État libre de Prusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

État libre de Prusse
Freistaat Preußen (allemand)

19181947

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

L'État libre de Prusse (en bleu) au sein de la République de Weimar

Informations générales
Statut Land de la République de Weimar, puis du Troisième Reich
Capitale Berlin
Histoire et événements
7 novembre 1918 Instauration de la république
25 février 1947 Proclamation de la loi n° 46 novembre

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L’État libre de Prusse (en allemand : Freistaat Preußen) est le principal Land allemand entre 1918 et 1947, durant la République de Weimar et le Troisième Reich. Il est fondé sur les bases territoriales de l'ancien Royaume de Prusse. L'approche d'une défaite de l'Empire allemand à la fin de la Première Guerre mondiale, alimenta un contexte de crise politique et économique. Les premiers mouvements populaires ne tardèrent pas à éclater le à Kiel, dans la Province prussienne du Schleswig-Holstein.

La fin du royaume[modifier | modifier le code]

La Révolution allemande, menée par les Spartakistes gagna bientôt tout le pays, et les troubles éclatèrent finalement à Berlin le 9 novembre, précipitant la chute des Hohenzollern et l'effondrement de la monarchie, dans le Reich comme dans les États fédérés. La République est proclamée le jour même d'un balcon du Reichstag. La République de Weimar transforme alors le royaume de Prusse un Land fédéré au sein du Reich, républicain depuis le 1918, doté du nom officiel d'État libre de Prusse.

Composition territoriale[modifier | modifier le code]

Comme son prédécesseur, le royaume de Prusse, le territoire de l'État libre de Prusse est divisé en provinces.

= Les provinces prussiennes[modifier | modifier le code]

Aux termes de l'alinéa 1er de l'article 32 de la Constitution du 30 novembre 1920, l'État libre de Prusse est divisé en treize provinces, à savoir :

L'alinéa 3 de l'article précité ajoutait que le pays de Hohenzollern (en allemand : Hohenzollernschen Lande, puis, à partir de 1928 : Hohenzollerische Lande) était représenté au Conseil d'État par un membre élu par l'Assemblée régionale (en allemand : Kommunallandtag).

Pertes de territoires en 1919[modifier | modifier le code]

Les amputations territoriales imposées à l'Allemagne par le Traité de Versailles touchent essentiellement le territoire de l'ancien Royaume de Prusse, dont le poids relatif, au sein du Reich est écorné :

Cependant, la Prusse reste le plus grand des dix-sept Länder allemands de l'époque représentant 60 pour cent de la population et les deux tiers du territoire de la République de Weimar[1].

Institutions[modifier | modifier le code]

Comme durant la période précédente, le poste de chancelier du Reich et de ministre-président de Prusse est confiée à Friedrich Ebert; cependant, au bout de quelques jours, il abandonne la fonction de ministre-président de Prusse, au profit des fonction de chancelier du Reich, la fonction de ministre président étant confiée à Paul Hirsch.

Son Landtag demeure longtemps socialiste sous présidence de Otto Braun, ce qui retarde l'arrivée des nazis au pouvoir, mais aux élections de 1932, la Prusse tombe directement sous la coupe de ces derniers.

Période nazie[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'État libre de Prusse (1933-1945)

Le régime qu'Hitler met en place maintient formellement en Prusse ses institutions autonomes; cependant, la réorganisation administrative du Reich de 1933-1934 lui fait perdre sa place au sein du Troisième Reich. la réforme administrative fait coïncider la fonction de ministre-président à celle de Reichskomissar (« commissaire du Reich »), poste successivement occupé par Franz von Papen, Kurt von Schleicher[réf. nécessaire] et Hermann Göring.

Les Gaue de l'État libre[modifier | modifier le code]

Durant la guerre[modifier | modifier le code]

En août, puis en novembre 1944, des incursions soviétiques à l'intérieur du territoire prussien sont repoussées par des unités de la Wehrmacht.

Cependant, dans la tourmente des offensives soviétiques lancées en Pologne puis dans le Reich à partir de janvier 1945, les provinces orientales du territoire prussien, promises à un partage entre la Pologne et l'Union Soviétique sont rapidement envahies, puis, à l'issue de dures combat se prolongeant jusqu'en mai 1945, conquis de haute lutte par les unités de l'armée rouge.

Dissolution[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les puissances occupantes décident la disparition symbolique de ce qu'elles considérent comme le berceau du militarisme allemand : le 25 février 1947, leurs représentants au sein du Conseil de contrôle allié proclament par la loi n° 46, la dissolution de l'État prussien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baechler, 2007, p. 84

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Baechler, L'Allemagne de Weimar 1919-1923, Fayard, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]