États latins d'Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latin (homonymie).
En nuances de vert, les États latins d’Orient au XIIe siècle.
En nuances de jaune, les États latins d’Orient au XIIIe siècle.

Les États « latins » (ou « francs ») d’Orient sont les fiefs que plusieurs chefs croisés se découpèrent au Levant[1]. Selon Malcolm Barber et Georges Duby et conformément la terminologie du temps, un état « latin » ou « franc » est un état gouverné par des seigneurs catholiques d'occident (qu'ils aient été initialement Croisés ou pas, et quelle que soit leur origine : française, anglaise, allemande, italienne, catalane), par opposition aux états « grecs » gouvernés par des seigneurs orthodoxes (pouvant être aussi bien byzantins que bulgares, serbes, valaques ou autres)[2],[3]. Comme l'affirme Benjamin Kedar, les États latins d'Orient forment « la première possession outre-mer des Européens, lesquels ne s'étaient jusque-là étendus que sur le continent »[4].

Quatre États furent créés au proche-Orient dans la foulée de la première croisade[5] :

Près d’un siècle plus tard, Richard Cœur de Lion conquit l’île de Chypre sur un seigneur byzantin et donna l’île à Guy de Lusignan qui y fonda une monarchie :

À la fin des guerres byzantino-normandes (en) de 1050–1185 fut fondé dans les îles Ioniennes :

Lors de la prise de Constantinople, au cours de la quatrième croisade et par la suite, plusieurs États furent également fondés dans l’Empire byzantin[10] :

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) Norman Housley The later crusades, 1274-1580 : from Lyons to Alcazar, Oxford University Press, Oxford. 1992. (ISBN 0-19-822136-3)
  2. Jean-Claude Cheynet (dir.), Le monde byzantin, Vol. II : L'Empire byzantin (641-1204), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio — L'histoire et ses problèmes », 2006 (ISBN 978-2-13-052007-8)
  3. a, b et c René Grousset, L'Empire du Levant : histoire de la Question d'Orient, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », 1949 (réimpr. 1979), 648 p. (ISBN 2-228-12530-X).
  4. Julien Loiseau, « La croisade, une colonisation comme les autres? », Histoire,‎ mai 2017, n°435, p. 33-42.
  5. (en) Malcolm Barber, The Crusader States, Yale University Press 2012, (ISBN 978-0-300-11312-9).
  6. M. Amouroux-Mourad, Le Comté d'Édesse (1098-1150), Geuthner, Paris 1988.
  7. Claude Cahen, La Syrie du Nord à l'époque des Croisades et la principauté franque d'Antioche, thèse de doctorat ès-Lettres, Université de Paris, éditions P. Geuthner (1940), p. 437.
  8. René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, Paris, Perrin, 1936 (réimpr. 1999), tome 1 L’anarchie musulmane – 1095-1130, 1934 (ISBN 2-262-02549-5) (notice BnF no FRBNF40943218) et tome 2 L’équilibre – 1131-1187, 1935 (ISBN 2-262-02568-1).
  9. (en) John Freely, The Ionian Islands : Corfu, Cephalonia, Ithaka and Beyond, I.B.Tauris 2008. (ISBN 1-84511-696-8).
  10. (en) George Finlay, The history of Greece: from its Conquest by the Crusaders to Its Conquest by the Turks, and of the Empire of Trebizond 1204-1461, William Blackwood and Sons, Edinburgh 1851.
  11. Jean Longnon, L'empire Latin de Constantinople et la Principauté de Morée, Paris, Payot, 1949.
  12. a et b Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, réédition Israël, 1966, Chapitre d : Principautés Franques du Levant.
  13. R-J Loenertz, Les seigneurs tierciers de Négrepont, in « Byzantina et Franco-Graeca » : series altera.
  14. J. A. Buchon, Éclaircissements historiques, généalogiques et numismatiques sur la principauté française de Morée et ses douze pairies, pp. 23 et 62, éd. Auguste Desrez, Paris 1811.
  15. Jean Longnon, Les Autremencourt : seigneurs de Salona en Grèce, Bulletin de la Société de Haute Picardie, vol. 15, 1937, p. 15-48.
  16. (en) James Emerson Tennent, The history of Modern Greece, from its Conquest by the Romans B.C. 146, to the Present time, Henry Colburn publ., Londres 1845
  17. Antoine Bon, La Morée franque : recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaïe (1205-1430), Éd. E. de Boccard, Paris 1969
  18. Venance Grumel, Traité d'études byzantines, « La Chronologie I », Presses universitaires de France, Paris, 1958, Seigneurs et ducs d'Athènes p. 406-407.
  19. J. Slot, Archipelagus Turbatus : Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane. c.1500-1718, Publications de l'Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul, 1982. (ISBN 9062580513).

Voir aussi[modifier | modifier le code]