État de conservation favorable pour le loup en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Distribution actuelle des loups en Eurasie.
Les populations de loups en Europe sans les nouvelles aires de répartition en France[1]. Toutes ces populations, sauf celle d'Italie, sont composées des loups gris communs. Le Canis lupus italicus a été défini comme une sous-espèce distincte. Un mélange des sous-espèces européennes est souhaitable d'un point de vue population-biologique, car il augmente la diversité génétique.

L’état de conservation favorable pour le loup en Europe est défini comme étant une population de loups qui n'est plus menacée d'extinction, qui est capable de survivre à long terme. Il s'agit de la population minimale viable dans les habitats très étendus des loups, qui peut être composée d'un nombre différent de loups selon leur connectivité avec les populations voisines. En Europe l’« état de conservation favorable » est définie généralement par la Directive 92/43/CEE du Conseil[2], du , concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages[3] et en particulier pour ces prédateurs par les Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores (lignes directrices pour les plans de gestion des populations de grands carnivores) de la Large Carnivore Initiative for Europe[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Avant l'entrée en vigueur de la Convention de Berne de 1979 en 1982[5], les loups ont été réduits à des populations reliques dans leurs zones de distribution autrefois étendues, afin de mettre fin aux dommages causés par la prédation sur le bétail. Les populations en Europe se sont rétablies au cours des quatre décennies de protection stricte et sont en grande partie dans un état de conservation favorable. Le comportement instinctif des jeunes loups adultes, avec leur énorme potentiel de migration sur de longues distances, favorise à la fois son expansion rapide et la connectivité génétique des différentes populations[6] Grâce à la télémétrie par satellite, il a été mesuré que certains loups parcourent plus de 1 000 kilomètres en quelques mois. Ils peuvent coloniser de nouvelles zones relativement rapidement[7],[8]. Les analyses génétiques des populations réalisées par Maris Hindrikson et al. ont montré une portée de 650 à 850 km en utilisant l'autocorrélation spatiale[9] basée sur trois caractéristiques de la diversité génétique. Cela suggère que la diversité génétique d'une population de loups peut être influencée par des populations situées jusqu'à 850 km de distance[10]. Cela a également été prouvé par des études de télémétrie. "Dans les véritables zones sauvages de la région des loups, la taille du territoire d'une meute de loups peut atteindre 1 000 km2 et l'échange de gènes fonctionne."[11] Comme les populations de loups en Eurasie sont en échange régulier depuis la reconstitution des stocks en Europe centrale en raison de leur comportement migratoire, on peut parler d'une métapopulation[12]. Cela signifie que même si une partie de la population est éteinte, les animaux d'autres sous-populations continueront à migrer, à remplacer ceux qui ont disparu et à se reproduire avec succès.

Définition[modifier | modifier le code]

Pour l'état de conservation d'une population animale, le nombre d'individus et le flux génétique entre les populations sont tous deux importants pour que la population soit viable. Luigi Boitani signifie un nombre d'individus dans une zone de taille minimale qui fournit des ressources suffisantes pour les animaux afin que la population ne soit pas menacée d'extinction[13],[14].

Définition de l'état de conservation favorable pour les loups

Selon une directive de l'UICN pour des espèces animales non spécifiées, il faut au moins 1 000 individus matures dans une population isolée pour assurer sa survie et éviter un dépression endogamique. La connectivité avec les populations voisines a pour effet qu'il faut beaucoup moins d'individus pour éviter une dépression de la consanguinité. Selon les Lignes directrices pour les plans de management des grands carnivores au niveau des populations de l'Initiative des grands carnivores pour l'Europe, une population de plus de 250 loups adultes peut suffire pour être classée comme « préoccupation mineure » si la population de loups en question a une connectivité avec d'autres de telle sorte que les immigrants ont des effets génétiques et démographiques.

« Pour les classifications basées sur le critère D, le déclassement approprié impliquerait que si une population a une connectivité suffisante pour permettre à un nombre suffisant d'immigrants d'avoir un impact démographique, il suffirait en principe qu'il y ait plus de 250 individus matures dans la population pour qu'elle soit placée dans la catégorie « préoccupation mineure »[15],[16],[17],[18],[19],[20]. »

— Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores, page 19.

"Étant donné que l'objet de toute planification de la conservation devrait être l'unité biologique entière, c'est-à-dire la population, les lignes directrices recommandent une évaluation au niveau de la population"[21].

Ilka Reinhardt et Gesa Kluth écrivent dans le BfN Script 201 du Bundesamt für Naturschutz pour une population indépendante: "Si l'on suppose que la conservation de 95% de la variation génétique... est prise comme valeur cible, cela signifie qu'au moins 100 meutes de loups reproducteurs correspondent à un état de conservation favorable"[22]. Par exemple, la population germano-polonaise, en tant que sous-population de la population balte, avec la population actuelle en Pologne à l'ouest de la Vistule d'au moins 95 meutes avec cinq meutes appartenant à la même sous-population en Allemagne, serait déjà dans un état de conservation favorable, même sans l'échange existant avec la population balte et les autres populations voisines.[23] Le nombre officiel de meutes parmi les loups en Allemagne est déjà de 128 (2019/2020)[24].

La surveillance des loups permet de déterminer dans quelle mesure l'échange génétique entre les différentes populations ou sous-populations de loups a lieu à nouveau[25],[26].

Observations[modifier | modifier le code]

Ainsi, aujourd'hui, l'immigration de loups de Pologne vers l'Allemagne mais aussi la migration de retour vers l'est sont fréquentes. Les loups des Carpates migrent vers la population germano-polonaise[27],[28]. En Bavière, on a enregistré huit cas de migration de loups de la population alpine entre 2009 et 2020. Dans le Bade-Wurtemberg, cinq loups des populations alpines et italiennes ont été recensés entre 2015 et 2020[29],[30]. En , un loup (GW 1832 m) des Alpes est arrivé dans le District de Neckar Odenwald[31]. Des loups de la population des Dinarides-Balkans ont également migré jusqu'à la région alpine allemande[32],[33],[34]. Au début de l'été 2020, un loup mâle (GW 1706 m) de la population dinarique a été détecté à Traunstein[35]. En France, les loups sont principalement originaires d'Italie, de la région alpine à l'est des Alpes françaises et d'Europe centrale. Depuis 2020, des meutes de loups reproducteurs ont également été enregistrées dans le nord, le nord-ouest et le sud-ouest de la France[36].

Règlements de l'UE[modifier | modifier le code]

Catégories UICN niveau régional fr 2018.png
Wolf - protection status in Europe 1.png

Les États membres de l'UE surveillent l'état de conservation des habitats naturels avec leurs espèces prioritaires et mettent en place un système de surveillance pour enregistrer la liste des espèces animales figurant aux annexes II, IV et V ainsi que les abattages illégaux et exceptionnellement légaux[37]. Les registres de surveillance des loups servent de retour d'information à l'UICN, où les entrées dans la Liste rouge sont faites dans les catégories appropriées[38], et à la Commission européenne (Natura 2000)[39],[40]. Les États membres de l'UE sont obligés de transmettre les données actuelles à la Commission européenne afin que celle-ci puisse adapter en conséquence l'état de protection dans la Directive Habitats. Un transfert correspondant de la liste des espèces strictement protégées de l'annexe IV de la directive "Habitats" à la liste des espèces protégées de l'annexe V nécessite une coordination au niveau fédéral avec les pays voisins et requiert l'approbation de la Commission européenne. (Voir aussi: Loup - Protection en Europe)

L'obligation de transmettre les données "actuelles" découle de l'article 16.1.c de la directive "Habitats": "dans l'intérêt de la santé et de la sécurité publiques, ou pour d'autres raisons impératives d'intérêt public majeur, y compris de nature sociale ou économique, et pour des motifs qui comporteraient des conséquences bénéfiques primordiales pour l'environnement."[41]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Observatoire du loup
  2. Directive 92/43/CEE du Conseil
  3. EUR-Lex: https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A31992L0043
  4. Large Carnivore Initiative for Europe: Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores page 19 : « For classifications based on criteria D the appropriate downgrading would imply that if a population has sufficient connectivity to allow enough immigrants to have a demographic impact there would in principle only need to be more than 250 mature individuals in the population for it to be of “least concern”. »
  5. Europarat: Details of Treaty No. 104
  6. D. P. J. Kuijper, E. Sahlén, B. Elmhagen: Paws without claws? Ecological effects of large carnivores in anthropogenic landscapes
  7. Biology and ecology of the wolf - potential for expansion page 19
  8. Merill and L. David Mech: The usefulness of GPS telemetry to study wolfcircadian and social activity
  9. H. J. de Knegt et al.: Spatial autocorrelation and the scaling of species–environment relationships
  10. Maris Hindrikson, Jaanus Remm, Malgorzata Pilot et al.: Wolf population genetics in Europe: a systematic review, meta-analysis and suggestions for conservation and management
  11. Michael Stubbe: Le loup en Europe - Utopie et réalité. Beiträge zur Jagd- und Wildforschung. Volume 44, page 13
  12. Sven Herzog: Die Populationen des Wolfes (Canis lupus) in Europa: Herleitung eines operationalen Konzeptes für das Management
  13. Luigi Boitani: Wolves: Behavior, Ecology, and Conservationpage 332
  14. Richard Frankham et al.: Genetics in conservation management: Revised recommendations for the 50/500 rules, Red List criteria and population viability analyses
  15. Large Carnivore Initiative for Europe: pdf Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores page 19 : « For classifications based on criteria D the appropriate downgrading would imply that if a population has sufficient connectivity to allow enough immigrants to have a demographic impact there would in principle only need to be more than 250 mature individuals in the population for it to be of "least concern". »
  16. Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores Page 20
  17. R. Wayne, P. Hedrick: Genetics and wolf conservation in the American West: Lessons and challenges
  18. >European Commission Evironment: Large carnivores in the EU - the Commission's activity on large carnivores
  19. >Laikre L, Olsson F. et al.: com/articles/hdy201644 Metapopulation effective size and conservation genetic goals for the Fennoscandian wolf (Canis lupus) population
  20. Guillaume Chapron, Stéphane Legendre et al.: pdf Conservation and control strategies for the wolf (Canis lupus)in western Europe based on demographic models
  21. Ilka Reinhardt, Petra Kaczensky, Felix Knauer, Georg Rauer, Gesa Kluth, Sybille Wölflmar, Huckschlag, Ulrich Wotschikowsky: Monitoring von Wolf, Luchs und Bär in Deutschland page 12
  22. Ilka Reinhardt, Gesa Kluth: La vie avec les loups - Guide pour traiter une espèce sujette aux conflits en Allemagne - 2.4. Viable population page 15 and 16
  23. IFAW: Neue Zahlen: Mehr Wolfsrudel in Westpolen
  24. DBBW – Dokumentations- und Beratungsstelle des Bundes zum Thema Wolf: Mises à jour des territoires confirmés
  25. Ilka Reinhardt, Petra Kaczensky, Felix Knauer, Georg Rauer, Gesa Kluth, Sybille Wölfl, Ditmar Huckschlag, Ulrich Wotschikowsky: Monitoring of wolf, lynx and bear in Germany 2015.
  26. Maris Hindrikson, Jaanu Remm et al.: Wolf population genetics in Europe: a systematic review, meta-analysis and suggestions for conservation and management
  27. Sylwia Czarnomska, Bogumiła Jedrzejewska, Henryk Okarma and others: http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10592-013-0446-2#page-1 Concordant mitochondrial and microsatellite DNA structuring between Polish lowland and Carpathian Mountain wolves.] Conservation Genetics 14 (3). June 2013, retrieved on 1 July 2015 (PDF; p. 573-588).
  28. Freundeskreis freilbender Wölfe: Wolves and Science - Central Poland, a genetic melting pot for wolves
  29. Bavarian State Office for the Environment: First records of category C1 wolves in Bavaria 2006 to 2018
  30. Ministry for the Environment, Climate and Energy Baden-Württemberg: Clear evidence (C1) of wolves in Baden-Württemberg
  31. Ministry of the Environment, Climate and Energy of Baden-Württemberg: Wolf suspicion in the Neckar-Odenwald-Kreis-confirmed
  32. Management Plan Wolves in Bavaria - Stage 1. StMUGV Munich 2007. Retrieved on 20 January 2018.
  33. Management Plan Wolves in Bavaria - Stage 2. Bayerisches Landesamt für Umwelt. Court 2014. Retrieved on 20 January 2018.
  34. The return of the wolf to Baden-Württemberg. Guidelines for action for the emergence of individual wolves. Ministry for Rural Areas and Consumer Protection Baden-Württemberg. Stuttgart 2013. Retrieved on 17 January 2018.
  35. Bavarian State Office for the Environment: Monitoring of wolves
  36. Observatoire du loup
  37. Large Carnivore Initiative for Europe: pdf Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores page 22
  38. IUCN: Canis lupus assessment information
  39. Natura 2000: Species of Annexes IV and V of the Fauna Flora Habitats Directive
  40. Natura 2000: Centre de ressources Natura 2000
  41. EUR-Lex: Directive 92/43/CEE du Conseil, du 21 mai 1992, concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages