier le code]

L'approche du groupe de recherche mené par Étienne-Émile Baulieu sur les maladies neurodégénératives, de type maladie d'Alzheimer, vise non pas les plaques amyloïdes, sur lesquelles la recherche s'est jusqu'ici concentrée, mais la protéine tau (Tubuline Associated Unit), dont la forme pathologique, en particulier hyperphosphorylée, est délétère pour l'activité des neurones[21]. Ce défaut provoque les troubles de la mémoire, de l'acquisition des connaissances et du comportement, caractéristiques de nombreuses maladies cérébrales dégénératives, dont la plus connue est la maladie d'Alzheimer. Les travaux de son groupe ont montré que la protéine tau interagissait avec une autre protéine cérébrale, une immunophiline dénommée FKBP52, découverte en 1992 par un groupe américain[22]. L'interaction entre FKBP52 et Tau pathologique a été prouvée au niveau cellulaire[23], puis chez l'homme post-mortem - le niveau de la protéine FKBP52 était fortement diminué dans le cortex frontal de patients morts de maladies neurodégénératives[24],[25], et enfin in vivo chez le poisson-zèbre. Dans ce dernier cas, des animaux rendus malades par le transfert d'un gène de tauopathie humaine ont été soignés par une modulation de la protéine FKBP52[26]. Cette avancée en recherche fondamentale très prometteuse permet d'envisager, d'une part de mesurer la quantité de protéine FKBP52 chez les personnes pour évaluer leur risque de développer une tauopathie conduisant à une démence sénile, et d'autre part de mettre au point des médicaments capables de stimuler cette protéine anti-tau.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Étienne-Émile Baulieu a été élu membre de l'Académie des sciences le et l'a présidée en 2003-2004. Professeur honoraire au Collège de France, il a été de 1996 à 2004 membre du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Il est membre de l'Académie de médecine depuis 2002. Il est également membre de la National Academy of Sciences américaine depuis 1990.

Il a reçu plusieurs prix et distinctions en France, comme le Prix d'Honneur de l'INSERM en 2015, et à l'étranger, comme le prix Albert-Lasker en 1989.

Il est grand officier de la Légion d'honneur et grand-croix de l'ordre du Mérite[27].

Engagements[modifier | modifier le code]

Étienne-Émile Baulieu préside l'Institut de la longévité et du vieillissement, créé en 2002 sur sa proposition avec Françoise Forette. En juin 2008, il crée l'Institut Baulieu destiné à financer les recherches pour conduire et financer ses recherches contre la maladie d'Alzheimer et autres affections neurodégénératives responsables de démences séniles[28]. Il est membre du Comité d’honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. RU 486 : la pilule qui a eu du mal à passer dans Sciences et Avenir
  2. Institut Baulieu : en recherche de fonds pour des études visant à retarder l'avancée d'Alzheimer, www.senioractu.com, 26 juin 2008.
  3. a et b Étienne-Émile Baulieu : monsieur «longue vie» dans Le Monde du 17 août 2007.
  4. a b c d e et f Étienne-émile baulieu, sphinx des hormones dans La Recherche de 2005.
  5. Trois hommes de science au service des patients, émission La Tête au carré, sur France Inter le 3 mai 2013.
  6. Vincent Peillon, un candidat de longue date à l'éducation dans Le Monde du 16 mai 2012.
  7. a et b Étienne-Émile Baulieu, un optimiste convaincu, documentaire de Bernard Jourdain de 52 minutes dans la série Empreintes diffusé sur France 5 le 9 novembre 2007
  8. Étienne-Émile Baulieu, Histoire de l'Inserm, site officiel de l'Inserm.
  9. a b et c Le jour où j'ai eu la preuve de l'activité médicale de la RU486 par Étienne-Émile Baulieu.
  10. Retrait de la pilule RU486 sur le site de l'INA.
  11. Effet d’un Stéroide anti-progestérone chez la femme : interruption du cycle menstruel et de la grossesse au début par W. Herrmann, R. Wyss, A. Riondel, D. Philibert, G. Teusch, E. Sakiz, E-E. Baulieu, in Compte-rendu des séances de l'Académie des Sciences (1982), 294, p. 933-938.
  12. Inondé de lettres de menace de mort contre ses cadres, le groupe pharmaceutique Roussel Uclaf suspend la vente de la pilule RU sur le site de l'INA
  13. « Le RU 486 », Libération, 13 février 1998.
  14. Une mise en demeure du gouvernement à Roussel-Uclaf : la pilule abortive va être de nouveau distribuée, Le Monde du 29 octobre 1988.
  15. (en) Dehydroepiandrosterone (DHEA), DHEA sulfate, and aging: Contribution of the DHEAge Study to a sociobiomedical issue par Étienne-Émile Baulieu et al. PNAS 2000 ;97(8):4279-84.
  16. (en) Corpechot C, Robel P, Axelson M, Sjövall J, Baulieu EE. « Characterization and measurement of dehydroepiandrosterone sulfate in the rat brain » Proc. Natl. Acad. Sci. 1981;78:4704-4707
  17. Étienne-Émile Baulieu : le prophète de la jeunesse à tout âge, Le Figaro Magazine, 26 février 2010.
  18. « Des chercheurs français affûtent une nouvelle arme contre la maladie d'Alzheimer », Le Monde, 25 janvier 2012.
  19. (en) Paresys L., Hoffmann K., Froger N., Bianchi M., Villey I., Baulieu E.E. and Fuchs E. Effects of the Synthetic Neurosteroid 3ß-Methoxypregnenolone (MAP4343) on Behavioral and Physiological Alterations Provoked by Chronic Psychosocial Stress in Tree Shrews, International Journal of Neuropsychopharmacology (2016) 19(4):1-12, 201
  20. [PDF] Bernard Golfier, « Un stéroïde contre la dépression », Le Quotidien du médecin, 17 janvier 2012.
  21. (en) Geri Meduri, Kevin Guillemeau, Omar Dounane, Véronique Sazdovitch, Charles Duyckaerts, Béatrice Chambraud, Etienne Emile Baulieu, « Caspase-cleaved Tau-D421 is colocalized with the immunophilin FKBP52 in the autophagy-endolysosomal system of Alzheimer’s disease neurons », sur Neurobiology of Aging,
  22. Peattie DA, Harding MW, Fleming MA, DeCenzo MT, Lippke JA, Livingston DJ, Benasutti M, « Expression and characterization of human FKBP52, an immunophilin that associates with the 90-kDa heat shock protein and is a component of steroid receptor complexes », PNAS, 89:22, 10974–8, novembre 1992.
  23. (en) B. Chambraud, É. Sardin, J. Giustiniani, O. Dounane, M. Schumacher, M. Goedert, E.E. Baulieu « A role for FKBP52 in Tau protein function » PNAS 2010;107(6):2658-63.
  24. (en) J. Giustiniani, M. Sineus, É. Sardin, O. Dounane1, M. Panchal, V. Sazdovitch, C Duyckaerts, B Chambraud, E.E. Baulieu. « Decrease of the Immunophilin FKBP52 Accumulation in Human Brains of Alzheimer's Disease and FTDP-17 » Journal of Alzheimer's Disease 2012, DOI:10.3233/JAD-2011-111895
  25. « Des chercheurs français affûtent une nouvelle arme contre la maladie d'Alzheimer », Le Monde, 25 janvier 2012.
  26. « Alzheimer : des expériences très prometteuses sur les poissons-zèbres », Le Point, 29 avril 2014.
  27. Décret du 20 novembre 2015 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier
  28. Site de l'Institut Baulieu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Étienne-Émile Baulieu, un optimiste convaincu, documentaire de Bernard Jourdain, dans la série Empreintes, diffusé sur France 5 le 9 novembre 2007
  • L'autre pilule, un combat pour les femmes, réalisé par Charles Castella et Ted Anspach, diffusé sur ARTE le 2 juin 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]