État shan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis État Shan)
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shan (homonymie).
État shan
ရုမ္‌းပ္ရည္‌နယ္
Drapeau de l'État Shan
Drapeau de l'État Shan
Localisation de l'État Shan (en rouge) à l'intérieur de la Birmanie.
Localisation de l'État Shan (en rouge) à l'intérieur de la Birmanie.
Administration
Pays Drapeau de la Birmanie Birmanie
Capitale Taunggyi
Date de création 1948
Démographie
Population 4 702 000 hab.
Densité 30 hab./km2
Groupes ethniques Shans, Birmans, Chinois, Anglo-birmans, Jingpos, Danus, Inthas, De'ang, Pa-O, Taungyoe, Indiens
Géographie
Superficie 155 800 km2

L'État shan (en birman : ရှမ်းပြည်နယ် ; en shan: မိူင်းတႆး), ou Union des États shan, est un État de Birmanie, frontalier de la Chine au nord, du Laos à l'est et de la Thaïlande au sud.

Avec une superficie totale de 155 800 km2, l'État shan est la plus vaste subdivision birmane, couvrant près d'un quart de la surface totale du pays. Il tire son nom du peuple Shan, ethnie majoritaire de la région. L'Etat Shan est essentiellement rural, et les principales villes sont Lashio,Kengtung et la capitale, Taunggyi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période coloniale (1886-1946)[modifier | modifier le code]

Le 28 novembre 1885 les Britanniques s'emparent de Mandalay, mettant fin à la troisième guerre anglo-birmane. Il faut toutefois attendre 1890 pour qu'ils soumettent l'ensemble des royaumes Shan. Sous administration coloniale britannique, les états Shan demeurent gouvernés par leurs saophas (souverains) en tant qu'états princiers vassaux de la couronne britannique. En octobre 1922 les États Shan et Karenni fusionnent pour former les États Shan fédérés, placés sous l'autorité d'un commissaire britannique.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la plupart des États Shan sont occupés par l'armée japonaise, qui doit faire face à une contre-attaque des troupes du Kuomingtang chinois. En 1942, la Thaïlande alliée au Japon occupe puis annexe la région de Kengtung. Après la guerre, les Britanniques retrouvent le contrôle des territoires shan.

Les négociations menant à l'indépendance de la Birmanie lors de la Conférence de Panglong en février 1947 assurent la constitution d'un État Shan unitaire comprenant les anciens États Wa mais non les États Karenni. De plus, cet ensemble territorial obtient un droit à la sécession valable après dix années d'indépendance.

Dans le district de Taunggyi se trouvent les grottes de Padah-Lin (en birman ဗဒလင်းဂူ, [bədəlíɴ ɡù])[1]), découvertes en 1937 par une expédition américaine et dans lesquelles le géologue U Khin Maung Kyaw a trouvé en 1960 des peintures rupestres[1] remontant au mésolithique.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en)Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Shan State ».
  1. a et b (en) Paul S. C. Tacon, Yee Yee Aung et Alan Thorne, Myanmar prehistory: rare rock-markings revealed, vol. 39, , 138–139 p.