Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la santé image illustrant les premiers secours ou le secourisme
Cet article est une ébauche concernant la santé et les premiers secours ou le secourisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (juillet 2012).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires
Image illustrative de l'article Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires

Création Loi du relative à la préparation du système de santé à des menaces sanitaires de grande ampleur
Dissolution Loi du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé
Type Établissement public à caractère administratif
Siège La Plaine Saint Denis, Drapeau de la France France
Effectifs 30
Dirigeant Marc Meunier
Organisations affiliées Ministère de la Santé
Site web www.eprus.fr

L’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) est une agence française de sécurité sanitaire et un établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Santé français créé en 2007 et dissous en 2016. Elle devient l’équipe de préparation et de réponse aux urgences sanitaires en mai 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’établissement est créé par la loi du 5 mars 2007 relative à la préparation du système de santé à des menaces sanitaires de grande ampleur et son décret d’application[1],<[2].

La loi de modernisation du système de santé de 2016 prévoit la création de l’agence nationale de santé publique, fusion de l’institut de veille sanitaire, l’institut national de prévention et d'éducation pour la santé et l’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires, effectivement créé au 1er mai 2016[3],[4].

Emojione 267B.svg
Cette section a besoin d'être recyclée (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).  
Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Vous pouvez discuter des points à améliorer en page de discussion.
  • Fin 2013, une équipe de réservistes sanitaires est envoyée en mission au CH de Papeete (Polynésie Française) confronté à une épidémie de dengue et de zika[5].
  • Au cours du printemps/été 2014, l'EPRUS est intervenu aux Antilles, en renfort des plusieurs établissements de santé et agences régionales de santé, lors de l'épidémie de chikungunya. L'EPRUS a également élaboré un support pédagogique destiné aux médecins amenés à intervenir en renfort[6].
  • Au cours de l'été 2014, l'EPRUS est également mobilisé en renfort à Mayotte. Plusieurs gynécologues-obstétriciens réservistes sanitaires sont envoyés en renfort[7].
  • L'EPRUS est également appelé en juillet 2014 pour renforcer le centre de crise du Ministère des affaires étrangères à la suite du crash du vol Air Algérie[8].
  • En 2014, l'EPRUS a été mobilisé sur plusieurs dispositifs prudentiels liés aux commémorations : DDay en juin 2014, commémorations du centenaire en novembre 2014.
  • En 2014, l'EPRUS est intervenu à de nombreux titres dans la lutte contre l'épidémie Ebola[9] dès le début de l'épidémie, en particulier en Guinée Conakry, mais aussi au Mali et en Guinée Équatoriale. L'EPRUS a également apporté des renforts pour que soient assurés les contrôles sanitaires à l'aéroport Charles de Gaulle à l'arrivée des avions en provenance de Guinée Conakry.
  • En janvier 2015, l'EPRUS signe une convention avec l'EHESP.
  • En avril 2015, l'EPRUS est mobilisé sur un dispositif prudentiel mis en place, sous l'autorité de l'ARS, sur la zone du teknival de Cambrai.
  • En mai 2015 pour la première fois l'EPRUS est mobilisé pour envoyer des renforts pour faire fonctionner le centre de traitement des soignants atteints par l'épidémie Ebola[10] à Conakry. C'est la première coopération de l'EPRUS avec le Service de Santé des Armées (SSA).

Description[modifier | modifier le code]

L'EPRUS a deux fonctions essentielles : gérer la réserve sanitaire d'une part, gérer les stocks stratégiques de produits de santé d'autre part.

La réserve sanitaire : l'EPRUS est chargé de constituer, gérer et maintenir en capacité opérationnelle un vivier de professionnels du secteur de la santé, volontaires pour être mobilisés en renfort lors d'une situation sanitaire exceptionnelle ou d'une crise. Il peut s'agir d'une crise à cinétique lente (par exemple : renfort d'un hôpital confronté à un afflux, sur la longue durée, de patients du fait d'une épidémie) ou à cinétique rapide (explosion, tremblement de terre, etc.). Les réservistes sont contactés, sélectionnés, mis au courant, équipés, acheminés par l'EPRUS. L'EPRUS rembourse les établissements employeurs si les réservistes sont salariés ou agents publics, rémunère ou indemnise directement les autres professionnels (professionnels libéraux, retraités, sans emploi et étudiants).

En 2015, l'EPRUS compte plus de deux mille professionnels réservistes sanitaires, un chiffre en augmentation d'environ 30 % par an. L'EPRUS assure une soixantaine de sessions de formation par an, et propose également des modules de formation à distance.

L'EPRUS est également chargé de gérer pour le compte de l'État les stocks stratégiques nationaux de produits de santé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]