État insulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des États insulaires.
Carte des États insulaires sans frontières terrestres.

Un État insulaire est un pays dont le territoire est composé d'une ou plusieurs îles ou archipels. En 2011, 47 des 193 pays membres de l'Organisation des Nations unies sont des États insulaires, soit près d'un quart[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des États insulaires.

Les États insulaires sont la plupart du temps de petits pays avec une population relativement faible[2].

Certains États insulaires sont centrés sur une ou deux îles principales, comme le Royaume-Uni, Trinité-et-Tobago, la Nouvelle-Zélande, Taïwan ou Singapour. D'autres sont éparpillés en plusieurs dizaines voire centaines d'îles comme l'Indonésie, les Philippines, les Seychelles , les Îles Marshall ou les Maldives. Certains pays insulaires partagent leur(s) île(s) avec un ou plusieurs autres pays comme le Royaume-Uni avec l'Irlande, Haïti avec la République dominicaine ou l'Indonésie, qui partage des îles avec le Timor oriental, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Brunei et la Malaisie.

Politique[modifier | modifier le code]

Le pourcentage d'États insulaires démocratiques est plus élevé que celui des pays continentaux. Historiquement, ils sont plus enclins à la stabilité politique que leurs voisins continentaux[1].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Les États insulaires ont souvent été l'objet de conquêtes maritimes et de rivalité entre deux ou plusieurs pays[3]. Les États insulaires sont plus susceptibles d'être attaqués par des grands États continentaux du fait de leur taille et de leur dépendance aux voies de communications aériennes et maritimes[4]. Beaucoup de pays insulaires sont aussi vulnérables aux attaques de mercenaires ou d'autres envahisseurs[5], même si leur situation géographique isolée fait d'elles des cibles difficiles à atteindre.

Économie[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'États insulaires dépendent de la pêche de par son apport naturel important en alimentation[pas clair][6]. Certains se tournent vers les énergies renouvelables : éolienne, hydraulique, géothermie, biodiesel, etc., pour éviter une dépense trop importante en produits pétroliers[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ott Danal, « Small is Democratic », dans ., Routledge, , 128 p. (ISBN 0-8153-3910-0, lire en ligne)
  2. « Wen pledges new aid to Pacific countries », International Herald Tribune, (consulté le 21 août 2013)
  3. Raymond Chasle, « The quest for identity. (island countries) », UNESCO Courier,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Walt L. Perry, Robert W. Button, Jerome Bracken, Thomas Sullivan, Rand Corporation, United States Navy et Jonathan Mitchell, Measures of Effectiveness for the Information-age Navy, Rand Corporation, , 7 p. (ISBN 0-8330-3139-2, lire en ligne)
  5. Christopher S. Wren, « Mercenary Holding Island Nation Seeks Deal », New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. « OTTAWA: REPORT ISSUES WARNING ABOUT FUTURE OF CORAL FISHERIES », Radio Canada International, (consulté le 1er février 2009)
  7. Huang Xingwei, « Pacific Islands countries switch to renewable energy source due to increasing fuel prices », (consulté le 1er février 2009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]