État stationnaire (économie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En économie, un état stationnaire désigne une économie dont les activités sont relativement stables, ne favorisant ainsi ni la croissance ni la décroissance de celle-ci.

Explication théorique[modifier | modifier le code]

Le concept d'état stationnaire souligne l'idée selon laquelle une économie à long terme finira par atteindre l'équilibre. Initialement, cet équilibre a été traduit mathématiquement par les économistes. D'abord, ceux-ci ont utilisé la formule du PIB soit pour refléter le niveau de création de valeur dans une économie. Cette formule s'exprime de la façon suivante : le PIB (Y) est égal aux connaissances techniques (A) qui elles-mêmes sont fonction (F) de la quantité de travail (L), le capital (K), le capital humain (H) et les ressources naturelles (N). Dans cette expression, le terme fonction s’interprète plus facilement par le mot « influence ». En théorisant sur l'évolution de cette variable dans le temps, ils en sont venus à la conclusion que le niveau de croissance économique ou de « création de valeur » allait finir par stagner. Ils expliquent cet état stationnaire par l'analyse décrite ci-dessous :

Sachant que le niveau de croissance économique s'exprime par l'augmentation du PIB au fil du temps, les économistes se sont posés la question suivante : (en précisant ceteris paribus) le PIB pourrait-il plafonner en raison de la loi des rendements décroissants ? Pour y répondre, ils ont d'abord démontré que la productivité d'une économie pouvait être égale à soit le rapport entre la création de valeur et la quantité d'heure de travail dépensée pour la produire. Ensuite, ils ont expliqué qu'à très long terme, le stock de capital (K) utile à la production de richesse allait finir par se stabiliser en raison du phénomène de capacité porteuse. Cela dit, les coûts reliés à l'investissement nécessaire pour amortir ce stock de capital serait équivalent. Par conséquent, l'économie atteindrait l'état stationnaire.

Introduit par David Ricardo[modifier | modifier le code]

Le concept d'état stationnaire est introduit par David Ricardo[1]. Pour cela, il reprend les thèses de Thomas Robert Malthus selon lesquelles la demande de nourriture augmente avec la population alors que les rendements de l'agriculture sont décroissants (point théorisé par Turgot). Les prix des denrées alimentaires augmentent, entraînant avec eux le prix naturel du travail, c'est-à-dire les salaires. Les profits des entrepreneurs diminuent, leurs investissements décroissent. Ces derniers permettant la croissance de l'économie, celle-ci tend inéluctablement vers un "état stationnaire".

Modèle économique de Solow-Swan[modifier | modifier le code]

Selon ce modèle (créé par Robert Solow et Trevor Swan), l'état stationnaire est la solution qui prévaut à long terme pour toute économie. Si celle-ci s'éloigne de son état stationnaire, elle tendra par la suite à s'en rapprocher. Cette expression peut s'appliquer à toutes les échelles, c'est-à-dire autant à un pays qu'à une ville, une région ou à la Terre tout entière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Drouin, Les Grands Économistes, PUF, , 118 p. (ISBN 9782130577478)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]