Érize-la-Petite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Érize.

Érize-la-Petite
Érize-la-Petite
Blason de Érize-la-Petite
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Revigny-sur-Ornain
Intercommunalité Communauté de communes De l'Aire à l'Argonne
Maire
Mandat
Katya Chasseigne
2014-2020
Code postal 55260
Code commune 55177
Démographie
Population
municipale
59 hab. (2016 en diminution de 16,9 % par rapport à 2011)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 08″ nord, 5° 14′ 32″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 326 m
Superficie 7,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Érize-la-Petite

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Érize-la-Petite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Érize-la-Petite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Érize-la-Petite

Érize-la-Petite est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Érize-la-Petite se trouve sur la Voie Sacrée, 35 km au sud de Verdun et 23 km au nord de Bar-le-Duc.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Claude Martinet DVD  
mars 2014 En cours Katya Chasseigne DVD  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le parc éolien de la Voie Sacrée, mis en service en juillet 2007 par Sorgenia France, est situé sur le territoire de la commune et ceux voisins de Beausite, Raival et Courcelles-sur-Aire. Composé de 27 éoliennes, il développe une puissance totale de 54 MW[1].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 59 habitants[Note 1], en diminution de 16,9 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
142157163160181200185208204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
190180171151139118118112109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110114104818890887789
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
839074645363566561
2016 - - - - - - - -
59--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une grande borne kilométrique de 5 mètres de hauteur représentant la Voie Sacrée est visible à Érize-la-Petite. Elle fut érigée à l'occasion du Tour de France 2001 mais elle était à Lemmes quand les coureurs sont passés car c'est à cet endroit qu'il rejoignaient la Voie Sacrée après être partis de Verdun. Mais, ayant été construite par trois retraités dont un qui est un ancien maire et habitant d'Erize-la-Petite, la borne retrouva place dans le village quelques jours plus tard, sur la petite place devant la mairie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

« Erize-la-Petite, 2 août. C'est le pire des maudits trous perdus où j'aie jamais atterri. Sur la voie sacrée de Verdun. Un petit village clairsemé de part et d'autre de la route principale. La plupart des maisons...ont été consciencieusement détruites par les bombardements passés... Le calme absolu, un calme de mort. Grande concentration d'ambulanciers. La campagne sombre déroule largement ses moissons brunes - étendues sous une pluie grasse, sous du crachin, sous de la bruine, ou sous des déluges - mais toujours sous la pluie.

3 août, pluie, pluie, pluie...

Erize a pu être tout d'abord une petite ville sans attraits, mais à présent, avec la moitié des maisons qui ne sont que des coquilles pleines de gravats et de fumier boueux, et le sol partout piétiné en une sorte de brouet par le défilé ininterrompu des troupes et des camions, c'est incroyablement le symbole de l'intense ennui latent de la guerre ».

Ces quelques lignes décrivant l'aspect du village d'Érize-la-Petite durant la Première Guerre mondiale sont tirées du livre d'un américain, ambulancier engagé volontaire pour servir sur le front et en poste au village. Cet ouvrage est l'Initiation d'un Homme : 1917.

Ce soldat, c'est John Dos Passos (1896-1970), un des écrivains américains majeurs du XXe siècle.

Entre le 3 septembre 1918 et la fin de la Grande Guerre, le village hébergeait la base aérienne de quatre escadrilles américaines, y inclus le 94th Aero Squadron de l'as des as Eddie Rickenbacker. Les autres escadrilles étaient numérotées 95th, 27th et 147th.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Érize-la-Petite Blason D'azur à la bande ondée d'or chargée de deux socs de charrue de gueules, posés en bande, la pointe en bas, et accompagnée, en chef, d'un diamant d'argent et, en pointe, d'une fleur de lis de jardin du même.
Détails
Création de R.A. Louis avec les conseils de la Commission Héraldique de l'UCGL. Adopté par la commune en novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Capt. Eddie V. Rickenbacker, Fighting the Flying Circus, p. 180-181.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]