État libre de Prusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
État libre de Prusse
Freistaat Preußen (allemand)

1918-1947

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

L'État libre de Prusse (en bleu) au sein de la République de Weimar

Informations générales
Statut Land de la
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg Rép. de Weimar (1918-1933)
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg Troisième Reich (1933-1945)
Drapeau de l'Allemagne occupée Allemagne occupée (1945-1947)
Capitale Berlin
Histoire et événements
1914-1918 Première Guerre mondiale : l'Empire allemand signe le traité de Versailles (28 juin 1919) : restitution de leurs territoires à la Pologne, au Danemark et à la France.
1918-1919 Révolution allemande.
Proclamation de la République de Weimar, composée de 18 Länder dont l'État libre de Prusse.
Abdication de l'empereur allemand et roi de Prusse Guillaume II.
La Constitution de Prusse est adoptée : l'État libre de Prusse est constituée de 13 provinces.
Adolf Hitler devient chancelier du Reich.
Loi des pleins pouvoirs à Adolf Hitler. Mise en place de la Gleichschaltung. L'Allemagne est organisée en 32 Reichsgau, dont une vingtaine se substituent à la Prusse.
Loi d'harmonisation des Länder et du Reich : les Länder sont étroitement soumis à l'autorité du Reich. La Prusse dépend directement du chancelier.
Loi pour la reconstruction du Reich : La « Fédération des Pays allemands » est remplacée par l'« État centralisé de la Nation germanique ».
1939-1945 Seconde Guerre mondiale.
Capitulation.
Fin du Troisième Reich.
1945-1949 Occupation de l'Allemagne par les Alliés. Suppression des Gaue et rétablissement de l'État libre de Prusse à l'ouest de la ligne Oder-Neisse.
Par la loi n° 46, le Conseil de contrôle allié proclame formellement la dissolution de l'État prussien, considéré comme le berceau du militarisme allemand.

Entités précédentes :

L’État libre de Prusse (en allemand : Freistaat Preußen) est le principal Land allemand entre 1918 et 1947, durant la République de Weimar et le Troisième Reich. Il est fondé sur les bases territoriales de l'ancien Royaume de Prusse. L'approche d'une défaite de l'Empire allemand à la fin de la Première Guerre mondiale, alimenta un contexte de crise politique et économique. Les premiers mouvements populaires ne tardèrent pas à éclater le à Kiel, dans la Province prussienne du Schleswig-Holstein.

La fin du royaume[modifier | modifier le code]

La Révolution allemande, menée par les Spartakistes gagna bientôt tout le pays, et les troubles éclatèrent finalement à Berlin le 9 novembre, précipitant la chute des Hohenzollern et l'effondrement de la monarchie, dans le Reich comme dans les États fédérés. La République est proclamée le jour même d'un balcon du Reichstag. La République de Weimar transforme alors le royaume de Prusse un Land fédéré au sein du Reich, républicain depuis le 1918, doté du nom officiel d'État libre de Prusse.

Composition territoriale[modifier | modifier le code]

Comme son prédécesseur, le royaume de Prusse, le territoire de l'État libre de Prusse est divisé en provinces.

Les provinces prussiennes[modifier | modifier le code]

Aux termes de l'alinéa 1er de l'article 32 de la Constitution du 30 novembre 1920, l'État libre de Prusse est divisé en treize provinces, à savoir :

L'alinéa 3 de l'article précité ajoutait que le pays de Hohenzollern (en allemand : Hohenzollernschen Lande, puis, à partir de 1928 : Hohenzollerische Lande) était représenté au Conseil d'État par un membre élu par l'Assemblée régionale (en allemand : Kommunallandtag).

Pertes de territoires en 1919[modifier | modifier le code]

Les amputations territoriales imposées à l'Allemagne par le Traité de Versailles touchent essentiellement le territoire de l'ancien Royaume de Prusse, dont le poids relatif, au sein du Reich est écorné :

Cependant, la Prusse reste le plus grand des dix-sept Länder allemands de l'époque représentant 60 pour cent de la population et les deux tiers du territoire de la République de Weimar[1].

Institutions[modifier | modifier le code]

Comme durant la période précédente, le poste de chancelier du Reich et de ministre-président de Prusse est confiée à Friedrich Ebert; cependant, au bout de quelques jours, il abandonne la fonction de ministre-président de Prusse, au profit des fonction de chancelier du Reich, la fonction de ministre président étant confiée à Paul Hirsch.

Son Landtag demeure longtemps socialiste sous présidence de Otto Braun, ce qui retarde l'arrivée des nazis au pouvoir, mais aux élections de 1932, la Prusse tombe directement sous la coupe de ces derniers.

Période nazie[modifier | modifier le code]

Drapeau nazi de l'État libre de Prusse, créé en 1933

Le régime nazi qu'Hitler met en place, semble d'abord respecter formellement en Prusse ses institutions autonomes mais, par la réorganisation administrative du Troisième Reich en 1934-35, leur substitue les Gaue tout en maintenant la fonction de ministre-président qui coïncide désormais avec celle de Reichskomissar (« commissaire du Reich »), poste successivement occupé par Franz von Papen et Hermann Göring.

Les Gaue[modifier | modifier le code]

Une vingtaine de Gaue correspond en partie ou entièrement au territoire de l'État libre de Prusse : d'Ouest en Est ce sont ceux du Westmark (Sarre), du Moselland, de Cologne-Aix-la-Chapelle, de Düsseldorf, d'Essen, de Hesse-Nassau, de Hesse-Palatine, de Westphalie -Nord et -Sud, du Weser-Ems, de Hanovre-Orientale, de Hanovre-Brunswick, de Magdebourg-Anhalt, de Halle-Mersebourg, de Brandebourg, de Berlin, de Poméranie, de Prusse-Orientale, de Danzig-Prusse-Occidentale et du Wartheland (ces deux derniers, en grande partie polonais avant la guerre).

En août, puis en novembre 1944, les trois derniers de ces Gaue sont perdus face aux offensives soviétiques lancées en Pologne. À partir de janvier 1945, et jusqu'en mai 1945, l'Armée rouge occupe tous les Gaue à l'est du Magdebourg-Anhalt inclus, tandis que les Anglo-Américains occupent les autres. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les puissances occupantes décident la suppression des Gaue et le rétablissement de l'État libre de Prusse à l'Ouest de la ligne Oder-Neisse (la Pologne et l'URSS se partageant les territoires à l'Est de cette ligne). En pratique, l'occupation alliée scinde ce territoire en deux (partie anglo-américaine et partie soviétique) et le 25 février 1947, considérant la Prusse comme le berceau du militarisme allemand, le Conseil de contrôle allié proclame par la loi n° 46, la dissolution définitive de l'État prussien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baechler, 2007, p. 84

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Baechler, L'Allemagne de Weimar 1919-1923, Fayard, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]