Éternel féminin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'éternel féminin, Paul Cézanne (vers 1877)

L'éternel féminin est un principe qui, selon une logique essentialiste, conçoit la féminité comme le guide immuable du désir masculin vers la transcendance. Nommé selon une expression de Goethe dans les derniers mots de son second Faust[réf. non conforme], il est considéré comme un stéréotype sexiste par une certaine critique féministe.

Le psychanalyste Jacques Lacan critiquera ce concept en écrivant que « la femme n'existe pas »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Sollers. Propos recueillis par Sophie Barrau, le 15 juin 2001. Lacan même, Navarin, 2005. Lire en ligne.